De la prise de sang aux résultats

Dernière mise à jour 11/03/15 | Article
En Suisse, deux décisions médicales sur trois sont liées à un résultat de laboratoire. Mais le public connaît peu la manière dont un tel examen se déroule. Visite dans le laboratoire de la Clinique de la Source en compagnie de son chef, Jean Balmer.

1. Une analyse motivée

On ne demande pas d’analyses de laboratoire à l’aveugle. Au contraire, on le fait après avoir examiné un malade et réfléchi à son cas, lorsque l’on souhaite obtenir certaines valeurs pour guider son diagnostic et son traitement. Par exemple, en cas de suspicion d’une anémie, le médecin utilisera le laboratoire pour mesurer le nombre de globules rouges et la quantité de fer.

2. «Ça va piquer!»

Geste banal, la prise de sang n’en est pas moins importante pour une analyse de laboratoire. «Si l’on utilise un garrot, il ne faut pas le serrer trop longtemps ni trop fortement, insiste Jean Balmer. Cela pourrait modifier certaines substances à analyser. De même, il faut tirer avec douceur sur le piston de la seringue pour ne pas endommager les cellules que l’on examinera, ni les molécules que l’on dosera.» Le choix du tube n’est également pas anodin: certains contiennent des anticoagulants, d’autres non.

3. Conforme, cet échantillon?

Arrivés au laboratoire, les prélèvements sont contrôlés. S’ils sont conformes (est-ce le bon tube pour la bonne analyse? Contient-il la bonne quantité de matériel?), ils sont enregistrés dans le système informatique (phase pré-analytique).

4. En machine

Pour une prise de sang, la majorité des analyses sont aujourd’hui complètement automatisées. C’est donc un appareil qui s’en charge, très rapidement. «Quand j’ai débuté, il y a plus de trente ans, une formule sanguine complète se réalisait au microscope avec un comptage manuel des cellules, se souvient Jean Balmer. Cela prenait une bonne heure. Aujourd’hui, l’automate la livre en une minute.» Cette étape est appelée la phase analytique.

5. Conformité des résultats

A la sortie de l’automate, les valeurs qu’il fournit sont soumises à divers contrôles, selon qu’elles paraissent normales ou non en fonction de l’âge et du sexe du patient. En cas d’anomalie, les résultats sont examinés par une laborantine, pour s’assurer qu’un problème technique n’explique pas ces valeurs imprévues. Si la mesure demeure éloignée des standards, un biologiste cherche une explication et fait appel, le cas échéant, à de médecins spécialistes installés qui sont consultants pour le laboratoire. Il s’agit de la phase post-analytique.

6. Les résultats présentés

Les résultats sont envoyés au médecin de façon sécurisée. Ils sont conservés dix ans par les laboratoires (davantage pour certains domaines d’analyses). Tout comme les prélèvements, ils sont la propriété des patients, insiste Jean Balmer.

Articles sur le meme sujet
PULS_tablier_plomb_radiologie

La fin du tablier en plomb en radiologie

Le perfectionnement des équipements et l’évolution des connaissances sur les effets des rayons X rendent cet outil de protection inutile dans la quasi-totalité des cas. Explications.
P24-02_junior_sang

Pourquoi dois-je faire analyser mon sang?

Lorsque tu te rends chez ton ou ta pédiatre ou à l'hôpital, un examen sanguin est parfois demandé. Donner un peu de ton sang permet de livrer de nombreuses informations très utiles pour ta santé.
LMD_bilans_reguliers_sante

Bilans réguliers, gages de bonne santé?

Les bilans de santé, à condition d’être discutés avec son médecin, peuvent être l’occasion d’une prévention efficace et donc de prendre soin de sa santé. À l’inverse, passer de nombreux examens juste pour se rassurer n’a aucun intérêt.
Videos sur le meme sujet

La science en chansons: "IRM"

Stéphane Délétroz dévoile sa liste de chansons qui évoquent des concepts scientifiques et sʹamuse à les décortiquer.

Iseult, lʹIRM la plus puissante du monde, a pris les premières images de cerveaux humains

L'avancée des technologies d'imagerie cérébrale franchit une nouvelle étape majeure avec Iseult, l'IRM la plus puissante au monde, récemment mise en service par l'Institut Neurospin sur le plateau de Saclay, près de Paris.

Série sur les ondes : les ondes pour observer le corps

Toute cette semaine, Silvio Dolzan propose une série dédiée aux ondes.