De la prise de sang aux résultats

Dernière mise à jour 11/03/15 | Article
En Suisse, deux décisions médicales sur trois sont liées à un résultat de laboratoire. Mais le public connaît peu la manière dont un tel examen se déroule. Visite dans le laboratoire de la Clinique de la Source en compagnie de son chef, Jean Balmer.

1. Une analyse motivée

On ne demande pas d’analyses de laboratoire à l’aveugle. Au contraire, on le fait après avoir examiné un malade et réfléchi à son cas, lorsque l’on souhaite obtenir certaines valeurs pour guider son diagnostic et son traitement. Par exemple, en cas de suspicion d’une anémie, le médecin utilisera le laboratoire pour mesurer le nombre de globules rouges et la quantité de fer.

2. «Ça va piquer!»

Geste banal, la prise de sang n’en est pas moins importante pour une analyse de laboratoire. «Si l’on utilise un garrot, il ne faut pas le serrer trop longtemps ni trop fortement, insiste Jean Balmer. Cela pourrait modifier certaines substances à analyser. De même, il faut tirer avec douceur sur le piston de la seringue pour ne pas endommager les cellules que l’on examinera, ni les molécules que l’on dosera.» Le choix du tube n’est également pas anodin: certains contiennent des anticoagulants, d’autres non.

3. Conforme, cet échantillon?

Arrivés au laboratoire, les prélèvements sont contrôlés. S’ils sont conformes (est-ce le bon tube pour la bonne analyse? Contient-il la bonne quantité de matériel?), ils sont enregistrés dans le système informatique (phase pré-analytique).

4. En machine

Pour une prise de sang, la majorité des analyses sont aujourd’hui complètement automatisées. C’est donc un appareil qui s’en charge, très rapidement. «Quand j’ai débuté, il y a plus de trente ans, une formule sanguine complète se réalisait au microscope avec un comptage manuel des cellules, se souvient Jean Balmer. Cela prenait une bonne heure. Aujourd’hui, l’automate la livre en une minute.» Cette étape est appelée la phase analytique.

5. Conformité des résultats

A la sortie de l’automate, les valeurs qu’il fournit sont soumises à divers contrôles, selon qu’elles paraissent normales ou non en fonction de l’âge et du sexe du patient. En cas d’anomalie, les résultats sont examinés par une laborantine, pour s’assurer qu’un problème technique n’explique pas ces valeurs imprévues. Si la mesure demeure éloignée des standards, un biologiste cherche une explication et fait appel, le cas échéant, à de médecins spécialistes installés qui sont consultants pour le laboratoire. Il s’agit de la phase post-analytique.

6. Les résultats présentés

Les résultats sont envoyés au médecin de façon sécurisée. Ils sont conservés dix ans par les laboratoires (davantage pour certains domaines d’analyses). Tout comme les prélèvements, ils sont la propriété des patients, insiste Jean Balmer.

A LIRE AUSSI

Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
nouveau_autotests_changent

Ce que les (nouveaux) auto-tests changent

Infection urinaire, carence en fer, allergie ou encore intolérance au gluten, il est désormais possible de se tester, sans le moindre encadrement médical. Une chance? Rien n’est moins sûr à en croire les médecins, sauf pour le dépistage de deux maladies: le VIH et le cancer colorectal. Explications.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi fait-on des radiographies?

Une chute à ski, vous avez mal à la jambe… c'est peut-être cassé. Il faut le savoir pour pouvoir mieux le soigner!

Comment fait-on une échographie?

Les médecins utilisent l'échographie pour observer beaucoup de choses à l'intérieur du corps humain, notamment les organes. Mais comment ça fonctionne?

Comment administrer la bonne dose d'un médicament à un enfant?

Utiliser des médicaments pour les enfants signifie dans un cas sur deux prendre un médicament destiné aux adultes et en diminuer la dose pour qu’elle corresponde à l’organisme du petit patient.