Cinq choses à savoir sur la vitamine D

Dernière mise à jour 23/04/15 | Article
Cinq choses à savoir sur la vitamine D
La vitamine D n’a pas encore révélé tous ses secrets. Le point sur les connaissances actuelles avec le Dr Idris Guessous, médecin adjoint et épidémiologiste à l’Unité d’épidémiologie populationnelle des Hôpitaux universitaires de Genève.

1. La vitamine D n’est pas vraiment une vitamine

Assimilée à une vitamine lors de son identification en 1922, la vitamine D est en réalité une hormone, puisque contrairement aux vitamines elle est synthétisée dans notre organisme grâce à l’exposition aux rayons UVB. La synthèse des précurseurs de la vitamine D commence à se faire au niveau de la peau, ces derniers passent ensuite par le foie puis par les reins avant de devenir de la vitamine D. L’efficacité du processus de synthèse dépend en grande partie de la dose d’UVB reçue, de la pigmentation, de l’épaisseur de la peau, de la graisse sous-cutanée et de l’âge (plus on vieillit, plus cette efficacité diminue). La source essentielle de la vitamine D est donc le soleil. Dans l’alimentation, seuls les poissons gras en contiennent.

2. Les deux-tiers de la population présentent des déficits

Il existe, à l’heure actuelle, plusieurs définitions des normes de vitamine D, développées selon des critères différents, ce qui complique l’interprétation des données. Néanmoins, des études conduites dans diverses populations démontrent que la prévalence du déficit en vitamine D dans le monde est élevée. Et la Suisse n’est pas l’exception: 50% de la population présente une insuffisance et 30% un déficit en vitamine D. Celui-ci varie selon la latitude géographique et la saison. Il est plus fréquent lorsque l’exposition au soleil est réduite par le port de vêtements couvrants ou par l’utilisation d’un écran solaire total qui empêche la synthèse.

De plus, certaines catégories de la population présentent plus de risques: les personnes obèses, les personnes âgées institutionnalisées et, de manière générale, toutes celles qui sortent peu. Face à l’ampleur du phénomène, certaines mesures de santé publique ont été prises. Depuis juin 2012, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande des suppléments de vitamine D à prendre toute l’année pour les enfants de moins de trois ans et enjoint les personnes âgées et les femmes enceintes ou qui allaitent à en discuter avec leur médecin. Aux Etats- Unis, l’industrie agro-alimentaire enrichit un grand nombre de produits en vitamine D.

3. Les chercheurs mènent l’enquête

On sait depuis longtemps que la vitamine D joue un rôle dans l’absorption du calcium et du phosphore et qu’elle contribue de manière essentielle à la solidité des os. Actuellement, les recherches portent principalement sur les liens découverts entre un déficit en vitamine D et certaines maladies chroniques telles que l’obésité, certains cancers, les maladies auto-immunes et les maladies cardio-vasculaires. Ces études permettront de déterminer si la vitamine D influence le risque de survenue de ces maladies par ses effets indirects sur les facteurs de risque cardio-vasculaires comme l’hypertension, le diabète et l’insuffisance rénale et par ses effets directs sur le cœur et le système vasculaire, ou si elle n’est qu’un «simple» indicateur d’une bonne santé générale.

4. Une supplémentation n’est pas toujours nécessaire

Un dépistage systématique n’a de sens que si un traitement existe. Or, aujourd’hui, on ne peut modifier le taux de vitamine D que grâce à la supplémentation, mais nous n’avons pas d’évidences que cela diminue les risques de survenue des maladies cardio-vasculaires. Même son impact sur le squelette est remis en question. Cela ne fait donc pas de sens de recommander une supplémentation à tout le monde. Cinq études sont actuellement en cours dans le monde pour établir l’impact de la supplémentation. Nous aurons peut-être une réponse d’ici un ou deux ans.

5. S’enrichir en vitamine D et éviter les dangers du soleil

Pour pouvoir s’exposer au soleil et permettre la synthèse de la vitamine D sans faire courir de risques à sa peau, une exposition d’une vingtaine de minutes par jour au soleil suffit. Cette petite période d’exposition garantit une bonne réserve en vitamine D chez la plupart des personnes. Le plus efficace est d’exposer, avant 11h et après 16h, les surfaces utiles, à savoir le dos et le torse, jusqu’à ce que la peau commence à rosir.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Dopage amateur, méfaits sur votre santé

Dopage amateur, méfaits sur votre santé

Avis aux consommateurs de produits dopants, la publicité vous ment la plupart du temps quand elle vous garantit de superbes performance grâce à des compléments alimentaires ou à des médicaments. En effet, toutes ces substances sont le plus souvent inefficaces voire dangereuses pour la santé.
Quand la nourriture se fait médicament

Quand la nourriture se fait médicament

Alicaments, probiotiques et prébiotiques prennent de plus en plus de place dans les rayons des supermarchés. Quelques définitions s’imposent dans cet univers en plein développement.

Mieux manger pour performer ?

Les progrès récents dans le domaine de la nutrition permettront bientôt de calibrer l’alimentation en fonction des programmes d’entraînement. D’ici là, les fondamentaux – hydratation et contrôle de la prise de sucre – demeurent les outils numéro 1.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.