Prothèses PIP: retour sur le déroulement de l’affaire

Dernière mise à jour 12/06/12 | Article
Implants mammaires
C’est le décès d’une Française de 53 ans, le 21 novembre dernier, suite à un lymphome, qui a relancé l’affaire des implants mammaires commercialisés par la société varoise Poly Implant Prothèse (PIP).

Depuis le 30 mars 2010, en effet, l’entreprise française et son fondateur Jean-Claude Mas, ancien charcutier de son état, étaient dans le collimateur de l’Agence des produits de santé (Afssaps). Cette dernière annonçait à l’époque le retrait du marché français des prothèses PIP. En cause: un taux anormalement élevé de rupture des prothèses et l’utilisation d’un gel de fabrication autre que celui annoncé lors de sa commercialisation.

L’entreprise est alors placée en liquidation judiciaire et les porteuses de ces implants sont encouragées à consulter leur médecin. A Marseille, ville d’origine de la défunte, plus de 500 femmes de l’association Porteuses de Prothèses PIP (PPP) portent plainte contre la société, alors que de l’autre côté du monde, au Chili les implants sont retirés du marché. Au mois de septembre 2010, l’Afssaps va même jusqu’à recommander le retrait des prothèses en cas de suspicion de rupture et le gouvernent français s’engage à prendre en charge les frais médicaux du remplacement pour les patientes dont les chirurgies plastiques ont fait suite à un cancer du sein.

Pendant un an, alors que les différentes associations de femmes concernées continuent leur combat dans l’ombre, le scandale se dégonfle peu à peu.

Dangerosité reconnue

Depuis le mois de novembre 2011 donc et le premier cas de décès en lien probable avec la pose de prothèse PIP, l’affaire prend une ampleur planétaire et les rebondissements se suivent de jour en jour.

Le 23 décembre, le gouvernement français recommande aux porteuses d’implant PIP de se les faire retirer à titre préventif, après que huit cas de cancers ont été enregistrés. Cette recommandation concerne alors 30’000 Française. Elles seraient entre 400'000 et 500'000 à être porteuses dans le monde, dont 300'000 en Amérique latine contre 280 cas en Suisse.

En quelques jours, la Finlande, l’Italie et les Pays-Bas conseillent aux femmes concernées de consulter leur chirurgien. Le Brésil fait de même pour finir par retirer le produit du marché. Le 27 décembre, les autorités sanitaires américaines dénoncent des violations graves dans le processus de fabrication des prothèses PIP constatées depuis 2000. Trois jours plus tard, l’Afsspas recense 20 cas de cancer chez des femmes porteuses de prothèses PIP sans pour autant garantir le lien de cause à effet. Le 4 janvier c’est l’effarement, Le groupe allemand Brenntag, spécialiste de la distribution de produits chimiques annonce avoir livré du silicone à la société PIP.

Le créateur assume sans broncher

Au cœur du scandale, Jean-Claude Mas, inventeur des fameuses prothèses, assume pleinement la débâcle sans pour autant paraître plus affecté que cela par la situation. «Je savais que ce gel n'était pas homologué, mais je l'ai sciemment fait car le gel PIP était moins cher (...) et de bien meilleure qualité», a-t-il expliqué aux gendarmes français, selon un rapport de police consulté par l’AFP. Il ajoute avoir donné l’ordre dès 1993, deux ans après la création des prothèses, de dissimuler la vérité à la société allemande TÜV, en charge de certifier l’authenticité du produit. La fraude de Jean-Claude Mas avait pour but unique «d’augmenter sensiblement la rentabilité de l'entreprise». Sur ce point-là au moins, il ne se sera pas trompé. Pour être sûr de s’enrichir au maximum, celui-ci avoue donc s’être permis de créé une formule très personnel pour remplir ses implants «Une base de formulation du Dr Arion (chirurgien varois que M. Mas rencontre dans les années 1980), que j'ai améliorée en changeant les températures, les pourcentages (de produits introduits), afin de rendre le produit plus cohésif,» raconte-t-il enfin encore à la police française.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
chirurgie_nez_problemes

La chirurgie pour les nez à problèmes

En cas de gênes esthétiques ou respiratoires, la chirurgie du nez peut améliorer les choses.
PULS_don_membrane

Des patchs de membrane amniotique pour réparer les cornées

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les femmes enceintes chez qui une césarienne a été planifiée pourront intégrer un programme de don de membrane amniotique.
peau_visage_greffes

Peau, visage, mains: ces greffes hors du commun

Un Français gravement brûlé a été sauvé grâce à de la peau de son jumeau, un Américain revit grâce à un nouveau visage: voilà deux cas récents porteurs d’espoir. Mais des difficultés subsistent.
Videos sur le meme sujet

Jeux de mains, jeux de Terriens: exosquelette contrôlable par les ondes

Suite à un AVC ou à une lésion de la moelle épinière, par exemple, les commandes du cerveau à la main ne se font plus.

Arthroplastie totale de la cheville: une opération rare

On pratique environ 300 poses de prothèses de la cheville par année en Suisse.

Greffe de cartilage: vrais ou faux espoirs?

Le cartilage n'est pas à l'abri de détériorations: les activités extrêmes, les chocs, les sports violents, les travaux de force répétés engendrent des lésions.
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.