Une pilule et une seule pour préserver la santé de nos artères

Dernière mise à jour 30/06/14 | Article
Une pilule et une seule pour préserver la santé de nos artères
Les événements cardiovasculaires sont la première cause de décès en Suisse et dans le monde. Le Graal des chercheurs serait de trouver un médicament unique permettant de les prévenir. C’est ainsi que se présente la polypill, qui contient en général des statines et des substances pour baisser la tension. Faut-il miser sur ce médicament pour vivre mieux et plus longtemps?

Le Pr Nicholas Wald, directeur du Wolfson Institute of Preventive Medecine à Londres, vient de décider de mettre en vente sa polypill via Internet1, sans l’avoir enregistrée. Il y a selon lui une urgence sanitaire justifiant ce court-circuit des autorités de surveillance.

Qu’est-ce que la polypill?

Le Pr Wald a été le premier, en collaboration avec Malcom Law, à faire une modélisation visant à démontrer l’efficacité d’un traitement unique destiné à diminuer les événements cardiovasculaires. Il s’agissait d’administrer à toute la population de plus de 55 ans, une pilule réunissant plusieurs substances actives utilisées en prévention cardiovasculaire, jusque-là prescrites séparément et de façon ciblée. Ce qui aurait permis de réduire de plus de 80% les accidents cardiovasculaires.2

Actuellement et sous nos latitudes, on considère que l’intérêt principal de la future polypill est de faciliter l’observance thérapeutique des patients à risque. Du fait de cet emploi plus ciblé, sa composition peut varier jusqu’à être totalement personnalisée (lire encadré). Mais peut-on impunément associer différentes substances, même si chacune, séparément, a été acceptée par les autorités de surveillance?

«Les substances utilisées sont connues, et n’ont pas d’interactions entre elles, mais il faut tout de même vérifier plusieurs choses: les doses sont-elles efficaces, le comprimé se dissout-il dans un temps raisonnable, les médicaments sont-ils absorbés?», relève Nicolas Schaad, pharmacien des Hôpitaux de La Côte.

Et qu’en est-il des risques de toxicité? «Dans la formule de Nicholas Wald, les statines sont faiblement dosées et le risque d’une atteinte musculaire ou hépatique est très faible. Par contre, le diurétique qu’elle contient n’est pas anodin et pourrait causer des troubles électrolytiques dangereux, chez la personne âgée en particulier. D’où l’intérêt de faire enregistrer une nouvelle association médicamenteuse et d’être suivi par un médecin.»

Que contiennent les «polypills»?

On parle aujourd’hui plus volontiers de «traitement combiné à dose fixe» ou «fixed dose combination therapy». Le nom de polypill étant breveté depuis 2000 par Wald et Law.

La polypill telle que la concevaient ces chercheurs au début de leur concept devait contenir, à petite dose, bêtabloquants, inhibiteurs de l’enzyme de conversion (contre l’hypertension et l’insuffisance cardiaque), diurétique, statine, aspirine et acide folique.

Celle qui est proposée actuellement sur leur site se concentre sur une statine (simvastatin), deux médicaments hypotenseurs (losartan, amlodipine) et un diurétique (hydrochlorothiazide).

Les autres traitements combinés en cours de préparation misent en général sur ce type d’association mais gardent l’aspirine et parfois l’acide folique. C’est le cas par exemple de la Polycap de l’étude indienne TIPS, qui devrait bientôt arriver sur le marché.

Trois autres études ont des formules approchantes mais sans acide folique: WHO au Sri Lanka, Poly-Iran en Iran et PILL qui regroupe plusieurs pays.

Enfin, Polypill of America*propose sur son site une combinaison sur mesure, commandée par le médecin et livrée à domicile.

* www.polypillrx.com/

Vers un traitement personnalisé

Pour Julien Castioni, chef de clinique au Service de médecine interne du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il faut envisager la polypill en termes de santé publique, en particulier pour les pays à bas revenu. «On pourrait traiter les gens de plus de 50 ans présentant un risque cardiovasculaire élevé, compliqués à dépister dans ces pays où la population a difficilement accès aux soins et où les médicaments manquent», explique-t-il. Effectivement, selon les chiffres de l’ONU, les maladies cardiovasculaires ont causé 17,3 millions décès en 2011, dont 80% dans les pays à revenus moyens à faible.

Toutefois, dans les pays industrialisés, les patients attendent un traitement plus personnalisé.

«Chez nous, les patients pourraient recevoir des polypills adaptées. Avec par exemple des formules différentes pour la prévention primaire (notamment sans aspirine) ou secondaire. On pourrait aussi ajouter des substances pour prévenir la démence ou le diabète.»

Des stratégies pour repousser les limites de l'âge? «Disons plutôt que ce type de médicament, en complément de mesures d’hygiène de vie, devrait surtout permettre de vivre mieux à un âge plus avancé, sans les séquelles que peuvent laisser des accidents vasculaires.»

__________

(1)www.polypill.com/

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
antidouleurs_cachets

Les antidouleurs, des cachets comme les autres?

Les comprimés contre la douleur aiguë sont généralement sûrs, à condition de respecter quelques règles.

Un médicament périmé, pourquoi pas?

De nombreux médicaments restent efficaces longtemps après leur date de péremption. En attendant que l’industrie pharmaceutique prolonge leur durée de vie, peut-on les consommer sans crainte?
Pourquoi des brevets sur le vivant?

Pourquoi des brevets sur le vivant?

L’idée que l’on puisse breveter le vivant provoque souvent des réactions hostiles. Pourtant, aucune loi ne s’y oppose, et des règles claires limitent la portée de telles protections. De plus, ces brevets jouent un rôle incitatif important pour la recherche, médicale notamment.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.