L’aspirine diminue-t-elle le déclin mental?

Dernière mise à jour 01/11/12 | Article
L’aspirine diminue-t-elle le déclin mental?
Le médicament limiterait légèrement la diminution des facultés cognitives chez certaines femmes âgées, à en croire des chercheurs suédois. Mais il ne réduirait pas le risque de démence.

L’aspirine a de multiples vertus. Elle permet notamment de réduire les récidives en cas d’attaques cardiaques et elle a même des effets préventifs sur le cancer. Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires, pourrait-elle aussi réduire les risques de démences ou ralentir le déclin des facultés cognitives chez les personnes âgées? C’est la question que se sont posés des médecins de l’Université de Gothenburg, en Suède. Leurs conclusions, publiés dans la revue médicale BMJ(British Medical Journal), sont en demi-teinte.

Femmes à risque

Les médecins suédois ont sélectionné un peu plus de 500 femmes de 70 à 92 ans qui avaient toutes un risque élevé de développer une maladie cardio-vasculaire. De ce fait, elles risquaient plus que d’autres de souffrir de certaines démences, notamment de la maladie d’Alzheimer.  A certaines d’entre elles, choisies au hasard, ils ont prescrit une faible dose quotidienne d’aspirine, tandis que les autres recevaient un placebo. Puis ils les ont toutes revues 5 ans plus tard.

Toutes ces volontaires ont été soumises, au début et à la fin de l’étude, à une batterie de tests de leurs facultés cognitives, et notamment  à un mini-examen couramment utilisé, le MMSE (Mini Mental State Examination). Il s’agissait de répondre à des questions du type : «où sommes-nous?», «quelle est la date d’aujourd’hui?», ou encore de faire des calculs simples.

Léger déclin des capacités mentales

Résultat: durant ces 5 ans, le score aux tests avait, en moyenne, diminué chez toutes les femmes étudiées. Cependant, chez celles qui avaient bien suivi les prescriptions et régulièrement pris de l’aspirine, il avait légèrement moins décliné que chez celles qui n’avaient pas consommé le médicament ou qui ne l’avaient fait qu’irrégulièrement. 

Christophe Bula, chef du Service de gériatrie et de réadaptation gériatrique du CHUV, relativise toutefois cette bonne nouvelle.  «La différence entre ces groupes est très faible et on ne peut pas exclure qu’il s’agisse du fruit du hasard.»

En outre, et c’est encore plus décevant, les chercheurs n’ont observé aucun effet du médicament sur la vitesse à laquelle les femmes développaient une démence.

L’automédication déconseillée

«En l’état, nous n’avons pas de raison de recommander aux femmes de plus de 70 ans de prendre régulièrement de l’aspirine pour prévenir la démence», souligne le médecin du CHUV, qui déconseille aussi l’automédication. D’autant que le médicament n’est pas anodin, puisqu’il peut provoquer des hémorragies digestives ou des problèmes rénaux.

Mais Christophe Bula reste malgré tout optimiste. Soulignant le «sérieux» de l’étude menée par ses collègues suédois, il «attend avidement la suite», espérant qu’un suivi de ces volontaires pendant une plus longue période apportera des résultats plus concluants.

A LIRE AUSSI

Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Paracétamol
Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Intoxication au paracétamol: quels sont les risques?

Vous ne connaissez peut-être pas le paracétamol et, pourtant, vous en avez déjà sûrement ingurgité. En...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
antidouleurs_cachets

Les antidouleurs, des cachets comme les autres?

Les comprimés contre la douleur aiguë sont généralement sûrs, à condition de respecter quelques règles.

Un médicament périmé, pourquoi pas?

De nombreux médicaments restent efficaces longtemps après leur date de péremption. En attendant que l’industrie pharmaceutique prolonge leur durée de vie, peut-on les consommer sans crainte?
Pourquoi des brevets sur le vivant?

Pourquoi des brevets sur le vivant?

L’idée que l’on puisse breveter le vivant provoque souvent des réactions hostiles. Pourtant, aucune loi ne s’y oppose, et des règles claires limitent la portée de telles protections. De plus, ces brevets jouent un rôle incitatif important pour la recherche, médicale notamment.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Vaccins: quelle utilité?

Se faire vacciner n'est jamais un plaisir, ça pique, ça gonfle, et parfois on se sent un peu patraque. Mais pourquoi se vaccine-t-on au juste? Le point avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.