Diabétiques: demain, une injection de nano-insuline au lieu de dix d’insuline

Dernière mise à jour 28/06/13 | Article
Diabétiques: demain, une injection de nano-insuline au lieu de dix d’insuline
Les malades et les médecins savent tout ou presque sur le diabète de type1. Tout sauf la méthode qui permettrait aux diabétiques de réduire le nombre de leurs injections d’insuline. Des chercheurs américains annoncent avoir franchi un pas technique potentiellement considérable. De quoi s’agit-il?

L’information est parue récemment dans une revue scientifique spécialisée dans les nanotechnologies: ACS Nano. Elle est signée par un groupe de chercheurs dirigé par le Pr Daniel G. Anderson, spécialiste de génie chimique au célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT).1 Leur travail laisse espérer qu’un nouveau procédé à base de nanoparticules injectables pourrait un jour permettre aux personnes souffrant d’un diabète de type 1 de surveiller en permanence leur glycémie, tout en contrôlant cette dernière via une administration d’insuline. L’idée est de fournir un dispositif capable de maintenir durant plus d’une semaine un taux normal de glycémie via une injection unique.

Le principe général est que ces nanoparticules détectent les niveaux de glucose dans le sang (glycémie) et réagissent en temps réel en laissant sécréter très précisément les quantités nécessaires d'insuline permettant de maintenir une glycémie normale. Ce dispositif serait un palliatif parfait aux dysfonctionnements des cellules pancréatiques qui, sécrétrices d’insuline, sont devenues déficientes chez les personnes souffrant de diabète de type 1.2 Restant en permanence sous contrôle quasi-physiologique, le taux normalisé de glycémie améliorerait considérablement la qualité de vie des patients. Aujourd’hui, ces personnes doivent contrôler très régulièrement leur glycémie et s’injecter les quantités d’insuline nécessaires pour métaboliser les excès sanguins de sucre.

Pancréas nanotechnologique

En pratique, l’équipe du MIT explique avoir créé un système à la fois biocompatible et solide qui répond rapidement aux changements de la glycémie, et qui est facile à administrer. Il s’agit d’une sorte de livraison ultramicroscopique d’insuline; ou, si l’on préfère, une forme de pancréas artificiel détectant automatiquement les niveaux de glucose et sécrétant l'insuline nécessaire. L’ensemble, injectable, se présente sous forme de gel contenant un mélange de nanoparticules chargées de manière opposée (et qui de la sorte s’attirent les unes les autres) maintenant l’ensemble intact et empêchant les particules de s'éloigner une fois administrées à l'intérieur du corps.

Chaque nanoparticule contient des sphères de dextrane, un polysaccharide modifié chargé avec une enzyme qui transforme le glucose en acide gluconique. Quand la glycémie extérieure est élevée, l'enzyme produit de grandes quantités d'acide gluconique, ce qui rend l'environnement local légèrement plus acide; alors les sphères de dextrane se désintègrent et libèrent les quantités suffisantes d'insuline.

Sur des souris de laboratoire, qui constituent des modèles expérimentaux de diabète de type 1, les chercheurs du MIT montrent qu'une seule injection de ce nanogel a permis de maintenir le taux de glycémie à un niveau normal durant une période d’une dizaine de jours. Ces chercheurs tentent aujourd’hui d’optimiser les particules afin qu'elles puissent réagir encore plus vite aux variations de glycémie. Il restera ensuite à tester ces particules chez les humains en optimisant la dose pour une utilisation chez les malades diabétiques.

1. On trouvera ici un résumé (en anglais) de ce travail.

2. Ces cellules font aussi aujourd’hui de travaux originaux à visée thérapeutique

A LIRE AUSSI

Anesthésie
Une banane

Circoncision: à quoi sert le prépuce?

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce,...
Lire la suite
Anti-inflammatoires
Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Guérir d'une épaule douloureuse demande de la patience

Fréquents et douloureux, les problèmes à l'épaule prennent du temps à guérir. L'origine de la douleur...
Lire la suite
Chirurgie de l'obésité
Les effets inattendus du by-pass gastrique

Les effets inattendus du by-pass gastrique

Carences, problèmes psychologiques et esthétiques, prise de poids font partie des effets secondaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Faire «uriner» du sucre, une révolution contre le diabète?

Faire «uriner» du sucre, une révolution contre le diabète?

Une étude récente avance qu’une nouvelle molécule marquerait une avancée majeure dans le traitement du diabète de type 2. Mais sa méthodologie et les effets secondaires font débat.
Epidémie de diabète : une bataille sur tous les fronts

Epidémie de diabète: une bataille sur tous les fronts

En raison du surpoids et du vieillissement, les personnes diabétiques sont toujours plus nombreuses, enfants compris. Pour y faire face, les HUG offrent une approche multidisciplinaire.
Mesure du diabète

Maladies chroniques et explications socioculturelles

Les maladies chroniques peuvent être étudiées sous un angle social et pas uniquement biologique. Pour certains chercheurs, une approche socioculturelle du soin se doit s’être proposée pour lutter contre le diabète, pandémie en constante augmentation dans le monde.
Videos sur le meme sujet

L'avancée des recherches sur le diabète fait un pas en avant

Des chercheurs de l'Université de Lausanne (UNIL) ont mis en lumière le rôle des micro-ARN lors de la destruction des cellules bêta du pancréas, les seules capables de produire l'insuline, par les cellules immunitaires.

L’insuline sous forme orale

Une petite révolution est peut-être en train de se préparer pour les personnes souffrant du diabète de type 1. Selon une étude américaine, des chercheurs auraient mis au point une pilule d’insuline qui pourrait à l’avenir remplacer les désagréables injections sous cutanées.
Maladies sur le meme sujet
Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.