Petites incisions

Dernière mise à jour 03/09/12 | Article
Petites incisions
L’oncoplastie applique les techniques de la chirurgie esthétique à l’ablation des tumeurs.
Dre Sindy Monnier

La Dre Sindy Monnier utilise les repères anatomiques naturels, comme l’aréole, pour aborder les tumeurs. (©JulienGregorio/Phovea)

La Dre Sindy Monnier, médecin adjoint au service de gynécologie, s’est formée à l’Institut Curie, à Paris, établissement pionnier en Europe pour l’oncoplastie, et à l’université de San Francisco, en Californie. De retour aux HUG, elle expose à Pulsations les avantages de cette technique.

Qu’est-ce que l’oncoplastie ?

C’est l’application de techniques issues de la chirurgie esthétique à la chirurgie conservatrice du sein. Cela veut dire qu’on opère les cancers du sein avec des incisions plus petites et moins visibles. De plus, on utilise les repères anatomiques naturels, comme l’aréole, pour aborder les tumeurs en minimisant les cicatrices.

Est-elle réalisée en meme temps que l’ablation de la tumeur?

Oui, absolument. Tout se fait simultanément. Et, si nécessaire, afin de conserver la symétrie de la poitrine, l’autre sein peut également être retouché. Cette dernière intervention concerne environ 5 à 10% des patients bénéficiant d’une oncoplastie.

Toutes les patients peuvent-elles en bénéficier?

Oui, pour autant que le cancer soit à un stade précoce. Dans les années 70, on pratiquait essentiellement la mastectomie, soit l’ablation complète du sein. Puis des études ont démontré que la chirurgie conservatrice du sein pouvait être proposée aux patientes sans risque pour la survie à long terme. Désormais, quelque 70% des patientes aux HUG bénéficient d’une chirurgie conservatrice. Et, selon une estimation personnelle – les statistiques à ce sujet n’existent pas encore – 40% d’entre elles reçoivent une oncoplastie.

Y a-t-il un âge limite?

Non. Peuvent en bénéficier toutes les patientes pour lesquelles la chirurgie conservatrice est indiquée, quel que soit leur âge.

Peut-on améliorer une oncoplastie après coup?

Bien sûr. En cas de perte de volume important après une chirurgie conservatrice, par exemple, on pourra recourir au lipofilling. C’est une technique simple. On prélève un peu de graisse chez la patiente (ventre ou cuisse) et on l’injecte dans le sein afin de combler la perte de volume.

 

«Que va penser mon mari?»

Quand le diagnostic est tombé, Antonella, 51 ans, a pensé avant tout à sa santé. «Un cancer du sein relègue toute autre préoccupation au second plan. J’avais peur. Ce qui comptait, c’était mes chances de m’en sortir. A ce moment-là, j’avais vraiment autre chose en tête que des considerations d’ordre esthétique», témoigne la patiente des HUG.

La perspective a changé après l’opération. L’intervention s’est très bien passée et Antonella a été rassurée par les résultats des analyses. «Là, j’ai commencé à me regarder. A m’interroger sur le regard que portera mon mari. Heureusement, sur le plan esthétique, c’est parfait! Il n’y a aucune cicatrice. On ne voit aucune différence entre les deux seins. Se sentir physiquement intacte, comme avant, est très rassurant pour la relation de couple. Cela facilite énormément la convalescence. J’ai eu beaucoup de chance. J’ai été soignée par des gens réellement exceptionnels, du radiologue à la chirurgienne», s’enthousiasme-t-elle.

Le message d’Antonella aux femmes à qui l’on diagnostique un cancer du sein: «Parlez-en à vos amis, à votre entourage! Vous y trouverez toujours du réconfort, quelqu’un pour vous aider à mieux vivre cette épreuve.»

 

Pulsations - septembre-octobre 2012

Article original: http://www.hug-ge.ch/actualite/pulsations.html

A LIRE AUSSI

Sexualité féminine
excitation sexuelle féminine

L’excitation sexuelle féminine, comment ça marche ?

L’excitation sexuelle est un élément crucial de la sexualité, puisqu’avec elle naît la volupté qui peut...
Lire la suite
Chlamydia
Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Sexe oral: un plaisir qui n'est pas sans conséquences

Plaisir sexuel très apprécié par beaucoup d’hommes, la fellation pratiquée sans préservatif peut toutefois...
Lire la suite
Papillomavirus (HPV)
Les verrues en dix questions

Les verrues en dix questions

Sur les mains, les pieds et parfois autour de la bouche, la verrue est une excroissance disgracieuse...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
poids_traitements_sein

Prise de poids et traitements du cancer du sein: quelques pistes de réflexion

Afin d’encourager la poursuite de la réflexion, des actions et de la recherche, l’Observatoire des effets adverses a sollicité en tant qu’experte Isabelle Celardin, pharmacienne membre du Réseau cancer du sein. Dans le texte qui suit, elle propose plusieurs pistes.
poids_cancer_sein

Poids et cancer du sein, le cercle vicieux

La moitié des femmes prennent du poids à la suite d’un cancer du sein. Interview du Dr Khalil Zaman, responsable de la Consultation spécialisée de sénologie, Service d’oncologie médicale au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
P20-04_cancer_sein_chimiothérapie

Cancer du sein: moins de chimiothérapie

Grâce à la signature génomique de la tumeur, 40 % des chimiothérapies sont aujourd’hui évitées. Du dépistage au suivi thérapeutique, le Centre du sein des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose toutes les prestations dans le domaine du cancer du sein.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: pourquoi les métastases gagnent les os

Des scientifiques de lʹUniversité de Genève (UNIGE) viennent dʹidentifier une protéine qui influe sur les cellules métastatiques du cancer du sein.

Un lien étroit entre contraceptifs et cancer du sein

Bien choisir son contraceptif hormonal permet de réduire les risques de cancer du sein.

Le Trodelvy, un nouveau médicament contre le cancer du sein

Stéphane Délétroz se penche sur un nouveau médicament pour le traitement dʹune forme particulière du cancer du sein.
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.