Les apnées du sommeil durant la grossesse

Dernière mise à jour 15/05/19 | Article
apnees_sommeil_grossesse
Les apnées du sommeil sont fréquentes au cours de la grossesse. Ce syndrome présentant des risques pour la mère et l’enfant, le dépistage est indispensable lorsque des symptômes surviennent.

Les problèmes respiratoires nocturnes au cours de la grossesse exposent à des risques potentiels. Parmi eux, de l’hypertension et du diabète du côté de la mère, et une prématurité ou un retard de croissance intra-utérin pour le fœtus. De récentes études américaines ont mis en évidence d’autres complications survenues en cours de grossesse, telles qu’embolie pulmonaire, problèmes cardiaques et de possibles éclampsies.

Un tiers des femmes enceintes concernées

Nombreux sont les facteurs qui peuvent contribuer à développer des apnées du sommeil. Alors que 50% des hommes de plus de 40 ans sont impactés par des apnées du sommeil, seules 23% des femmes du même âge le sont. Cependant, le syndrome augmente significativement durant la grossesse et de façon exponentielle à mesure que le fœtus se développe. Les «simples» ronflements concernent près de la moitié des femmes enceintes en fin de grossesse et un tiers en moyenne souffre de rhinites. Plus inquiétant, une étude a démontré qu’un quart d’entre elles présentait des apnées du sommeil au dernier trimestre.

Quelles prédispositions?

Parmi les facteurs de risque pendant la grossesse, l’obésité et l’âge augmentent le développement d’apnées du sommeil. L’hypertension artérielle chronique, par ailleurs directement liée au surpoids, et la rétention d’eau, sont aussi récurrentes. Ajoutez à cela les changements qui interviennent lorsqu’on est enceinte: que ce soit au niveau hormonal, cardiovasculaire, circulatoire ou morphologique, ils ont tendance à perturber la fonction respiratoire, accentuant ainsi la survenue de cette pathologie du sommeil.

Cependant, bien que le surpoids et l’obésité soient un facteur de risque, la prise de poids due à la grossesse n’est, elle, pas associée aux apnées du sommeil. Car c’est la répartition du poids qui semble en être la cause. La graisse localisée au niveau du cou est l’élément majeur qui provoquerait, dans l’éventualité d’un surpoids, ces soucis nocturnes.

Comment dépister les apnées du sommeil?

Des ronflements, une rhinite chronique et des réveils intempestifs durant la nuit sont fréquents en cours de grossesse, surtout au dernier trimestre. En raison de ces phénomènes sans réelle gravité, il est donc difficile de dépister les symptômes des apnées du sommeil. Un bilan dans le cadre d’un centre médical spécialisé du sommeil s’impose alors comme le moyen le plus fiable afin de diagnostiquer le problème. Il existe en outre une machine portable – un outil cependant onéreux – qui permet d’effectuer ce type d’examen à son domicile, aussi en conditions réelles.

Moins fiables mais tout de même utiles, les questionnaires de dépistage sont un recours envisagé dans le cas général d’apnées du sommeil, mais non spécifiques aux femmes enceintes. Le questionnaire de Berlin, ainsi que l’échelle de somnolence d’Epworth, en sont des exemples. L’un détecte les ronflements, la somnolence, l’obésité, l’hypertension, tandis que l’autre évalue la propension à la somnolence en journée. Ces deux outils restent cependant limités en termes de résultats.

Quelle prise en charge?

En matière d’apnée du sommeil chez la femme enceinte, les recommandations sont, elles aussi, limitées. Un appareillage de nuit existe et les personnes en surpoids doivent renforcer leur activité physique quotidienne. La position à adopter durant le sommeil, sur le côté gauche et le haut du corps légèrement surélevé, favorise quant à elle la respiration. Dans les cas les plus marqués, la chirurgie respiratoire ou encore bariatrique restent des recours possibles.

________

Adapté de «Apnées du sommeil et grossesse», Dr Wawrzyniec Rieder, Département de médecine périnatale, Mercy Hospital for Women de Melbourne (Australie), Dr Raphaël Heinzer, Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS), Dr Baud, Unité de recherche, Département Femme-Mère-Enfant, CHUV Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2016; 12 : 1816-20.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Interruption de grossesse (IVG)
Interruption volontaire de grossesse: la loi suisse respecte la liberté de décision de la femme

Interruption volontaire de grossesse: la loi suisse respecte la liberté de décision de la femme

La Suisse a légalisé l’avortement en 2002. Depuis, une femme enceinte malgré elle peut librement décider...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
organes_grossesse

Tous les organes souffrent durant une grossesse

Durant neuf mois, c’est «une tempête hormonale qui s’abat sur la femme».
Videos sur le meme sujet

La face cachée du babyblues

Une dépression autour de la naissance d'un enfant n'est pas rare.