Interruption volontaire de grossesse: la loi suisse respecte la liberté de décision de la femme

Dernière mise à jour 14/12/12 | Article
Interruption volontaire de grossesse: la loi suisse respecte la liberté de décision de la femme
La Suisse a légalisé l’avortement en 2002. Depuis, une femme enceinte malgré elle peut librement décider d’interrompre sa grossesse jusqu’à la 12e semaine, et au-delà dans certaines conditions.

En matière d’interruption de grossesse, la législation suisse respecte la responsabilité propre et la liberté de décision de la femme. Ainsi, la solution dite «des délais», en vigueur depuis 2002 (art. 119 – 120 du Code pénal), prévoit qu'une femme enceinte peut librement choisir si elle désire garder son enfant ou non jusqu'à la 12e semaine de grossesse après les dernières menstruations (l’embryon ayant alors dix semaines au plus). Elle doit en faire la demande par écrit en invoquant le fait qu’elle se trouve en situation de détresse.

Dès la 13e semaine, le Code pénal admet l’IVG si un avis médical (du médecin qui pratiquera cet acte médial ou d’un autre médecin) démontre qu'elle est nécessaire pour écarter le risque d'une atteinte grave à l'intégrité physique ou un état de détresse profonde de la femme enceinte. Ce danger devra être d’autant plus grave que la grossesse est avancée. Le rapport médical doit impérativement être intégré au dossier de la patiente.

Si la femme enceinte est âgée de moins de 16 ans, le médecin doit encore s’assurer qu’elle ait pu s’adresser à un centre de consultation spécialisée pour mineurs.

Les obligations du médecin

Le médecin qui pratique l’avortement est légalement tenu de:

  • s’entretenir lui-même avec la femme enceinte, de manière approfondie;
  • la conseiller;
  • l’informer des risques médicaux de l’intervention;
  • lui remettre un dossier d’information, notamment aussi sur les possibilités d’adoption.
En savoir plus

http://www.svss-uspda.ch

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Bébé qui pleure, sur une balance

«Avorter» après la naissance?

Des partisans du droit à l’avortement argumentent en faveur de l’infanticide.
Interruption de grossesse tardive: la loi et la pratique

Interruption de grossesse tardive: la loi et la pratique

La loi autorise les IVG jusqu’à la 12e semaine de grossesse. Au-delà de ce délai, l’interruption de grossesse doit être approuvée par avis médical.
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à la 9e semaine. L’une médicamenteuse, l’autre chirurgicale. Une spécialiste explique les différences entre ces deux solutions.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Bébé arrive: le grand chamboulement

La grossesse, l'accouchement et les semaines qui suivent sont faits de bouleversements. Entre changements, peur et bonheur, le point avec l'Antidote.

Tests prénataux: utilité et conséquences

Les tests prénataux comme les échographies ou les amniocentèses permettent aux parents qui attendent un enfant de mieux cerner les risques de maladie ou de malformation d'origine génétique. L'antidote fait le point sur les maladies dépistées, les risques ainsi que la fiabilité de ces tests.