Première naissance après une greffe d’utérus

Dernière mise à jour 05/01/15 | Article
Première naissance après une greffe d’utérus
Un enfant vient de voir le jour après avoir été porté dans un utérus prélevé chez une femme ménopausée. Quel pourra être l’avenir de cette technique spectaculaire?

En Suède, une femme âgée de 36 ans a récemment accouché d’un petit garçon en bonne santé. Il y a un an, elle recevait l’utérus qui venait d’être prélevé chez une femme ménopausée. Cette maman est l'une des neuf Suédoises qui ont pu bénéficier d’une greffe d'utérus de donneuse vivante en 2013. Dans le monde, on recense onze transplantations d’utérus. Aucune des femmes concernées n’avait encore donné naissance à un enfant vivant. Une seule grossesse avait été obtenue (chez une jeune femme turque à partir d’un utérus greffée d’une donneuse décédée) mais la grossesse avait dû être interrompue au bout de deux mois du fait d’une malformation embryonnaire.

Les détails médicaux de la première suédoise ont fait l’objet d’une publication dans l’hebdomadaire britannique The Lancet(1). La receveuse avait reçu l’utérus d’une donneuse vivante (une amie de sa famille) âgée de 61 ans et ménopausée depuis longtemps. L’embryon avait ensuite été conçu in vitro. On avait pour cela eu recours aux ovocytes de la future mère (dont les ovaires étaient intacts) et au sperme de son compagnon.

Le nouveau-né ne pesait que 1,8 kilogramme à la naissance. L’accouchement, qui a nécessité une césarienne, a été déclenché après des complications lors de la 31e semaine de grossesse. La mère et l’enfant, qui a passé dix jours à l’hôpital, sont désormais en bonne santé, assurent les soignants.

La première «greffe éphémère»

Cette première a été obtenue par une équipe dirigée par le Pr Mats Brännström (Department of Obstetrics and Gynecology, Sahlgrenska Academy, University of Gothenburg). Pour ce spécialiste, ce succès «ouvre la voie à la possibilité de traiter de nombreuses jeunes femmes qui, partout dans le monde, sont nées sans utérus». La patiente qui vient d’accoucher ne pourra cependant pas conserver cet utérus transplanté plus de deux grossesses.  «Cette greffe d’utérus est aussi la première greffe éphémère», expliquent des chercheurs au Lancet: pour éviter les effets secondaires liés aux médicaments anti-rejets ce greffon sera prochainement retiré.

L’exploit médico-chirurgical est sans précédent. «Ce n’est pas le fruit du hasard, commente le Pr Michel Polak, pédiatre endocrinologue à l’hôpital Necker à Paris et directeur du centre de référence Pathologies Gynécologiques rares (PGR). L’expérimentation du Pr Mats Brännström s’inscrit dans un vaste programme de recherche, avec plus de 15 ans de phase expérimentale chez l’animal. Un comité d’éthique a suivi ses travaux. C’est le seul essai clinique mondial sur le sujet».

Chance fantastique

La jeune femme de 35 ans présentait une absence congénitale d’utérus, liée au syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser. Par ailleurs en bonne santé, elle était née aussi avec un rein unique et une agénésie vaginale. Ces femmes sont dotées d’ovaires fonctionnels mais leur stérilité est considérée comme absolue, leur désir de maternité pouvant se réaliser jusque-là seulement par l’adoption. Ce ne sont toutefois pas les seules femmes candidates à la greffe d’utérus, qui peut être indiquée en cas d’hystérectomies pratiquées précocement pour des raisons cancéreuses ou traumatologiques.

Utérus ménopausé fonctionnel

La donneuse était une amie proche de la famille, ménopausée et mère de deux enfants, âgée de 61 ans (la propre mère de la patiente avait été récusée pour incompatibilité de groupe sanguin). Le caractère fonctionnel de l’utérus de la femme ménopausée avait été vérifié au préalable (à l’aide d’une contraception œstro-progestative avec l’apparition d’hémorragies de privation). Après la greffe, au 43e jour postopératoire, les règles sont apparues chez la receveuse, puis de manière régulière. Le transfert d’embryon a été réalisé douze mois après la greffe, et la première tentative a entraîné une grossesse.

L’équivalent d’une greffe cardiaque

Pour le Pr René Frydman qui (avec le biologiste Jacques Testart) fut à l’origine du premier «bébé-éprouvette» français, cette première est un événement équivalent à ce que fut, en cardiologie, la première greffe de cœur. «C’est la première fois qu’un enfant s’est développé dans l’utérus d’une autre femme porté par celle qui va être la mère de cet enfant», observe-t-il. Selon lui, une centaine de femmes pourraient être demandeuses, en France, de cette technique.

Le Pr Frydman observe aussi que cette première médicale pose aussi des questions éthiques. «Les donneuses pour la greffe d’utérus peuvent être des donneuses vivantes, provenant de l’entourage de la patiente, et ça mérite des précautions, ça mérite qu’on y réfléchisse»,explique-t-il, posant notamment la question de la relation entre la mère, la donneuse et l’enfant.

Une variante de cette procédure médicale sera bientôt tentée en Suède. Une mère de 56 ans a accepté de «léguer» son utérus à sa fille qui en est dépourvue (un cas syndrome de Rokitansky-Küster-Hauser là encore). La mère pourrait ainsi permettre à sa fille, aujourd’hui âgée de 25 ans, d’enfanter grâce à l’organe au sein duquel elle a été conçue.

_________

(1) Le résumé (en anglais) de la publication du Lancet est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».
amis_fertilite

Amis et ennemis de la fertilité

Faire un bébé est un rêve parfois difficile à réaliser. Selon l'OMS, l'infertilité est définie comme l'absence de grossesse malgré un an de rapports sexuels réguliers. Ses causes sont imputables dans une même proportion de 30% aux hommes, aux femmes, et au couple; le 10% restant demeure inexpliqué. Des difficultés d'ordre médical –problèmes génétiques, malformations, traumatismes, pathologies hormonales, endométriose– ainsi que divers autres facteurs peuvent influencer la conception d'un enfant.
Spermatozoïde

Désir d’enfant après une vasectomie

Après une vasectomie, 2 à 6% des hommes souhaitent de nouveau avoir des enfants. Il y a deux options à disposition, mais il est important de noter qu’une grossesse ne peut jamais être garantie avec ces deux techniques.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Devenir maman après un cancer

Qui dit cancer dit souvent traitements comme la chimiothérapie, avec le risque, pour une jeune femme, de devenir stérile et de voir son rêve de devenir maman brisé. Aujourd'hui, l'espoir renaît grâce aux progrès de la procréation médicalement assistée.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant