Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dernière mise à jour 09/11/16 | Article
rene_frydman
Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».

CA S'EST PASSÉ AU SALON
PLANÈTE SANTÉ LIVE 2016

Du 24 au 27 novembre
SwissTech Convention Center
& Rolex learning center (EPFL)

A ne pas manquer: conférence du Pr René Frydman: «Les nouveaux défis de la PMA expliqués par le père scientifique du premier bébé éprouvette français
(Samedi 26 / 12h-13h / Auditoire Cloud (STCC))

Planète Santé: Qu’est-ce qui vous a conduit vers la gynécologie-obstétrique?

Pr René Frydman: Un hasard. A l’époque je faisais de la chirurgie, de l’orthopédie et de la traumatologie. Ce qui m’importait, c’était de me sentir utile, d’aller sur le terrain opérer dans l’urgence. Les maladies chroniques ne m’intéressaient guère. L’obstétrique encore moins. Etudiant, je m’étais d’ailleurs toujours débrouillé pour ne pas faire les accouchements. Je trouvais ça complètement nul et surtout, je ne voyais pas la place de la médecine dans cette affaire. Il me semblait que la femme était capable de se débrouiller seule. Puis, j’ai été amené à faire un stage de chirurgie molle. Le hasard a voulu que je me retrouve dans le service de gynéco- obstétrique. Et là… j’ai eu l’impression d’être retombé dans le Moyen Âge.

Le Moyen Âge, c’est-à-dire?

J’avais déjà vu un certain nombre de femmes mourir, dont l’une d’une septicémie lors d’un avortement clandestin. J’avais même milité pour l’autorisation de l’avortement, mais je ne me doutais pas une seconde de l’état des services d’obstétrique des hôpitaux français. Le premier jour de mon stage d’interne, le patron nous reçoit dans son bureau. Il est appelé pour effectuer une césarienne et il me demande de l’accompagner. Je l’assiste pendant la césarienne où il finit par sortir deux mouflets qui devaient peser environ 500 g chacun. Il les pose, nus, sur une plaque de marbre froide puis hurle «Appelez-le vite, appelez-le vite!» Je m’attendais évidemment à voir arriver le réanimateur en toute urgence. Eh bien non. C’est le curé qui est venu, pour donner l’extrême-onction. Nous sommes en 1972. En France, à Paris! Là, je me suis dit ok, il y a de toute évidence quelque chose à faire ici. Et c’est une urgence. Je pense que c’est en partie cette expérience qui m’a poussé à choisir cette spécialité.

Vous êtes devenu le pionnier en France des fécondations in vitro, des bébés double-espoir et j’en passe. Vos activités sont néanmoins loin d’être approuvées à l’unanimité. Je pense notamment à l’Eglise catholique. Pourquoi les croyants sont-ils généralement contre les fécondations in vitro?

Dans de nombreuses religions, et cela vaut spécifiquement pour la doctrine catholique, la sexualité et la procréation sont absolument indissociables. Les catholiques sont contre toute intervention rendant la sexualité indépendante de la procréation et vice-versa. Pour conserver une certaine humanité, l’homme doit toujours être issu d’un désir, exprimé ou non-exprimé, mais d’un désir. Avec la fécondation in vitro (FIV), on insère clairement une césure entre la procréation et la sexualité. C’est une césure qui s’accompagne de surcroît d’une autonomisation de choix. Nous sommes désormais aptes à décider du moment, si ce n’est davantage, de la conception d’un enfant. Nous nous érigeons, en somme, en maître de la vie à venir, ce qui déroge complètement à l’ordre des choses.

Il y a encore des réticences face à la procréation médicalement assistée (PMA). Pourquoi?

La création de la vie a toujours été une affaire quasi invisible et surtout, non manipulable. Aujourd’hui, elle l’est devenue comp lètement. On peut induire la vie, décider de la supprimer suite à un diagnostic prénatal non satisfaisant et on pourrait même intervenir pour corriger des troubles génétiques qui auraient une portée sur la descendance. Alors, qu’est-ce qu’on fait? Si vous êtes dans un pays où ces manipulations sont interdites, la question ne se pose pas. Vous n’avez pas le choix. Mais si des possibilités s’offrent à vous, que faire? Les gens n’ont pas forcément envie de pouvoir choisir. Il est toujours plus facile de suivre les indications d’un leader ou d’un corpus de pensée que d’être confronté à un choix, qui de plus, dans ce cas, a trait à la création ou la suppression de la vie.

Mais où placer la limite? Peut-on s’imaginer, dans quelques années, décider du sexe, de la couleur des yeux et du niveau d’intelligence de son enfant?

La volonté d’avoir un enfant parfait a toujours existé, la perfection des uns n’étant pas celle des autres. La perfection n’est pas une notion réaliste et comme vous le savez sans doute, il n’y a pas de descendance de Prix Nobel dans les familles, sauf exception bien sûr. Cela dit, chaque fois qu’une nouvelle technique émerge, il faut impérativement la questionner. Permet-elle de diminuer ou de supprimer une souffrance? Choisir entre des yeux bleus ou des yeux noirs n’a pas la même portée que de choisir entre un enfant trisomique ou pas.

Vous êtes donc en faveur de toutes les progressions médicales possibles et imaginables?

Dans la mesure où elles n’aliènent pas une autre personne, oui. Je suis absolument contre la gestation pour autrui par exemple.

A la fin de sa vie, Einstein aurait exprimé ses regrets d’avoir contribué à la création de la bombe atomique. Pourriez-vous exprimer des regrets face aux avancées de la PMA?

Je ne pense pas que nous soyons en mesure de juguler la connaissance. Adam et Eve ont été chassés du paradis parce qu’ils ont touché à l’arbre de la connaissance, rien de plus. La connaissance peut éventuellement être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile. Ce que nous pouvons faire en revanche, c’est la cadrer: réguler par exemple les conditions de son acquisition et de son utilisation. Nous revenons au problème du choix: l’homme peut utiliser l’énergie atomique pour s’éclairer ou pour détruire. Dans le domaine de la reproduction, c’est pareil. Nombreux n’auraient pu concevoir s’ils n’avaient eu recours à la PMA. Naturellement, les avancées de la PMA nous amènent aussi vers des possibilités qui ne sont pas forcément souhaitables. Nous sommes amenés à des questionnements éthiques fondamentaux, dans toutes les branches de la médecine. Mais si nous les évitons, les conséquences peuvent être dramatiques.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bébé_trois_adn_espoirs_contreverse

Le bébé conçu avec trois ADN soulève espoir et controverse

La conception d’un enfant à partir de trois ADN en 2016 au Mexique marque un tournant scientifique dans la procréation médicalement assistée. Et pose de nouvelles questions éthiques.
Videos sur le meme sujet

L’influence des bactéries sur la fertilité masculine

Le CHUV vient de recevoir un financement du Fond National Suisse pour étudier l’influence des bactéries sur la fertilité masculine.
Maladies sur le meme sujet
Test de grossesse négatif

Infertilité

En fonction de l'âge, il est conseillé de consulter après six mois ou une année de tentatives infructueuses pour mettre en route une grossesse. L'absence de règles pendant six mois sans grossesse doit aussi amener à consulter. Enfin, il est bon de se rappeler que dans la moitié des cas la cause de l'infertilité se trouve chez l'homme.

Symptômes sur le meme sujet
Que faire si je n'arrive pas à avoir d'enfant?

Infertilité

Je n'arrive pas à avoir d'enfant