Quand la fausse couche survient

Dernière mise à jour 20/01/20 | Article
fausse_couche_survient
Le risque de fausse couche serait de 25% en moyenne. Un chiffre considérable et une réelle épreuve pour de nombreux couples.

Crainte légitime, parfois obsédante: la peur de la fausse couche s’invite souvent dans les esprits dès l’annonce d’une grossesse. Quand elle se produit, le choc n’en est pas moins considérable, même si l’on sait à quel point le phénomène est fréquent. «Si l’on pouvait comptabiliser toutes les grossesses, même celles qui prennent fin si précocement qu’elles passent inaperçues, on frôlerait sans doute le 50% de risque», estime le Pr Michel Boulvain, médecin-chef du Service d’obstétrique du Groupe hospitalier ouest lémanique (GHOL).

Dans près de 90% des cas, la fausse couche se produit au cours du premier trimestre. Deux causes prédominent. La première est chromosomique: les divisions cellulaires aboutissant à une grossesse peuvent en effet être le siège de réarrangements chromosomiques, autrement dit engendrer des défauts sur le nombre ou la structure des chromosomes. On sait par exemple que les trisomies 21, 13 et 18 sont les seules qui peuvent donner lieu à des grossesses viables. La seconde cause est liée à une mauvaise implantation de l’œuf dans l’utérus, soit à un endroit peu propice de la paroi utérine ou, plus dangereux, dans les trompes de Fallope (grossesse extra-utérine).

Prise en charge au cas par cas

Fausses couches à répétition: que faire?

Le plus souvent, les investigations sont proposées à partir de la troisième fausse couche. En jeu? «Déterminer les causes possibles et voir si des solutions peuvent être proposées au couple», indique le Pr Michel Boulvain, médecin-chef du Service d’obstétrique du Groupe hospitalier ouest lémanique (GHOL). Parmi les pistes:

  • Prise en compte de l’âge maternel: de 10% avant l’âge de 30 ans, le risque de fausse couche dépasse les 50% chez les femmes de plus de 45 ans.
  • Examen du caryotype de chacun des membres du couple: un défaut chromosomique peut passer inaperçu chez une personne, mais poser problème pour sa descendance, au moment de la formation de l’embryon.
  • Réaction immunologique maternelle exacerbée: une grossesse est un challenge physiologique sans équivalent puisque le système immunitaire de la femme doit accepter ce qui est pour lui un «corps étranger» avec ses propres marqueurs biologiques. Il arrive que le système immunitaire se retourne contre le fœtus.
  • Recherche de thrombophilie ou de syndrome des anticorps antiphospholipides: des particularités sanguines susceptibles de mettre à mal une grossesse.

«Tout saignement ou douleur dans le ventre en début de grossesse nécessite une prise en charge médicale, rappelle le spécialiste. La première urgence est d’écarter l’hypothèse d’une grossesse extra-utérine: celle-ci ne peut être menée à terme, et surtout elle comporte un risque élevé d’hémorragie par rupture de la trompe concernée.» Qu’en est-il en cas de fausse couche avérée? «La prise en charge se fait au cas par cas selon le stade de la grossesse, précise le Pr Boulvain. Une surveillance est nécessaire ensuite dans les semaines qui suivent en raison d’un risque d’infection.» Et de rappeler: «On parle de fausse couche jusqu’à 22 semaines d’aménorrhée (absence de règles) et on la qualifie de "tardive" quand elle se produit, durant cette même période, entre 12 et 22 semaines. Passé ce délai, le fœtus est déclaré à l’Etat civil et l’on parle de décès in utero, plus de fausse couche». Les causes sont alors différentes de celles entrant en jeu en début de grossesse: malformation du col de l’utérus, infection (Listériosepar exemple) ou encore défaut de développement du placenta.

Si les causes et stades concernés de la grossesse sont des facteurs essentiels pour la prise en charge de la femme sur le plan physique, aucune règle ne fait loi concernant le suivi psychologique. «Même lorsque la fausse couche survient très tôt dans la grossesse, elle peut constituer une épreuve intense pour certaines femmes, certains couples, insiste la Dre Lamyae Benzakour, médecin adjointe responsable de la psychiatrie de liaison aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). A tout moment, si le besoin s’en fait sentir, il ne faut pas hésiter à en parler avec un professionnel. Sentiment de culpabilité, remise en question du mode de vie et de la capacité à être mère: même si dans l’immense majorité des cas, les femmes ne sont en rien responsables de la fausse couche qui a mis un terme à leur grossesse, l’événement les renvoie à une image très négative d’elles-mêmes. Le désarroi et la douleur peuvent aller jusqu’à la dépression ou le trouble de stress post-traumatique (lire encadré).»

Nouvelle grossesse?

Très vite, la question peut se poser: quand envisager une nouvelle grossesse? «Sur le plan médical, il n’y a généralement pas de délai particulier à respecter. Mais il est crucial de tenir compte des dispositions psychologiques», évoque le Pr Boulvain. «Il y a la temporalité du corps, et il y a celle du psychisme, confirme la Dre Benzakour. Il s’agit parfois d’entreprendre un réel deuil périnatal, et pour cela, aucun délai n’est préétabli.» La suite? «Elle ne se dessine pas sur un mode "tout noir" ou "tout blanc", où tout à coup on se sentirait parfaitement bien, considère la psychiatre. Mais quelques prérequis sont précieux, notamment avoir retrouvé un certain apaisement, intégré que la grossesse passée ne se rejouera pas, et ne pas chercher à remplacer l’être perdu.»

Reste ce qui sera conté ou non aux éventuels frères ou sœurs. «Les non-dits ont un effet désastreux, rappelle la spécialiste. Alors oui, bien sûr, si l’événement a été marquant, il peut être raconté, tout naturellement, en tenant compte de l’âge et de la sensibilité de l’enfant. Si l’enfant perdu n’a pas pu voir le jour, il garde une place dans le souvenir et dans l’histoire familiale.»

L’ombre du stress post-traumatique

Pour certaines femmes, l’épreuve que constitue une fausse couche revêt la forme d’un trouble de stress post-traumatique. «Celui-ci prend naissance dans un contexte brutal de confrontation à la mort ou la menace de mort, rappelle la Dre Lamyae Benzakour, médecin adjointe responsable de la psychiatrie de liaison aux Hôpitaux universitaires de Genève. En cas de fausse couche, l’exposition peut être double: la peur de sa propre mort et la confrontation à celle du fœtus.» Les symptômes, qui peuvent apparaître rapidement ou après quelques semaines, sont alors caractéristiques: syndrome de reviviscences traumatiques (le souvenir se réactive spontanément à tout moment) sous la forme de cauchemars ou de flash-backs, conduites d’évitement (refus par exemple de retourner à l’hôpital où a été prise en charge la fausse couche), anxiété ou encore symptômes neurovégétatifs (sueurs, vertiges, etc.). «Il est normal que les semaines suivant une fausse couche soient éprouvantes, ajoute l’experte. Mais il peut être très utile de consulter un médecin pour faire le point. Le trouble de stress post-traumatique par exemple n’est pas irrémédiable, mais non pris en charge, il peut s’installer durablement et conduire à une dépression.»

______

Paru dans le Quotidien de La Côte le 15/01/2020.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Accouchement

Placenta praevia et accreta: deux situations à risque

Les anomalies du placenta sont des complications rares mais potentiellement graves pour la santé de la...
Lire la suite
Accouchement
accouchement_declencher_attendre

Accouchement: faut-il le déclencher ou l’attendre?

Parfois indispensable pour préserver la santé de la mère et de l’enfant, le déclenchement de l’accouchement...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
paternite_tardive_messieurs

Paternité: Messieurs, votre âge compte

On sait depuis longtemps que l’âge de la mère est un facteur déterminant pour les chances de grossesse, mais aussi pour son bon déroulement et pour la santé de l’enfant. Les études pointent aujourd’hui du doigt l’âge du père.
amis_fertilite

Amis et ennemis de la fertilité

Faire un bébé est un rêve parfois difficile à réaliser. Selon l'OMS, l'infertilité est définie comme l'absence de grossesse malgré un an de rapports sexuels réguliers. Ses causes sont imputables dans une même proportion de 30% aux hommes, aux femmes, et au couple; le 10% restant demeure inexpliqué. Des difficultés d'ordre médical –problèmes génétiques, malformations, traumatismes, pathologies hormonales, endométriose– ainsi que divers autres facteurs peuvent influencer la conception d'un enfant.
maternite_sexualite_conjuguer

Maternité et sexualité: comment les conjuguer?

Etre enceinte ne signifie pas qu’il faut arrêter de faire l’amour ni que cet état est synonyme d’une baisse automatique et permanente du désir sexuel féminin. Toutefois, une grossesse implique des changements importants et des conséquences inévitables sur la vie sexuelle de la future mère et du couple.
Videos sur le meme sujet

Grossesse et obésité: un duo à risque

Obésité et grossesse forment un duo à risque pour la santé des mères et de leur enfant.

Des particules fines dans le placenta

La suie présente dans l’air pollué atteint le placenta des femmes enceintes.

Comment on fait les bébés?

Comprendre comment on fait les bébés en moins de deux minutes.