Les avancées de la thérapie fœtale

Dernière mise à jour 19/12/13 | Article
Les avancées de la thérapie fœtale
Les progrès réalisés ces dernières années dans les techniques d’imagerie et en chirurgie ont bénéficié à toutes les spécialités médicales, et permis l’essor de la médecine fœtale.

Plusieurs méthodes sont aujourd’hui utilisées afin d’augmenter les chances de survie du fœtus ou de diminuer le risque ou la sévérité de séquelles post-natales. En permettant de traiter le bébé in utero, la médecine fœtale évite d’ajouter au risque de la maladie celui d’une naissance provoquée prématurément.

L’échographie permet aujourd’hui d’obtenir des images du fœtus en temps réel et en haute définition. Alors qu’il fallait avant attendre la naissance de l’enfant pour réaliser le premier examen, celui-ci a maintenant lieu avant même le troisième mois de grossesse. Les maladies ou malformations qui touchent le bébé peuvent donc être diagnostiquées à un stade très précoce.

Si la plupart du temps les anomalies fœtales peuvent être traitées après la naissance, il peut être nécessaire dans certains cas de le faire quand l’enfant est encore dans le ventre de sa mère. C’est le cas notamment des maladies dont l’évolution rapide pourrait entraîner la mort de l’enfant avant sa naissance ou avant sa viabilité.

Certaines interventions nécessitent encore d’ouvrir l’utérus de la mère pour atteindre le fœtus. Mais le développement de la fœtoscopie (la visualisation du bébé grâce à un fibroscope introduit par une petite incision dans l’utérus) et du guidage par échographie des interventions réalisées avec des aiguilles, a permis de diminuer considérablement les risques liés aux interventions sur le fœtus. Ces techniques de pointe restent cependant réservées à quelques maladies particulièrement sévères, et ne sont pour le moment disponibles que dans quelques centres de référence, tels que le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Transfusion et problèmes vasculaires

Lorsque le fœtus souffre d’un déficit sévère en globules rouges ou en plaquettes sanguines, la transfusion in utero est incontournable. Cette intervention reste le traitement de référence depuis les années 1960. Faute d’imagerie médicale performante à cette époque, le sang était alors injecté dans le ventre du fœtus. Aujourd’hui la technique a été grandement améliorée et la transfusion est faite directement dans le cordon ombilical. Bien que pratiqué régulièrement, ce geste n’en reste pas moins très technique.

La thérapie fœtale a également permis de progresser dans la prise en charge du syndrome «transfuseur-transfusé». Il s’agit d’une anomalie qui complique 10 à 15% des grossesses gémellaires dites «monochoriales», où les deux bébés partagent un seul placenta (vrais jumeaux). Dans ce type de grossesse, les vaisseaux des deux fœtus communiquent sur le placenta, ce qui peut mener à un déséquilibre des flux sanguins: un des jumeaux reçoit trop de sang et l’autre pas assez. Sans traitement, le pronostic est catastrophique, avec une issue fatale des jumeaux dans 90% des cas. Une technique associant fœtoscopie et traitement au laser permet aujourd’hui de séparer les circulations des jumeaux. Ce traitement a permis une nette augmentation du taux de survie, avec une survie des deux enfants dans 60 à 70% des cas.

Anomalie cardiaque

La malformation du ventricule gauche du cœur est une anomalie fœtale sévère, dont le pronostic reste très sombre. Les nombreuses interventions chirurgicales que doivent subir les nourrissons atteints après la naissance induisent un fort taux de mortalité, et la moitié des enfants survivants présentent des troubles neuro-développementaux majeurs. Agir in utero ne permet pas de corriger l’anomalie du ventricule directement mais augmente la réussite de la chirurgie réparatrice post-natale. A noter que cette technique est encore en phase de recherche et développement, et n’est pas encore un traitement de routine.

De nombreuses autres applications

A l’aide d’un ballonnet gonflable les chirurgiens peuvent aujourd’hui remédier aux conséquences d’une mauvaise fermeture du diaphragme. Chez certains bébés atteints de cette malformation, la cavité thoracique est envahie par les intestins et le foie, et les poumons n’ont alors plus la place de se développer correctement. Si l’anomalie du diaphragme est habituellement traitée par une intervention post-natale, les séquelles pulmonaires empêchent la survie du nouveau-né. Agir in utero permet un meilleur développement des poumons, évite des atteintes irrémédiables et augmente la survie du bébé.

Il en va de même pour les obstructions de l’appareil urinaire du fœtus. La rétention de l’urine dans la vessie du bébé peut avoir de graves conséquences pour ses reins, et engager le pronostic vital de l’enfant. Pour certains cas précis, la pose d’un drain entre la vessie et la poche amniotique restaure un écoulement normal des urines et améliore la survie de l’enfant.

La chirurgie fœtale micro-invasive n’en est qu’à ses débuts. Certaines interventions porteuses d’espoir déçoivent, tandis que d’autres apportent une amélioration significative. Bien que les malformations concernées soient rares, l’impact psychologique et économique est considérable pour les parents et la société. Opérer un enfantin utero, c’est pousser la porte d’un monde jusqu’alors inconnu, ce qui n’est pas sans soulever un questionnement éthique. Mais la chirurgie fœtale, c’est également prodiguer les soins nécessaires à la survie d’un nouveau type de patient, le fœtus.

 

Référence

Adapté de «Thérapie fœtale: la chirurgie avant la naissance?» par K. Lepigeon et Dr D. Baud, Unité de recherche en médecine materno-fœtale et obstétrique, CHUV. In Revue médicale suisse 2013; 9: 1959-64.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Un foetus

Séquencer le génome avant la naissance est possible. Est-ce souhaitable?

Les progrès de la génétique et des prix de moins en moins élevés font que cette question va prendre une importance de plus en plus grande dans les sociétés démocratiques. Sur fond d’atermoiements politiques et de dilemmes éthiques. Un rapport américain rappelle fort opportunément quelques points essentiels
Tubes d'analyses

Trisomies 13 et 18: grosses divergences sur la «qualité de vie»

S’intéresser aux personnes porteuses d’une anomalie chromosomique n’est jamais une chose très facile. Des chercheurs de Montréal l’ont fait. Ils ont cherché à évaluer de quelle manière les parents perçoivent ce qu’il en est de la «qualité de vie» de leur enfant trisomique. Puis, ils ont fait de même avec les médecins prenant en charge ces mêmes enfants. Les résultats donnent amplement matière à réflexion.
Avant l'heure de la naissance…

Eugénisme: Bienvenue à Gattaca?

Le développement rapide des tests génétiques prénataux pourrait conduire très rapidement à l’émergence d’un monde dans lequel la sélection des enfants à naître sera une pratique courante.
Videos sur le meme sujet

Tests prénataux: utilité et conséquences

Les tests prénataux comme les échographies ou les amniocentèses permettent aux parents qui attendent un enfant de mieux cerner les risques de maladie ou de malformation d'origine génétique. L'antidote fait le point sur les maladies dépistées, les risques ainsi que la fiabilité de ces tests.

Echographies «pour le plaisir» du futur bébé: pourquoi il faut savoir dire non

En France une institution officielle vient de mettre en garde contre la multiplication des échographies obstétricales réalisées à la demande des futurs parents. Ces examens ne devraient être pratiqués qu’à des fins médicales. La raison réclame de ne pas exposer inconsidérément aux ultrasons les yeux et les organes génitaux des fœtus. Une recommandation qui coïncide avec des images diffusées par la BBC de la formation in utero d’un visage d’un fœtus.