Peut-on accoucher par voie basse après une césarienne?

Dernière mise à jour 12/12/11 | Article
Nouveau-né
Après une première césarienne, il faudrait privilégier l'accouchement vaginal. Car il reste le moyen le plus sûr de mettre un enfant au monde.

Les taux de césariennes ne cessent d’augmenter dans les pays industrialisés. La Suisse, qui en comptait 32% en 2007, ne fait pas exception. Or, une des explications majeures de cette hausse n'est autre que l’augmentation de la répétition de cette intervention chez des femmes ayant déjà subi une césarienne. Sa cause? La crainte de l’ouverture de la cicatrice de l’utérus lors des contractions en cas de tentative d’accouchement vaginal après césarienne, complication rare mais potentiellement catastrophique pendant une naissance. La césarienne permet d’éviter la rupture de l’utérus dans la majorité des cas, mais elle reste associée à des complications néonatales, comme la détresse respiratoire du bébé, ou encore à des complications maternelles, comme l’hémorragie ou les infections. Il faut aussi tenir compte du fait qu’il y a des risques d’anomalie de l’insertion placentaire pouvant entraîner des complications potentiellement graves lors d’une grossesse ultérieure. C'est pour cette  raison qu'une tentative d’accouchement vaginal après césarienne devrait être envisagée chez les femmes à bon pronostic de réussite et à faible risque de rupture utérine. Parlez-en donc à votre médecin et demandez-lui d'établir un plan d'accouchement.

Décision du mode d’accouchement

Il faut que vous soyez informée du risque de rupture utérine, qui, quoique faible, reste bel et bien présent. Sur le plan médico-légal, il est important de documenter de manière détaillée cette discussion. Suivant le mode d’accouchement choisi, vous devrez signer en tant que patiente un consentement de tentative d’accouchement vaginal après césarienne ou un consentement de césarienne élective.

Autre point à examiner: le nombre de césariennes antérieures. En cas d’antécédent de plus d’une césarienne, il semble en effet que le risque de rupture utérine soit augmenté, raison  pour laquelle on  recommande généralement une césarienne dans cette situation. De plus, des études ont montré que l’intervalle entre  les accouchements conduisait à une augmentation du risque de rupture utérine lorsque cet intervalle était inférieur à dix-huit mois. Les antécédents d’accouchement vaginal sont aussi à prendre en considération : en présence d’un antécédent d’accouchement vaginal, on observe une augmentation du taux de réussite d’accouchement vaginal après césarienne et une diminution du risque de rupture utérine. Enfin, votre choix en tant que patiente et votre désir de grossesse ultérieur sont importants dans la discussion.

 

Référence

«Accouchement vaginal après césarienne en 2010», Drs Nicole Jastrow et Pablo Cantero Prs Michel Boulvain et Olivier Irion Service d’obstétrique, Département de gynécologie et obstétrique, HUG,  in Revue médicale suisse 2010; 6: 2000-4, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Interruption de grossesse (IVG)
Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Avortement: la méthode médicamenteuse est la plus recommandée

Les femmes voulant mettre un terme à une grossesse non désirée ont deux méthodes à disposition jusqu’à...
Lire la suite
Alimentation et grossesse
Tout n'est pas bon à manger pendant la grossesse

Tout n’est pas bon à manger pendant la grossesse

Toutes les femmes enceintes rêvent d’une grossesse harmonieuse et sans soucis. Adopter une alimentation...
Lire la suite
Accouchement
Patiente sous gaz hilarant

Gaz hilarant: l’anesthésique qui fait oublier la douleur

Cela n’a rien d’une plaisanterie. L’inhalation de gaz hilarant rend euphorique, s’accompagne de rires,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
accouchement_maison_folie

Accoucher à la maison, une folie?

Chez soi ou en maison de naissance, l’accouchement ne présente pas davantage de risques qu’en maternité. A condition d’être bien préparé et que la grossesse ne présente pas de complication.
Le tabou de l’incontinence

Le tabou de l’incontinence

Après un accouchement, 20% des femmes rencontrent des problèmes d’incontinence urinaire. Quelle est l’influence de la grossesse et du mode d’accouchement? Les explications du Dr Chahin Achtari, médecin responsable de la consultation d’uro-gynécologie à la maternité du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Choisir sa manière de donner la vie

Choisir sa manière de donner la vie

Entre stress et bonheur, l’accouchement est un moment très particulier dans la vie d’une femme. Réfléchir aux différentes possibilités d’accoucher est un bon moyen de s’y préparer.
Videos sur le meme sujet

Un robot accoucheur plus vrai que nature

Un robot qui accouche d’un bébé-robot… c’est l’aventure un peu surréaliste à laquelle vous fait assister Anne Baecher.

Césariennes : la Suisse championne du bistouri

En matière d’accouchement, la Suisse est championne du bistouri.

Un siècle pour la Maternité du CHUV

Silvio Dolzan célèbre les 100 ans de la Maternité du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).