Des masques chirurgicaux qui permettent de sourire aux patients

Dernière mise à jour 05/11/18 | Audio
Loading the player ...
«Rire, c’est bon pour la santé», comme le disait très justement Johann Schneider-Ammann.

(Texte: Aude Raimondi)

Si vous avez déjà été opéré, vous admettrez sans doute qu’il est frustrant de discuter avec le personnel médical masqué. Dans ces moments souvent angoissants, voir l’expression bienveillante de la personne qui vous parle serait rassurant. Or, dans un bloc opératoire, les règles d’hygiène imposent le port du masque. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement sensibles à cette «barrière émotionnelle», ressentie comme hostile.

Des chercheurs de l’EPFL tentent donc de mettre au point des masques chirurgicaux transparents, à travers lesquels il serait possible de sourire aux patients. Mais si l’idée paraît simple, la réalisation est complexe. Il faut en effet concevoir un masque qui soit à la fois perméable à l’air (pour permettre de respirer), résistant aux projections et assez filtrant pour arrêter les bactéries. A l’heure actuelle, les chercheurs se penchent sur deux types de matériaux naturels. D’une part, un hydrogel très transparent, mais qui a pour le moment une trop grande perméabilité. D’autre part, des filaments extrêmement fins qui donnent de bons résultats au niveau du filtrage mais ont encore une résistance trop faible. Les scientifiques veillent également à choisir des matériaux au coût raisonnable. Comme les masques chirurgicaux sont des produits jetables, il faut que leur prix soit commercialisable. Les recherches se poursuivent donc, dans l’espoir de trouver la parfaite combinaison et redonner le sourire aux médecins comme aux patients.

_______

Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (EMPA)

École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL)

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Directives anticipées

Un jeu pour aider à remplir ses directives anticipées

Moins d’une personne sur dix remplirait des directives anticipées pour spécifier le type de soins qu'elle aimerait recevoir, ou non, au cas où elle ne...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Il fixe le sol, son visage est sombre, il tremble, ses mains sont agitées d’un mouvement nerveux répétitif. Il parle peu, d’une voix monocorde et, par moments, je perçois un sanglot contenu. Parfois, rarement, son visage se relève, son regard s’éclaire et brille de fierté quand il parle de son fils aîné qui veut devenir médecin. Puis l’angoisse le reprend, avec le désespoir.
patients_mentent_medecin

La majorité des patients «mentent» à leur médecin

Une récente étude américaine met en lumière les difficultés des patients à être authentiques et à livrer toutes les informations, pourtant pertinentes, sur leur santé lors de la consultation médicale.
hes-so_acteur_cle_sante

La HES-SO, un acteur clé dans le monde de la santé

La HES-SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale sera présente lors du salon Planète Santé live avec différents projets de recherche et ses filières de formation.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Marie Schneider, une spécialiste de l'adhésion thérapeutique

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Gros plan sur la communication thérapeutique

Bastien Confino se penche sur la communication thérapeutique.

Les biais de genre en médecine

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux dans le domaine de la médecine.