Reprise d'un cabinet: un cas «conte de fée»

Dernière mise à jour 11/12/12 | Article
Reprise d'un cabinet: un cas «conte de fée»
Au mois de décembre prochain, Alexandra Reber, jeune médecin généraliste, reprendra le cabinet de François Rieben à Meyrin dans le canton de Genève. Loin des tracas que connaissent la plupart des médecins pour s’installer ou pour transmettre leur cabinet (voir article principal), l’histoire touche par sa simplicité. Ils se sont choisis, il y a sept ans, et la transition se fera en douceur. Comment cela s’est-il produit et pourquoi cela a-t-il aussi bien marché? Morceaux choisis de cette romance pas comme les autres.
Les Drs François Rieben et Alexandra Reber.

Les Drs François Rieben et Alexandra Reber.

© Romain Graf

La rencontre

Alexandra Reber:

«C’est au cours de ma première année d’assistanat que j’ai croisé le Dr Rieber pour la première fois. Il était le plus polyvalent des médecins à qui j’avais à faire, ce qui m’a tout de suite attiré, c’était cette la diversité des prises en charge.»

François Rieben:

«Lors de son premier stage chez nous, j’ai tout de suite vu qu’Alexandra était extrêmement compétente et qu’en plus, elle voulait faire de la médecine pratique. Le timing était bon, j’ai fait un pari et ça a payé.»

Le choix

Alexandra Reber:

«Avoir la possibilité de pouvoir aussi faire de l’urgence m’a décidée. C’est une manière de rester à la page et de garder le contact avec les nouveautés médicales. Pour moi, pouvoir mêler médecine générale à une pratique aiguë, c’était la situation idéale.»

François Rieben:

«Je dois bien avouer qu’au-delà de l’entente personnelle, il y a eu un calcul personnel. Je m’approchais de l’âge de la retraite, il fallait s’organiser. Quand j’ai croisé la route d’Alexandra, je me suis dit c’est maintenant ou jamais et j’ai saisi l’occasion.»

L’argent

Alexandra Reber:

«Quand on choisit d’être médecin généraliste, c’est plus la diversité du métier qui doit attirer que l’argent. On gagne évidemment moins que certains spécialistes, mais je pense que c’est plus riche humainement. Je demande juste à gagner ma vie correctement, l’argent n’a jamais été une priorité pour moi.»

François Rieben:

«Je pense que ce n’est pas le point central pour attirer une relève, contrairement à ce qu’on lit partout. Pour les nouveaux médecins généralistes, ne pas être isolés et pouvoir échanger avec des pairs me semblent déterminant. C’est ce que la proximité de l’Hôpital de la Tour offre ici.»

La pénurie

Alexandra Reber:

«Il me semble que beaucoup de mes collègues vont s’installer comme généralistes. Le problème, c’est qu’il faudra bien gérer les effectifs dans les Hôpitaux. Parce que là, nous ne sommes déjà pas assez.»

François Rieben:

«Le moratoire a permis aux Hôpitaux de garder et de former des urologues, des radiologues, etc. Au moment de la levée de la limitation, ces spécialités n’ont donc pas eu de problèmes à trouver une relève. Pour les généralistes, surtout dans ce qu’on appelle la “périphérie”, c’est le contraire. On a toujours dit qu’on était trop, ce qui fait qu’on a limité l’accès à cette formation. Aujourd’hui, on ne peut plus remplacer ceux qui partent, et on est obligé de recruter à l’étranger pour couvrir nos besoins.»

Les doutes

Alexandra Reber:

«Ma crainte, c’est de savoir si les patients vont rester ou s’ils vont aller chez un autre médecin. Mais, par rapport à d’autres de mes collègues, je n’ai déjà pas la peur de voir venir personne. Au début, c’est dur de se créer une patientèle.»

François Rieben:

«Quand vous faites de la médecine générale, vous faites des stages dans plusieurs spécialités. Le risque, c’était qu’au cours de ces sept ans, Alexandra décide tout à coup de changer de cap.»

Les espoirs

Alexandra Reber:

«A Genève, le Professeur Perrier a crée des filières de formation. Il faudrait aller dans le même sens pour les reprises de cabinets. Cela se prépare souvent deux ou trois ans à l’avance. Il faudrait encore plus connecter les médecins entre eux pour organiser des installations cohérentes.»

François Rieben:

«C’est quand on s’arrête de travailler qu’on devient réellement médecin. Il y a le savoir technique et le savoir être. Comme nous allons continuer à collaborer un moment avec Alexandra, j’espère pouvoir transmettre cette expérience de praticien que l’on n’apprend pas dans les livres. Et cet échange intergénérationnel me permettra en plus de profiter des connaissances techniques incroyablement pointues de ma jeune collègue. Que demander de plus!»

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

«Maisons de santé: on ne peut plus imaginer faire sans»

Pour répondre à la double problématique de la faible densité médicale et du vieillissement de la population, des structures de soins collaboratives inédites ont vu le jour en Valais. Le Dr Jacques Meizoz, médecin de famille et interniste général à Martigny nous parle de ces Maisons de santé.
PULS_soins_intensifs_apres

Les soins intensifs, et après?

Émerger peu à peu du brouillard… C’est ce qu’expérimentent la plupart des patients qui quittent les soins intensifs et qui doivent souvent faire face à des séquelles physiques, psychologiques, voire même psychosociales et socio-économiques.
PULS_humain_soins_intensifs

L’humain au cœur des soins intensifs

Lorsqu’un événement conduit à une hospitalisation aux soins intensifs, c’est souvent synonyme d’une vraie cassure. Techniques de pointe, personnel hautement spécialisé et humanisation des soins: tout est mis en œuvre pour améliorer le devenir des patients ainsi bousculés dans leur existence. Plongée dans le service de soins intensifs des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

En direct de la Clinique romande de réadaptation

Dans certains cas de maladie ou d'accident, un séjour en hôpital ne suffit pas.

La CRR et la réadaptation en général

La Clinique romande de réadaptation (CRR) de Sion appartient à la Suva, la Caisse nationale suisse dʹassurance en cas dʹaccidents.

Les évolutions du métier d’infirmier-ère

Le système de santé évolue pour faire face à la transition épidémiologique et aux besoins des patients et de leurs proches. Les infirmiers-eres contribuent à cette transformation.