DRG: Trois questions au Dr Hervé Spechbach

Dernière mise à jour 12/12/12 | Article
DRG: Trois questions au Dr Hervé Spechbach
Chef de clinique au Service de médecine interne générale des Hôpitaux universitaires de Genève, Hervé Spechbach s’est investit au sein de nombreuses institutions de jeunes médecins pour expliquer les DRG à ses collègues.
Dr Hervé Spechbach

Le Dr Hervé Spechbach travaille notamment dans les domaines de l’éducation médicale et de la douleur.

D.R.

Qu’est-ce qu’un DRG?

Hervé Spechbach: DRG signifie Diagnosis Related Group. Il s’agit de regrouper sous forme de code toutes les hospitalisations. Ces codes sont basés, pour une maladie, sur la classification internationale de l’OMS, et pour l’acte chirurgical selon la classification suisse des interventions chirurgicales (CHOP). En Suisse, le DRG est choisi à la fin de l’hospitalisation. Il correspond aux traitements qui ont mobilisé le plus de ressources. Il s’agit d’un forfait moyen par cas «all inclusive» qui n’est pas la somme du nombre d’actes effectués, ni celle du nombre de journées d’hospitalisation. Divers facteurs pondèrent le forfait. Le système est défini par canton et est adaptable au cours du temps.

Quels buts visent cette réforme?

Il s’agit de donner à la Suisse un système unifié. Par la force des choses, cette réforme permettra donc de comparer les coûts par hôpitaux avec davantage de transparence. Pour les hôpitaux et les politiques de la santé, elle permettra également de calculer le nombre de cas par groupe de maladies. Ces analyses statistiques permettront certainement de calculer une masse critique par centre hospitalier et donc de définir la liste des maladies qu’un centre hospitalier a intérêt à prendre en charge, en prenant en compte les spécificités de chaque prestataire de soins.

Après neuf mois de gestation de ce système, quel regard y jetez-vous?

D’un point de vue conceptuel, notamment dans un pays confédéré, je pense que l’on peut saluer une volonté d’unifier au niveau national la facturation hospitalière. SwissDRG SA est une institution publique commune des fournisseurs de prestations, des assureurs et des cantons. Les SwissDRG permettront probablement d’analyser les coûts et d’envisager une répartition territoriale des prestations. Il est toutefois clair que ce système présuppose que les centres hospitaliers ou les cliniques privées ne fassent pas un tri des patients selon une loi de rendement maximal, qui chercherait à capter les patients qui coûtent le moins cher, laissant les cas compliqués aux hôptiaux publics qui se trouveraient lésés.

Reste aussi le problème des cliniques privées. En échange des soutiens financiers publics, doivent-elles participer à la formation, à la recherche ainsi qu’à l’enseignement? Doivent-elles offrir un service public d’urgences? Le débat est ouvert.

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
epigenetique

Épigénétique, quand les gènes s’allument ou s’éteignent

Comme tout être vivant, l’homme est déterminé par son héritage biologique, mais pas seulement. Il est...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
avenir_systeme

Quel avenir pour notre système de santé?

Face aux évolutions majeures de notre société, le système de santé doit s’adapter et entamer sa mue. Mais comment? Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d'État vaudois et chef du Département de la santé et de l'action sociale, nous livre son point de vue.
Personnages en réseau

Les réseaux de soins, un modèle unique?

Les électeurs vont devoir se prononcer le 17 juin 2012 sur les réseaux de soins, dits encore Managed Care. En effet, un référendum a été lancé contre cette réforme de la LA Mal, qui a récolté 131000 signatures.
La responsabilité du médecin installé s’arrête-t-elle avec la fin de son activité?

La responsabilité du médecin installé s’arrête-t-elle avec la fin de son activité?

Le médecin installé répond de la bonne exécution du mandat de soins. Une complication peut toutefois apparaître plusieurs années après la prise en charge. Le délai de prescription court et il arrive que le médecin cesse son activité ou même décède. Le patient est-il alors privé de ses droits de recours?
Videos sur le meme sujet

Coordination des soins: musique d’avenir

Les systèmes de santé sont fait de réseaux, de connections, de failles aussi. Ils sont plus complexes que ce que l’on imagine.

Je vais à l'hôpital des enfants

Se faire opérer - pour l’enfant comme pour l’adulte - c’est plonger dans un monde inconnu où se mêlent confusément divers types de sentiments qui vont de l’appréhension - de la peur - à une certaine forme d’excitation.