Psychiatrie et génétique: mythe ou réalité?

Dernière mise à jour 21/09/11 | Article
Empreintes de mains
Les maladies psychiques sont-elles génétiques ? Quel rôle y joue l’hérédité ? Des questions qui se posent souvent.

La psychiatrie et la génétique sont-elles bonnes amies ? Cette question était au coeur du symposium du service de psychiatrie générale, organisé aux HUG le 18 mai 2011, La vunérabilité en psychiatrie : regards croisés. A mesure que la connaissance du génome humain progresse, on espère pouvoir y découvrir des explications aux troubles psychiques. Le Pr Alain Malafosse, médecin adjoint agrégé au service de médecine génétique des HUG est aussi l’auteur du livre Conseil génétique en psychiatrie, sorti en 1999. Le conseil génétique vise à donner des informations aux malades, ou aux personnes concernées par une maladie, afin de leur permettre de prendre une décision.

Conseil génétique en psychiatrie

Le Pr Alain Malafosse est l’auteur du livre Conseil génétique en psychiatrie.

Le Pr Alain Malafosse est l’auteur du livre Conseil génétique en psychiatrie. Julien Gregorio / Phovea

Mais quel est son rôle alors que l’on sait que l’influence des gènes dans les troubles psychiques est un débat qui n’est pas tranché à ce jour ? Pour le Pr Malafosse, « en premier lieu, c’est justement d’expliquer cela aux patients et à leurs proches. Bien souvent, ceux qui consultent ont une surestimation des risques de récurrence. » Le généticien précise aussi que des informations liées à des mutations associées à divers troubles psychiatriques, comme la schizophrénie, l’autisme, et le trouble bipolaire, sont aujourd’hui régulièrement publiées dans de grands journaux scientifiques : « Les patients et leurs proches en sont informés par les médias et il est très important de leur donner l’information la plus précise et la plus actualisée sur ces développements. » 

Les gènes expliquent-ils tout ?

Il est vrai que suite aux découvertes liées au génome, la génétique est un peu mise à toutes les sauces. Et la psychiatrie n’échappe pas à la règle. Evaluation des patients à risque, recherches liées au caractère héréditaire de certaines pathologies psychiatriques, le débat est ouvert parmi les spécialistes de la psychiatrie et de la génétique. Et il est loin d’être clos : « Des maladies comme Huntington ou la mucoviscidose peuvent être mieux comprises grâce à la génétique, car les gènes qui en sont responsables ont été identifiés. Alors que pour les affections psychiques, seule une faible partie de la composante génétique est aujourd’hui connue », explique le Pr Malafosse.

Il reste que les nombreuses recherches menées aujourd’hui dans ce domaine réactualisent, et amplifient même, des préoccupations classiques concernant les bases génétiques des troubles psychiatriques. On sait maintenant que l’environnement régule les gènes de l’individu. Mais ce que l’on sait moins, c’est que la psychothérapie
et la pharmacologie agissent également sur le génome.

Des progrès très récents

Les progrès de la génomique et des techniques de séquençage du génome accomplis lors des deux dernières années ont permis de trouver des variations génétiques très rares qui contribuent de façon importante à la vulnérabilité à certaines affections psychiatriques. « C’est donc probablement par la combinaison de mutations rares à haut risque d’une part et d’interactions entre gènes et environnement d’autre part que la génétique intervient dans la vulnérabilité aux affections psychiatriques. Cette combinaison est certainement spécifique à chaque patient. C’est pourquoi la recherche et la prévention dans ce domaine vont très probablement être davantage centrées sur la personne à l’avenir », conclut le Pr Malafosse.

Source

Pulsations - juillet-aout 2011

Article original: http://www.hug-ge.ch/_library/pdf/Actualite_sante/Journale_Pulsations_07_2011/p04_ACTUALITE.pdf

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
Être père après 45 ans fragilise la santé de l’enfant

Être père après 45 ans fragilise la santé de l’enfant

Dans les pays industrialisés, les hommes ont tendance, tout comme les femmes, à faire des enfants de...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
accelerateur_medecine_personnalisee

Coup d’accélérateur pour la médecine personnalisée

Avec l’ouverture du premier centre de génomique de Suisse à Genève, l’arc lémanique mérite plus que jamais le surnom de «Health Valley». Equipé de séquenceurs à haut débit ultraperformants, le centre doit répondre à la demande exponentielle de décryptages d’ADN et accélérer l’avènement de la médecine individualisée.
PULS_pharmacogenomique

La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.
Les gènes de la goutte

Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.
Videos sur le meme sujet

Qu'est-ce que le génome humain?

Tous les êtres humains sur la terre ont un génome, aussi appelé patrimoine génétique.

Comment décode-t-on le génome?

Moins de trois minutes pour comprendre comment on peut séquencer l'ADN d'un individu grâce à sa salive, à son sang ou à son tissu musculaire.

La génétique pour les nuls

Le 14 avril 2003, la Maison Blanche annonçait la fin du séquençage du génome humain, l'achèvement d'un projet amorcé en 1990.