La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

Dernière mise à jour 05/06/18 | Article
PULS_pharmacogenomique
En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.

Certaines personnes vont être qualifiées de «sensibles», d’autres de «résistantes», alors qu’elles sont touchées par une même maladie et exposées à une même molécule. C’est là qu’entre en jeu la pharmacogénomique (association de pharmacologie et génétique).

«Nous commençons à mieux identifier et caractériser les variations génétiques, qu’on appelle polymorphismes, et qui ont un impact à différentes étapes de la vie du médicament: son absorption, sa transformation, son élimination, et son action au niveau de la cible», détaille le Pr Jules Desmeules, chef du service de pharmacotoxicologie. En fonction de ces variations individuelles, qui peuvent toucher entre 10 et 15% de la population, le médicament sera plus efficace chez certains ou plus toxique chez d’autres.

La pharmacogénomique trouve notamment d’intéressantes applications dans le champ des douleurs chroniques, parfois très résistantes à l’usage des analgésiques. «En cas de séquelles d’un zona par exemple –une maladie virale qui peut conduire à des douleurs neuropathiques–, les individus peuvent répondre un peu moins bien au traitement, détaille le spécialiste. Lorsque les dérivés de la morphine sont moins efficaces, on doit alors avoir recours à des antiépileptiques ou des antidépresseurs.»

La pharmacogénomique devrait permettre, à terme, d’intégrer les particularités individuelles afin d’optimiser les doses de médicament à administrer à chaque patient.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

Chirurgie de l’obésité: quelle prise en charge par l’assurance de base?

La chirurgie de l’obésité est prise en charge par l’assurance-maladie de base à certaines conditions....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
médicaments_genre

Le sexe des médicaments

Que sait-on du devenir des médicaments dans l’organisme des femmes une fois absorbés (pharmacocinétique) et de leur sécurité d’emploi? Encore peu de choses.
«Mieux informés, les patients contribuent à une médecine plus intelligente»

«Mieux informés, les patients contribuent à une médecine plus intelligente»

«Empowerment» du patient, littératie en santé, décisions partagées… sont les nouveaux codes de la santé. Décodage avec le Pr Jean-Michel Gaspoz, directeur du Département de Médecine communautaire, de premier recours et des urgences des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
rene_frydman

Pr René Frydman: «La connaissance peut être retardée, enfouie, mais tôt ou tard, elle se dévoile»

Dans le monde médical, René Frydman est ce que l’on appelle une superstar. Spécialiste en gynécologie-obstétrique, père du premier bébé-éprouvette en France, puis plus tard du premier bébé-médicament, co-fondateur de Médecins Sans Frontières avec Bernard Kouchner, professeur émérite… son curriculum vitae suscite l’admiration. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il mène en parallèle diverses recherches, organise des colloques, a une vie de famille, se rend régulièrement à l’opéra, produit quasiment tout seul des émissions médicales à grand succès sur France Culture, et pratique même des accouchements. Retenu à l’Assemblée Nationale, il arrive avec une heure de retard à notre rendez-vous: «J’essaie de changer la loi, vous comprenez».