La génétique au service des cancers

Dernière mise à jour 07/05/19 | Article
genetique_service_cancers
Les cancers sont des maladies génétiques, car ils résultent d’une atteinte de certains gènes dans les cellules tumorales.

Quelles en sont les causes? La plupart restent inconnues, mais l’âge, le mode de vie (tabac, alcool, etc.) et l’exposition à des agents externes (rayons UV, rayons X, produits chimiques, etc.) «abîment» l’ADN et provoquent les mutations liées aux cancers. «Ces mutations sont dites somatiques, car elles sont acquises au cours de la vie, s’accumulent et sont seulement observées dans les cellules cancéreuses. Il existe aussi des mutations constitutionnelles, inscrites dans notre patrimoine génétique et donc transmissibles d’une génération à l’autre, qui confèrent un haut risque de développer certaines tumeurs malignes. Ces mutations sont impliquées dans 5 à 10% de tous les cancers», relève le Pr Pierre Chappuis, médecin adjoint agrégé, responsable de l’Unité d’oncogénétique et de prévention des cancers des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

Pour les formes dites héréditaires, cette unité propose une prise en charge sous forme d’un conseil génétique spécialisé. Il s’adresse aux familles dans lesquelles la maladie est fréquente, survenue à un jeune âge ou sur plusieurs générations. Les cancers du sein, de l’ovaire et du côlon sont les plus concernés. Aux HUG par exemple, quelque 400 nouvelles personnes consultent chaque année. Pour plus de 60% d’entre elles, une analyse génétique est finalement proposée. «Les résultats sont expliqués en détail, ainsi que l’opportunité d’en informer les membres de la famille et les mesures de surveillance et de prévention recommandées», indique l’oncogénéticien.

Aujourd’hui, grâce aux séquenceurs à haut débit, on peut identifier les mutations dans plus de 400 gènes impliqués dans les cancers et extraire une masse de données génétiques directement de la tumeur. Elles sont décryptées lors d’un colloque pluridisciplinaire hebdomadaire (tumor board moléculaire) par des experts en pathologie moléculaire, oncologie, oncogénétique et bioinformatique.

«Cette nouvelle approche vise à prescrire un traitement personnalisé sur la base des caractéristiques génétiques du cancer», précise le Pr Chappuis. Elle s’adresse en priorité aux personnes qui ont épuisé les traitements standards (chirurgie, chimiothérapie, hormonothérapie, radiothérapie, immunothérapie). Depuis septembre 2016, quelque 300 cas ont été discutés au tumor board moléculaire et 10 % ont bénéficié d’un traitement personnalisé.

________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
genetique_expliquer_complexite

Génétique: expliquer simplement la complexité

Reconnue dès les années 1970 aux États-Unis, la profession de conseiller en génétique ne compte encore que huit représentants en Suisse romande. Présidente de l’Association suisse créée en 2016 et conseillère au Service de médecine génétique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Anne Murphy estime que ce métier va connaître un fort développement dans les années à venir.
tests_genetiques_promesses

Tests génétiques: risques et promesses

De plus en plus de consommateurs confient leur ADN à des sociétés privées avec des attentes parfois démesurées et une faible conscience des risques.
Videos sur le meme sujet

Qu'est-ce que le génome humain?

Tous les êtres humains sur la terre ont un génome, aussi appelé patrimoine génétique.

Comment décode-t-on le génome?

Moins de trois minutes pour comprendre comment on peut séquencer l'ADN d'un individu grâce à sa salive, à son sang ou à son tissu musculaire.

La génétique pour les nuls

Le 14 avril 2003, la Maison Blanche annonçait la fin du séquençage du génome humain, l'achèvement d'un projet amorcé en 1990.