Quand l’effet des gaz d’échappement est testé sur des humains

Dernière mise à jour 31/01/18 | Audio
Loading the player ...
L’affaire a fait grand bruit en janvier 2018.

L’effet des gaz d’échappement a été testé sur des singes et des humains en Allemagne. Adrien Zerbini s'interroge à propos des aspects scientifiques et éthiques de ces études ainsi que sur leur sérieux.
L'éclairage du chimiste Jean-Jacques Sauvain, chercheur à l'Institut universitaire romand de santé au travail (IST).

La saga des tests des gaz d'échappement sur RTS Info

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Directives anticipées

Un jeu pour aider à remplir ses directives anticipées

Moins d’une personne sur dix remplirait des directives anticipées pour spécifier le type de soins qu'elle aimerait recevoir, ou non, au cas où elle ne...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_Portrait Samia Hurst

La place de l’humain dans les soins

Visage souriant de l’éthique médicale dans les médias romands, la Pre Samia Hurst, actuelle directrice de l’Institut Ethique, Histoire, Humanités (iEH2), avait suivi en 1995 le premier cours de bioéthique donné par une faculté de médecine suisse.
Chemin en hivers

La difficile prise en charge des demandes d’aide au décès

Les patients qui demandent une assistance au suicide ou une euthanasie le font surtout vis-à-vis de leur entourage mais ils changent souvent d’avis. Telles sont les conclusions d’une nouvelle étude.
François Ansermet est cofondateur de la Fondation Agalma, qui réfléchit aux relations entre art, science, psychanalyse et société

«Le comité consultatif national d’éthique, le dépositaire des questions impossibles»

Il est le seul étranger à avoir été nommé au Comité consultatif national d’éthique français (CCNE). Professeur à l’Université de Genève, François Ansermet, psychiatre, psychanalyste, chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent aux HUG, revient sur son nouveau rôle et évoque les enjeux éthiques qui secouent notre société.