Quand l’effet des gaz d’échappement est testé sur des humains

Dernière mise à jour 31/01/18 | Audio
Loading the player ...
L’affaire a fait grand bruit en janvier 2018.

L’effet des gaz d’échappement a été testé sur des singes et des humains en Allemagne. Adrien Zerbini s'interroge à propos des aspects scientifiques et éthiques de ces études ainsi que sur leur sérieux.
L'éclairage du chimiste Jean-Jacques Sauvain, chercheur à l'Institut universitaire romand de santé au travail (IST).

La saga des tests des gaz d'échappement sur RTS Info

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Génétique

Consanguinité et maladies rares

Dans l’esprit collectif, la consanguinité est synonyme de mal formations et de maladies graves.
Lire la suite
Fin de vie et soins palliatifs

Soins palliatifs: vivre le temps qui reste

Les soins palliatifs, c’est une démarche qui vise à aider les personnes gravement malades atteints de maladies incurables à maintenir une certaine qualité...
Lire la suite
Hôpital et cabinets médicaux

Les évolutions du métier d’infirmier-ère

Le système de santé évolue pour faire face à la transition épidémiologique et aux besoins des patients et de leurs proches. Les infirmiers-eres contribuent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS37_wolff_prison_public

«Il existe une crainte d'exposer la prison au grand public»

Consolider la dignité et les droits du patient avec les exigences sécuritaires est un des enjeux délicats mais nécessaires de la médecine carcérale. Le Pr Hans Wolff, médecin-chef du Service de la médecine pénitentiaire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), représentant suisse du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) et co-auteur de Santé en prison*, répond à nos questions.
interview_ralf_jox_bioethiques

Pr Ralf Jox: «Nos avis sur les questions bioéthiques ont un énorme impact sur la société et la politique»

Passionné par diverses disciplines, le Pr Ralf Jox a de multiples casquettes. Responsable de l’Unité d’éthique clinique et co-titulaire de la chaire des soins palliatifs gériatriques du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il est aussi professeur d’éthique médicale au sein de l’Institut des humanités en médecine à la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne. Un profil atypique qui lui a valu d’être nommé, en mai 2019, membre de la Commission nationale d’éthique pour la médecine humaine.