Un principe incontournable: le consentement éclairé

Dernière mise à jour 13/06/12 | Article
Ampoule électrique
Un patient peut-il accepter ou refuser le traitement qui lui est proposé? La réponse est oui, mais il faut que ce choix résulte d'un consentement éclairé. Autrement dit, le patient doit avoir été clairement informé sur tous les aspects relatifs au diagnostic, aux examens éventuels et aux traitements possibles.

D'un point de vue juridique, un acte médical constitue une atteinte à l'intégrité corporelle. Bien sûr, dans la plupart des cas, les patients consentent à cette atteinte, dans la mesure où elle doit permettre de retrouver ou de protéger leur santé. Mais pour pouvoir valablement donner ce consentement, ils doivent disposer de toutes les informations nécessaires.

Une information qui va loin

Ces informations concernent l'affection médicale proprement dite (sa gravité, l'évolution prévisible, etc.), les actes médicaux visant à poser un diagnostic, tels que les examens, et bien sûr les aspects thérapeutiques: nature et durée du traitement, effets secondaires possibles, nécessité d'un suivi régulier, modification éventuelles du style de vie... Le patient devra aussi être informé par le médecin des aspects économiques du traitement proposé, et de sa prise en charge par les assurances.

Mais pour bien informer le patient, et le rendre capable de prendre une décision éclairée, le médecin doit veiller à être compris: les obstacles linguistiques sont courants dans notre société multiculturelle et donc, au besoin, il faudra avoir recours à un interprète, à des documents écrits dans la langue du patient, ou encore à des moyens audiovisuels.

Le patient doit pouvoir en outre intégrer le discours et les propositions du médecin dans ses convictions personnelles, sa foi religieuse, ses traditions culturelles. L'assistance d'un représentant religieux, voire de spécialistes de l'ethnologie, peut aider à la fois le patient à prendre sa décision, et le médecin a comprendre les tenants et aboutissants de celle-ci.

L'expression consentement éclairé implique que le patient est capable de comprendre les informations qu'il reçoit, d'en tirer les conséquences, et d'en déduire un choix réfléchi. Autrement dit, le patient doit être capable de discernement. Cette capacité peut être altérée par une déficience intellectuelle, ou une incapacité à formuler sa volonté en fonction d'une évaluation raisonnable de l'ensemble des circonstances. Elle peut résulter aussi de causes dite légales telles que le jeune âge, la maladie mentale, une intoxication alcoolique aiguë, un état comateux, etc...

C'est au médecin d'abord qu'il incombe de mesurer la capacité du patient à prendre une décision éclairée. En cas de doute, il peut faire appel à un psychiatre.

Une décision libre

Le consentement du patient doit non seulement être éclairé (par les informations du médecin), mais aussi libre: à cet égard, c'est au médecin qu'il appartient de vérifier que le patient n'a pas été induit en erreur par des informations médicales erronées ou incomplètes, qu'il n'a pas subi de pressions ou de contraintes, ou été influencé par des tiers.

Le patient qui a donné son consentement éclairé exerce son droit de patient, et peut aussi le retirer à tout moment. Ce consentement est le plus souvent verbal, mais le médecin pourra demander dans certains cas qu'un non-consentement soit prononcé en présence d'un témoin, voire sous forme écrite (décharge). Que le patient ait accepté ou refusé un traitement, sa décision figure toujours dans son dossier médical.

Référence

D'après Dominique Bertrand in Médecin et droit médical, Editions Médecine & Hygiène.

A LIRE AUSSI

Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Don du sang

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent...
Lire la suite
Caisse et assurance maladie
PS37_hospitaliser_canton_pieges

Se faire hospitaliser dans un autre canton: attention aux pièges!

En Suisse, les patients couverts par l’assurance-maladie de base bénéficient du «libre choix» de l’hôpital...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS37_hospitaliser_canton_pieges

Se faire hospitaliser dans un autre canton: attention aux pièges!

En Suisse, les patients couverts par l’assurance-maladie de base bénéficient du «libre choix» de l’hôpital en ce qui concerne le traitement hospitalier, de sorte qu’il est possible de se faire hospitaliser dans un autre canton. Ce «libre choix» est toutefois régi par des règles dont il convient de tenir compte afin d’éviter des mauvaises surprises en ce qui concerne le remboursement.
embauche_questions_sante

Embauche: les délicates questions autour de la santé

Le futur employeur peut-il poser au candidat des questions concernant son état de santé lors de l’entretien d’embauche? Les réponses de notre expert juridique.

Dossier médical: les droits du patient

Le patient peut-il exiger du médecin la suppression de certains éléments du dossier médical, voire sa destruction? Éléments de réponse.
Videos sur le meme sujet

L’honneur perdu de l’AI

Faire valoir ses droits en cas d’invalidité dans notre pays: un parcours du combattant, un cauchemar administratif ou une interminable bataille juridique.

Les cobayes humains en Inde

Pour les industries pharmaceutiques, l'Inde est un formidable réservoir de cobayes humains.