Don du sang: vrai ou faux?

Dernière mise à jour 12/09/16 | Article
Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent hélas effrayer des personnes et les empêcher de devenir des donneurs. La Dresse Sophie Waldvogel, médecin adjointe responsable du Centre de transfusion sanguine des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), trie le bon grain de l’ivraie et tord le cou aux légendes urbaines.

On ressent de la fatigue après un don de sang.

Faux. Les études montrent que les donneurs ne ressentent aucune fatigue après une transfusion. En revanche, il est possible qu’une transfusion entraîne une baisse légère et passagère des performances chez un sportif de haut niveau.

Mon sang risque de ne plus coaguler si je donne mes plaquettes.

Faux. Les plaquettes servent effectivement à stopper l’hémorragie par coagulation lorsqu’on se blesse. Mais la quantité donnée ne conduit jamais à un manque susceptible d’augmenter le risque d’hémorragie.

Il faut toujours bien s’alimenter avant et après un don.

Faux. Ce n’est pas nécessaire. Par contre, il est recommandé de bien s’hydrater avant le don.

Donner son sang est une preuve de bonne santé.

Vrai. Les examens d’aptitude au don (pouls, tension artérielle, analyses sanguines) attestent d’un corps en bonne santé. Mais ils ne remplacent pas un check-up médical complet.

On risque de me prendre trop de sang.

Faux. La quantité de sang prélevée est réglementée et donc toujours identique d’un donneur à l’autre. Soit environ 13% du volume global de sang présent dans l’organisme.

On peut devenir anémique si on donne régulièrement son sang.

Faux. Le délai obligatoire entre chaque don, soit trois mois pour les hommes et quatre pour les femmes, est suffisant et calculé pour que le corps reconstitue toute l’hémoglobine prélevée lors de la transfusion.

Je peux être payé pour un don du sang.

Faux. Le don de sang n’est jamais rémunéré. L’histoire a démontré que cette gratuité constitue un facteur de sécurité essentiel pour le receveur. Une personne qui souhaite retirer un bénéfice pécuniaire de son don pourrait cacher des informations susceptibles de l’exclure des donneurs. A l’inverse, celui qui n’en retire aucun profit n’a aucune raison de dissimuler quelque chose. Par conséquent, l’instance faîtière Transfusion CRS Suisse défend le principe du don de sang gratuit selon lequel il ne faut pas faire de profit avec le sang en tant qu’organe humain.

Je peux donner mon sang même si j’ai du diabète, un taux de cholestérol trop élevé ou de l’hypertension artérielle.

Vrai. Ces affections n’empêchent pas de donner son sang. Elles ne se transmettent pas aux patients et n’altèrent pas la qualité du produit. Si elles sont traitées adéquatement, elles ne constituent pas non plus un risque pour le donneur lors du don.

Je suis exclu des donneurs parce que j’ai un tatouage ou un piercing.

Faux et vrai. Le tatouage ou le piercing en lui-même ne constitue pas un critère définitif d’exclusion. Sauf s’ils ont moins de quatre mois. En effet, leur réalisation provoque des petites blessures par lesquelles des virus peuvent pénétrer et engendrer des infections transmissibles par voie sanguine. Au-delà de quatre mois, ce risque est exclu.

_________

Source

Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/n29_pulsations_juillet_aout_sept_2016.pdf

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
epigenetique

Épigénétique, quand les gènes s’allument ou s’éteignent

Comme tout être vivant, l’homme est déterminé par son héritage biologique, mais pas seulement. Il est...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

A la recherche du risque zéro

Du donneur au receveur, les produits sanguins suivent un parcours hautement sécurisé.

Transfusion sanguine: une question de vie et de mort

En cas d’urgence vitale, anesthésistes et chirurgiens assurent ensemble la prise en charge.

Donner son sang pour sauver des vies

A Genève, le centre de transfusion sanguine des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) approvisionne le canton en produits sanguins. Mais le nombre de dons baisse. Pour ne pas devoir en acheter, il faudrait 3000 donneurs de plus.
Videos sur le meme sujet

Don du sang: un acte généreux

Chaque année, la population est invitée à venir donner du sang et, indirectement, sauver des vies. L'antidote fait le point.

Don de sang

Vous êtes donneur de sang ou souhaitez le devenir? Ce film explique les risques encourus par les donneurs et également par les receveurs. Il fournit quelques conseils pratiques afin de les éviter et permet aussi de suivre le circuit du don du sang.