A la recherche du risque zéro

Dernière mise à jour 12/09/16 | Article
Du donneur au receveur, les produits sanguins suivent un parcours hautement sécurisé.

Transparence. Traçabilité. Maîtrise. Ces trois maîtres mots guident toute l’activité du centre de transfusion sanguine (CTS) des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Car le sang est un médicament. Et à ce titre, il obéit aux mêmes normes de qualité que l’industrie pharmaceutique. Par conséquent, rien n’est laissé au hasard. La chaîne de production est soumise de A à Z à une réglementation fédérale stricte édictée par Transfusion CRS Suisse, l’organe faîtier de la médecine transfusionnelle. Coralie Lemoine, adjointe scientifique et responsable qualité du CTS, confirme: «Nos collaborateurs reçoivent une formation spéciale. Leurs activités sont décrites dans des modes opératoires précis. Nous testons le matériel selon nos propres critères de qualité. Les températures des produits sanguins sont surveillées durant toute leur durée de vie. Et pour contrôler le tout, nous avons mis en place plusieurs systèmes de vigilance.»

Barrières de sécurité

Le premier bénéficiaire des mesures de sécurité est le donneur lui-même. Grâce à un prélèvement capillaire préalable, les infirmières excluent ceux qui ne possèdent pas assez d’hémoglobine dans le corps. De cette façon, tout risque d’anémie est écarté. Cette première barrière franchie avec succès, arrive le tête-à-tête confidentiel avec une infirmière du centre. Là, il faut répondre en toute honnêteté à dix-neuf questions, dont certaines sur les comportements à risques: prise de drogue, partenaires et pratiques sexuelles, et d’autres sur les voyages réalisés. «Selon les réponses apportées, nous prescrivons des analyses complémentaires afin d’établir l’éligibilité au don. C’est une étape importante de la sélection», souligne Coralie Lemoine. Dans les premiers instants du prélèvement, le sang coule dans des tubes destinés aux laboratoires. Chaque don est analysé pour exclure toute forme de contamination (virus HIV, l’hépatite A, B et C, Syphilis et parvovirus B19, etc.). Sans oublier l’établissement des groupes rhésus. «Les risques sont parfaitement maîtrisés», insiste l’adjointe scientifique du CTS.

Double sécurité avec l’hémovigilance

Si les barrières de sécurité sont nombreuses en amont de la transfusion, elles existent aussi en aval. Du côté des receveurs, la législation fédérale impose un système de contrôle appelé hémovigilance. «Notre rôle est d’intervenir dès qu’un patient fait une réaction anormale après une transfusion. Dans ce cas, avant toute autre action, nous bloquons tous les produits issus des dons utilisés. Dans un second temps, nous investiguons afin de comprendre les causes du problème et éviter que cela ne se reproduise», explique la Dresse Loredana Pizzi-Bosman, cheffe de clinique responsable de l’hémovigilance aux HUG.

Mise à disposition

Une fois prélevé, le sang est envoyé à la production qui le sépare en ses différents composants: globules rouges, plasma et plaquettes. Chaque étape de production est gérée en fonction de normes précises. A la moindre anomalie pouvant induire un risque pour la qualité, le produit sanguin est déclaré impropre à la transfusion. S’il franchit avec succès toutes les barrières de sécurité, il est libéré. «C’est la dernière étape. Tous les résultats sont contrôlés. Lorsqu’ils sont conformes, une étiquette est apposée sur la poche de sang. Ce précieux produit est désormais à la disposition des receveurs», indique Coralie Lemoine.

Traçabilité et audits

L’anonymat des donneurs et la traçabilité des produits sont garantis par le logiciel Inlog. Cette plateforme informatique regroupe l’ensemble des données relatives à un produit sanguin. Et elle est employée par tous les acteurs de la chaîne, des producteurs aux utilisateurs, afin que tous puissent en tout temps identifier les produits. Swissmedic, l’autorité suisse de contrôle des produits thérapeutiques, délivre au CTS une autorisation d’exploitation et réalise un audit très strict tous les deux ans. Le CTS est également titulaire d’une accréditation ISO 15189. «Nous bénéficions de ce label depuis 2003», se réjouit Coralie Lemoine.

_________

Source

Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/n29_pulsations_juillet_aout_sept_2016.pdf

A LIRE AUSSI

Génétique
Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

Génétique: nous n'héritons pas de nos quatre grands-parents de la même manière

De quoi notre identité génétique est-elle faite? La réponse la plus simple serait «de notre famille»....
Lire la suite
Don du sang
L’ABC des groupes sanguins

L’ABC des groupes sanguins

Que signifient les lettres et les signes qui désignent notre groupe sanguin? Combien y en a-t-il? Les...
Lire la suite
Génétique
epigenetique

Épigénétique, quand les gènes s’allument ou s’éteignent

Comme tout être vivant, l’homme est déterminé par son héritage biologique, mais pas seulement. Il est...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Don du sang: vrai ou faux?

Le sang est un thème fortement émotionnel. Il draine toutes sortes de fausses croyances. Certaines peuvent hélas effrayer des personnes et les empêcher de devenir des donneurs. La Dresse Sophie Waldvogel, médecin adjointe responsable du Centre de transfusion sanguine des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), trie le bon grain de l’ivraie et tord le cou aux légendes urbaines.

Transfusion sanguine: une question de vie et de mort

En cas d’urgence vitale, anesthésistes et chirurgiens assurent ensemble la prise en charge.

Donner son sang pour sauver des vies

A Genève, le centre de transfusion sanguine des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) approvisionne le canton en produits sanguins. Mais le nombre de dons baisse. Pour ne pas devoir en acheter, il faudrait 3000 donneurs de plus.
Videos sur le meme sujet

Don du sang: un acte généreux

Chaque année, la population est invitée à venir donner du sang et, indirectement, sauver des vies. L'antidote fait le point.

Don de sang

Vous êtes donneur de sang ou souhaitez le devenir? Ce film explique les risques encourus par les donneurs et également par les receveurs. Il fournit quelques conseils pratiques afin de les éviter et permet aussi de suivre le circuit du don du sang.