Repérer et traiter l'attaque cérébrale

Dernière mise à jour 22/12/14 | Questions/Réponses
Repérer et traiter l'attaque cérébrale
L'accident vasculaire cérébral (AVC) est une urgence sérieuse. Soyez attentifs aux signes qui l'annoncent et ne perdez pas une minute!

On l'appelle aussi attaque cérébrale. Lors d’un accident vasculaire cérébral (AVC), un endroit du cerveau n'est pas assez bien alimenté en sang, soit parce que l'un de ses vaisseaux est bouché par un caillot (une petite masse de sang solidifié), soit parce que l'un de ses vaisseaux s'est rompu.

En cas d’AVC, une partie du cerveau ne reçoit donc pas assez d'oxygène ni de sucre, et des neurones meurent. Cela peut même causer la mort: l'AVC est l’une des causes principales de mortalité en Suisse. Le plus souvent, il engendre des handicaps physiques ou cognitifs durables.

Il est ainsi capital de repérer et de traiter l'AVC le plus vite possible, comme nous l'explique Patrik Michel, neurologue au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et médecin chef de son Centre cérébrovasculaire.

Quels signes doivent faire craindre un AVC?

Dr Patrik Michel: On suspecte un AVC lors de l’apparition très soudaine (ou quand on se réveille le matin) d’une paralysie d’un côté du corps, de troubles de la vue, de troubles du langage, de vertiges aigus et sévères ou de maux de tête inhabituels. Ces symptômes peuvent apparaître seuls ou combinés. L’important est qu'ils apparaissent d’une seconde à l’autre.

Lors d’une suspicion d’AVC, il faut immédiatement appeler le 144.

Plus rarement, un AVC peut aussi produire une paralysie d'une seule extrémité, une baisse aiguë de la vigilance pouvant aller jusqu'au coma, ou l’apparition soudaine d’un trouble du comportement ou d’une confusion. A nouveau, dans tous ces cas, appelez ou faites appeler le 144.

A l'hôpital, comment les médecins déterminent-ils qu'il s'agit bien d'un AVC?

Le médecin, si possible un neurologue dans un hôpital avec une unité cérébrovasculaire certifiée, réalise un examen neurologique rapide. Celui-ci est immédiatement suivi d’un scanner ou d’une IRM cérébrale des vaisseaux du cerveau et du cou. Des examens de laboratoire sont aussi pratiqués, notamment pour déterminer la quantité de sucre dans le sang.

Cette procédure permet de diagnostiquer ou d'exclure un AVC avec une fiabilité de plus de 90% dans la demi-heure ou l'heure. Et donc d'orienter et de traiter le patient très rapidement.

Comment traite-t-on ensuite l'AVC?

Une fois le diagnostic d’un AVC posé, on injecte un médicament pour dissoudre les caillots de sang qui bloquent les artères du cerveau. On appelle ce traitement «thrombolyse»; il devrait être administré dans les quatre à cinq heures suivant le début des symptômes. Parfois il est aussi nécessaire d’enlever ces caillots par le biais de petits cathéters, des sondes qu’un radiologue spécialisé introduit en urgence dans les artères qui mènent au cerveau.

Que gagne-t-on avec une prise en charge la plus rapide possible?

Plus vite le patient arrive à l’hôpital, notamment à un hôpital avec une unité cérébrovasculaire pratiquant la thrombolyse, meilleures sont ses chances de survivre et de ne pas garder de séquelles. Lors d’un AVC aigu non-traité, environ 2 millions de neurones meurent chaque minute. Une thrombolyse rapide peut limiter ce dégât.

D'où le slogan que promeuvent les spécialistes: «Time is brain», le temps, c'est du cerveau!

A LIRE AUSSI

Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Thrombose et varices

La chirurgie des varices

Les varices sont une dilatation permanente des veines due à une atteinte de la paroi veineuse. Inesthétiques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
AVC: les femmes plus vulnérables

AVC: les femmes plus vulnérables

Face à l’accident vasculaire cérébral (AVC), hommes et femmes ne sont pas égaux. Toujours plus nombreuses à être touchées, ces dernières présentent en effet une vulnérabilité particulière. Les explications du Dr Roman Sztajzel, responsable de l’unité Neurologie vasculaire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Le nombre de décès par AVC en Europe de l’Ouest ne diminue plus

Le taux de mortalité suite à un accident vasculaire cérébral diminue globalement en Europe, mais se stabilise ou augmente dans certains pays.

Booster la mobilité après un AVC

Sarah Dirren présente une double thérapie pour améliorer la mobilité des personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC).

Une "physio" pour récupérer après un AVC

Stéphane Délétroz s'intéresse à une recherche en cours à l’Université de Genève.
Maladies sur le meme sujet
Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté