Prévenir les maladies cardiaques grâce à la brosse à dents

Dernière mise à jour 13/07/15 | Article
Prévenir les maladies cardiaques grâce à la brosse à dents
Il devient de plus en plus évident qu'une mauvaise hygiène buccale peut entraîner des maladies cardiovasculaires. Les ulcérations des gencives constitueraient la porte d'entrée idéale pour un passage des bactéries vers les artères et le cœur.

Bien que ce lien puisse paraître paradoxal, on soupçonne de plus en plus la mauvaise hygiène dentaire de participer directement au risque d'être atteint par une maladie cardiovasculaire. Plusieurs études épidémiologiques avaient déjà pointé du doigt la relation étroite qu'entretenaient les maladies cardiaques et les maladies parodontales. Celles-ci résultent d'une inflammation chronique touchant l'ensemble des structures de soutien et des tissus entourant la dent, ce que les spécialistes nomment le parodonte.

Sachant que la parodontose, qui regroupe diverses infections bactériennes des gencives, est l'affection orale la plus fréquente après les caries, et que l'ensemble des maladies cardiovasculaires est encore à l'origine d'environ un décès sur trois dans les pays industrialisés, cette relation hygiène buccale/cœur n'est pas sans importance pour la santé publique.

C'est donc pour y voir plus clair que l'équipe de Karim El Kholy, de l'Université de Harvard et de l'Institut Forsyth de Cambridge (USA), a décidé de passer en revue les diverses études cliniques effectuées récemment sur ce sujet. Ces chercheurs viennent de publier leurs résultats dans Trends in Endocrinology and Metabolism (Tendances en endocrinologie et métabolisme).

Les bactéries identifiées

Les auteurs remarquent tout d'abord que plusieurs études longitudinales (qui ont pour but de suivre un groupe d'individus pendant une période déterminée en notant régulièrement leurs états de santé) montrent que les maladies buccales joueraient un rôle dans la survenue d'un infarctus, et qu'elles auraient même une responsabilité encore beaucoup plus grande dans le déclenchement d'un accident vasculaire cérébral (AVC).

Ils relèvent ensuite que les deux types d'affections considérés résultent d'une inflammation des tissus: celle des gencives et de la cavité orale d'une part, et de l'autre celle des parois internes des artères, où se forment les plaques d'athéromes typiques de l'athérosclérose, associée à l'infarctus et à l'AVC. Or, plusieurs études ont pu mettre en évidence la similitude entre les bactéries retrouvées sur les deux sites, ce qui renforce l'hypothèse voulant que la bouche constituerait l'une des sources principales de la dissémination des bactéries vers les tissus vasculaires.

On a même analysé l'année dernière l'ADN des diverses espèces de bactéries identifiées soit dans les maladies parodontales soit dans les plaques athéromateuses. Et la comparaison est éloquente: alors que l'on a identifié 84 espèces différentes de bactéries dans les parois vasculaires et les plaques d'athéromes chez des individus touchés à la fois par une maladie cardiovasculaire et une parodontose, on n'a dénombré que 18 espèces différentes chez les malades cardiaques dépourvus de parodontose.

Le lapin à la rescousse

Il devient donc évident que le microbiome buccal, à savoir la flore bactérienne qu'abrite notre bouche, joue un rôle non négligeable dans l'apparition des maladies cardiovasculaires. Reste toutefois à comprendre le mécanisme grâce auquel les bactéries responsables de la parodontose parviendraient à affecter le système cardiovasculaire, par delà une simple migration des bactéries via le sang. Car mieux connaître ce mécanisme pourrait mener à de nouvelles pistes de prévention des maladies cardiaques, et aurait donc une importance capitale en santé publique.

L'une des hypothèses fait intervenir certaines cellules du système immunitaire, par exemple les cellules dendritiques du sang, ou les cellules phagocytaires, qui toutes deux pourraient migrer vers les plaques d'athéromes dont elles augmenteraient le volume, ce qui ajouterait au risque cardiovasculaire. Malheureusement, pour des raisons à la fois techniques et éthiques, on ne peut confronter ces hypothèses à des études cliniques interventionnelles prospectives chez l'homme. Il a été en revanche possible de les tester dans un modèle animal, en l'occurrence chez le lapin ou la souris. Ainsi, une parodontose provoquée par l'injection de bactéries P. gingivalis a bien été suivie, chez le lapin, d'une augmentation importante du dépôt athéromateux lipidique.

Il faudrait pouvoir faire quelque chose de similaire chez l'homme, soulignent les auteurs américains. Par exemple en traitant l'inflammation buccale, et en vérifiant qu'il s'ensuive un bénéfice en termes de maladies cardiovasculaires.

Pour l'instant, on a relevé une coïncidence intéressante qui fait réfléchir. Les statines, médicaments destinés à réduire le taux du mauvais cholestérol sanguin, ont aussi une action anti-inflammatoire. Or il a été constaté, dans une étude de suivi, que ces statines réduisaient en même temps le taux des maladies cardiovasculaires et celui des inflammations parodontales!

_________

Référence

Karim.El Kholy, Robert J. Genco, Thomas E. Van Dyke, in Trends in Endocrinology and Metabolism, Volume 26 , no 6 , 315-321.

Articles sur le meme sujet
PS52_choses_savoir_avc

Cinq choses à savoir sur l’AVC

L’accident vasculaire cérébral (AVC) touche chaque année 16000 personnes en Suisse et représente la deuxième cause de mortalité dans notre pays. Il est aussi la première cause de handicap.
LMD_AVC_idees_recues

AVC: halte aux idées reçues

L’accident vasculaire cérébral (AVC), une maladie des personnes âgées? Une urgence médicale impossible à guérir? Deux neurologues nous aident à démêler le vrai du faux.
P21-04_réparer_cerveau

Réparer le cerveau… et après?

Traumatisme crânien, tumeur, accident vasculaire cérébral… quand le cerveau est atteint, tout l’être peut être touché. Les défis sont alors multiples: réapprendre à marcher, à parler, parfois à gérer ses émotions. Chirurgie high-tech, rééducation incluant une robotique 2.0, suivi psychologique, aide au retour à la vie professionnelle: les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) misent sur une prise en charge multidisciplinaire alliant technologie et accompagnement au plus près de l’humain.
Videos sur le meme sujet

Rentrer chez soi après un AVC

"La Semaine internationale du cerveau", qui commence aujourd'hui et se termine le 17 mars, vise à sensibiliser la population à la recherche sur le cerveau.

36 mois pour se relever dʹun AVC

Dans la bande dessinée "Silence radio", le reporter radio Bruno Cadène raconte sa lutte de trois ans pour retrouver ses facultés et reprendre son travail après un accident vasculaire cérébral (AVC).

Les bienfaits du sommeil après un AVC

Le sommeil jouerait un rôle dans la récupération après un accident vasculaire cérébral.
Maladies sur le meme sujet
Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet
Des gencives

Gingivite

J’ai les gencives qui saignent

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté