Manipulations des vertèbres cervicales: peuvent-elles faire saigner dans le cerveau?

Dernière mise à jour 18/06/12 | Article
Manipulations des vertèbres cervicales
Interventions controversées, les manipulations des vertèbres cervicales soulèvent de multiples interrogations. Exemple: leurs possibles liens avec des accidents vasculaires cérébraux. Le point sur la question.

Pour de nombreux médecins anglophones la lecture du British Medical Journal (BMJ pour les intimes) auprès de son animal domestique favori est un régal hebdomadaire. Ne serait-ce que parce que cette entreprise de formation médicale continue parvient élégamment à conjuguer pragmatisme et prise de distance, ces caractéristiques bien connues de ce peuple insulaire. Dernier exemple en date: le débat organisé par le BMJ sur les bénéfices et les risques des manipulations vertébrales. Faut-il «y croire» ou «pas»? Convient-il d’être «pour» ou «contre»? Le BMJ poursuit son entreprise dans son édition en ligne en publiant deux positions argumentées et opposées concernant l’intérêt ou les dangers des manipulations vertébrales dans la prise en charge des patients souffrant de douleurs cervicales (cervicalgies).

On sait qu’il s’agit là dedouleurs assez fréquentes (parmi lesquelles le torticolis) situées au niveau de l’arrière du cou. Les douleurs gênent les mouvements de la tête, irradient vers les épaules et peuvent être associées à des maux de tête et des vertiges. Elles évoluent sur un mode aigu ou chronique et les médicaments antalgiques peuvent être sans effets ou presque.

Dans ce contexte, les manipulations vertébrales (à distinguer de l’ostéopathie) sont fréquemment mises en œuvre à la demande de celles et ceux qui souffrent. Il s’agit là d’une manœuvre (à la fois rapide et de faible amplitude) de torsion ou de rotation de la colonne vertébrale. Elle peut ou non être accompagnée d'un «clic» sonore parfois impressionnant. Pour sa part le BMJ donne la parole à des spécialistes dont certains expliquent pourquoi ils ont abandonné les manipulations vertébrales pour le traitement de la douleur au cou. D’autres en revanche la reconnaissent toujours comme efficace et comme devant être considérée comme un soin complémentaire précieux pour les patients.

Le BMJ centre le débat sur un risque à la fois très rare et très grave d’accident vasculaire cérébral associé (ou pas) aux manipulations: un accident situé à la base du cerveau (ou accident vertébro-basilaire). Ce risque est estimé à environ un cas sur un million de manipulations. Mais il existerait aussi des formes mineures comportant simplement un état vertigineux ou nauséeux pendant deux à trois jours après la manipulation. Deux études seulement auraient été publiées montrant une association entre ce type d'accident vasculaire cérébral et la manipulation des vertèbres cervicales. Et «association» ne veut pas dire lien de cause à effet.

Dans le BMJ, l'article en faveur de la manipulation vertébrale pour la cervicalgie a été rédigé par le  Pr David Cassidy, spécialiste d’épidémiologie (Université de Toronto), Gert Bronfort (Université du Minnesota) et Jan Hartvigsen (Institut des sciences du sport et de biomécanique clinique, Université du Danemark du Sud).

L’article contre la manipulation vertébrale, a quant à lui été rédigé par le Pr Benoît M Wand, spécialiste de physiothérapie (Université Noter-Dame, Australie), Peter J Heine (Université de Warwick, Royaume-Uni) et Neil E O'Connell (Université de Brunel, Royaume-Uni).

Pour: Le Pr Cassidy et ses co-auteurs indiquent en substance que la manipulation du rachis cervical (vertèbres du cou) ne devrait pas être abandonnée. Il rappelle qu'une récente étude internationale a approuvé ce type de manipulation vertébrale comme une option thérapeutique de «première ligne» pour la prise en charge des cervicalgies. Les auteurs soulignent  qu’il n’y a pas de bénéfices clairs en termes de qualité de vie à partir des autres approches thérapeutiques (exercices, analgésiques, acupuncture et placebo). Ils recommandent d’associer ces manipulations à d’autres exercices comme certains exercices de yoga comprenant l'extension ou la rotation du cou.  

Contre: Le Pr Wand et ses collègues reconnaissent que la manipulation du rachis cervical est une option thérapeutique. Ils invoquent toutefois le risque de provoquer un saignement de l'artère vertébrale, qui peut à son tour entraîner un AVC vertébrobasilaire. Les artères vertébrales alimentent le tronc cérébral et le cervelet à la base du cerveau. Aussi un AVC dans cette région du système nerveux central comporte-t-il un risque élevé de décès ou d'invalidité majeure (paralysie, problèmes d'élocution, de déglutition et de vision). Si ces saignements sont certes rarissimes mais ils existent (même si dans certains cas ils ont pu être attribués par erreur à la manipulation). Selon eux, l’existence de ce risque, même minime réclame que ce type de manipulation ne soit en aucun cas utilisé en «prévention» ou à titre «de conservation». En toute hypothèse il ne devrait être envisagé qu’après toutes les autres pistes thérapeutiques. Ce qui, selon eux, n’est pas toujours le cas.

Pour compléter cet exposé on trouvera ici-même les recommandations détaillées formulées, très précisément sur ce thème, par la Société Française de Médecine Manuelle Orthopédique et Ostéopathique.

A LIRE AUSSI

Hypertension
Quand les reins fonctionnent mal

Quand les reins fonctionnent mal

L’insuffisance rénale chronique est une maladie grave, trop souvent ignorée des patients eux-mêmes car,...
Lire la suite
Hypertension
effets_hypertension_oeil

Les effets de l’hypertension artérielle sur l’œil

L’hypertension artérielle présente de nombreuses comorbidités, dont des atteintes ophtalmologiques. Observables...
Lire la suite
Hypertension
Les maladies du cœur

Les maladies du cœur

Les affections du système cardiovasculaire ne se limitent malheureusement pas au trop célèbre infarctus....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
AVC: les femmes plus vulnérables

AVC: les femmes plus vulnérables

Face à l’accident vasculaire cérébral (AVC), hommes et femmes ne sont pas égaux. Toujours plus nombreuses à être touchées, ces dernières présentent en effet une vulnérabilité particulière. Les explications du Dr Roman Sztajzel, responsable de l’unité Neurologie vasculaire aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Il faut prendre garde aux conséquences psychologiques des AVC «miniatures»

Il faut prendre garde aux conséquences psychologiques des AVC «miniatures»

Des chercheurs allemands mettent en garde contre les risques psychologiques qui peuvent survenir dans les mois qui suivent les «petits» accidents vasculaires cérébraux.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Une "physio" pour récupérer après un AVC

Stéphane Délétroz s'intéresse à une recherche en cours à l’Université de Genève.

Comment le cerveau des enfants victimes d’AVC s’auto-répare

Même si les cas sont rares, les enfants ne sont pas épargnés par l'accident vasculaire cérébral (AVC).

La technologie au service du handicap

Le Valais est en train de devenir un lieu central pour la recherche en neuro-réhabilitation.
Maladies sur le meme sujet
Visage avec fumée

Accident vasculaire cérébral (AVC)

L'AVC, ou "attaque cérébrale", est la conséquence d'un manque d'apport de sang dans le cerveau (obstruction ou rupture d'un vaisseau). Les symptômes ne sont pas toujours réversibles.

Symptômes sur le meme sujet

AVC - Attaque

J'ai mon bras/ma jambe qui ne bouge plus ou ma bouche qui tombe sur le côté