Témoignage: «J’ai eu plus de chance que d’autres»

Dernière mise à jour 10/07/13 | Article
Témoignage: «J’ai eu plus de chance que d’autres»
Après une année d’hospitalisation, Mario Gloor est rentré chez lui dans le quartier de la Servette à Genève. Victime d’un cancer du larynx, il a été confronté à un choix cornélien: manger ou parler.

L’ancien imprimeur a fait le choix de la communication. Pour cela, les médecins lui ont implanté une trachée artificielle. S’il est pratiquement remis de ses malheurs (il a aussi été victime d’un cancer de la prostate), Mario ne pourrait vivre chez lui sans les infirmières de l’Institution genevoise de maintien à domicile (imad). Un soulagement après une année d’hospitalisation. Conscient d’être un privilégié parmi ses anciens camarades de chambre, il témoigne. Reportage dans les coulisses qui ont permis cette véritable démonstration d’humanité et de solidarité.

Les centres de proximité de l’imad

A Genève, l’imad compte 2000 professionnels répartis en 24 antennes de maintien à domicile qui se chargent de quelque 16 000 personnes de tout âge et de tout horizon. Coordonner les soins au sein de chaque centre de proximité est une tâche essentielle. Pour la région du haut de la Servette, c’est Thierry Toulze, le responsable d’équipe, qui gère l’organisation d’une quarantaine de personnes entièrement dédiées aux soins à domicile.

L’infirmière de référence

Murielle Dufour est l’infirmière de référence de Mario Gloor. Elle le voit deux fois par jour, le matin et le soir. Elle a un «portefeuille» d’une vingtaine de patients et en voit en moyenne huit par jour. Sa relation avec Mario est toutefois particulière: il a insisté pour qu’elle le suive à son retour à domicile. «Ce n’est pas toujours aussi facile, avoue l’infirmière. Les situations des gens qu’on aide sont souvent dramatiques.»

Nettoyer la trachée

La trachée artificielle de Mario peut facilement s’infecter. L’infirmière doit la nettoyer matin et soir. De loin, l’opération a l’air douloureuse. «Ce n’est rien par rapport à ce que j’ai connu les premiers temps, témoigne Mario. Au début, on a l’impression de s’étouffer. Mais avec le temps, on s’y fait.»

Des repas sans saveurs

Mario Gloor ne peut plus manger par la bouche depuis son opération de la trachée. C’est par injection qu’il reçoit les nutriments essentiels au fonctionnement de son organisme. «Le goût me manque. Tout comme le plaisir d’un bon restaurant», confie-t-il.

S’hydrater pendant la nuit

La nuit, Mario est sous perfusion, pour compléter l’apport de nourriture de la journée et éviter la déshydratation. «Je dors correctement quand-même», affirme-t-il. De toute façon, pour lui, l’essentiel est ailleurs. Il a pu rentrer chez lui. Et cela n’a pas de prix.

A LIRE AUSSI

Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cancer_2016

Le cancer en 2016

Contre le cancer, quels progrès ont été réalisés ces dernières décennies et quels sont les défis brûlants? Les réponses d’un expert, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Service d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève.
PULS_bouger_cancer

Bouger malgré le cancer

Le mouvement est un moyen de lutte efficace contre les symptômes provoqués par les cancers et les effets secondaires des traitements. L’encourager, tel est l’objectif du programme Activité physique et cancer des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Puls_rencontre_Dietrich

«Le regard de la société sur les patients doit évoluer»

Les progrès médicaux se multiplient, les malades vivent de plus en plus longtemps, mais pour le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du département d’oncologie et du Centre des cancers des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), un combat reste à mener: amener la société à mieux prendre en compte les besoins des patients atteints de cancers.
Videos sur le meme sujet

Les vertus de l'aviron lors d'un traitement contre le cancer

Ramer en rose, c’est le nom d’un projet original et courageux qui a démarré sur le Léman.

Mon cancer du sein avant 40 ans

Estelle, Romaine, Lucille et Marylise ont mené un dur combat contre la maladie, le cancer du sein.

Gros plan sur le chemobrain

Stéphane Délétroz s'intéresse au chemobrain, un ensemble de symptômes lié aux traitements contre le cancer comme les chimiothérapies.
Maladies sur le meme sujet
Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

ultrason de la thyroïde

Cancer de la thyroïde

Chaque année en Suisse, près de 600 personnes développent un cancer de la thyroïde, ce qui correspond à presque 2% de toutes les maladies cancéreuses.