Un robot pour détruire les tumeurs

Dernière mise à jour 23/11/15 | Article
Un robot pour détruire les tumeurs
Le Cyberknife, c'est un bras robotisé, des appareils de radiothérapie et d'imagerie permettant de s'attaquer aux tumeurs avec une précision inédite jusqu'ici. Découverte.

Un double bip résonne dans la salle de contrôle à chaque fois que le Cyberknife délivre une dose de rayons X. Entre deux irradiations, le bras du robot se déplace autour de la patiente afin de trouver les meilleurs angles pour atteindre sa tumeur au cerveau. Deux techniciennes en radiologie surveillent le déroulement du traitement prescrit, qui durera encore une vingtaine de minutes. Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) bénéficie d’un Cyberknife depuis un an. En résumé, il s’agit d’un bras robotisé au bout duquel est fixé un appareil de radiothérapie qui permet de détruire les cellules cancéreuses avec des rayons X. Le gain? Techniquement, la très grande mobilité de ce bras lui permet de diriger son rayonnement selon des angles qui seraient difficiles à atteindre avec un appareil classique, et surtout, de les multiplier: au cours d’une séance, le Cyberknife se repositionne plusieurs dizaines de fois. De plus, il est couplé à des appareils d’imagerie qui contrôlent en permanence son action en les comparant avec des radios effectuées au préalable.

Deux cents patients par an

Cliniquement, cet appareil offre une plus grande précision, explique le Pr Jean Bourhis, chef du Service de radio-oncologie du CHUV. On peut donc réduire considérablement les marges, ces zones saines que l’on traite autour de la tumeur par sécurité. Avec le Cyberknife, elles ne sont plus que de l’ordre du millimètre. Et comme les marges sont réduites, les effets secondaires le sont aussi. De même, l’irradiation très précise de la tumeur permet de réduire la durée totale des traitements: dans certains cas, les protocoles prévoient cinq à sept fois moins de séances et donc autant de visites à l’hôpital en moins pour le patient.

Tous les cancers ne peuvent toutefois pas être traités de cette manière. L’utilisation du Cyberknife s’applique à des tumeurs petites et moyennes, proches de zones critiques comme le cerveau ou le nerf optique. C’est le cas par exemple des tumeurs cérébrales, du foie, du poumon, de la prostate ou situées à proximité de la moelle épinière. Cela représente aujourd’hui 200 patients par an au CHUV. La méthode pourrait être utilisée chez un patient sur cinq traité par radiothérapie.

A LIRE AUSSI

Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de l'estomac
Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Rare en Suisse, le cancer de l’estomac est souvent fatal

Le cancer de l'estomac est souvent diagnostiqué trop tard, car ses symptômes se confondent avec de nombreuses...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 immunotherapie_futur

L’immunothérapie, arme du futur

Cette approche stimule le système immunitaire pour combattre le cancer. Un vaccin thérapeutique bientôt en étude de phase II aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
PULS_pathologistes_oncologues

Traitement du cancer: les pathologistes au chevet des oncologues

Plus un jour ou presque ne se passe sans qu’on annonce une «révolution» dans le traitement du cancer.
jeune_chimiotherapie_bienfait

Jeûne et chimiothérapie: un réel bienfait?

Le jeûne suscite un intérêt croissant auprès des patients atteints de cancer, car il serait susceptible d’accroître les bénéfices de la chimiothérapie. Aucune étude scientifique approfondie n’a pourtant été menée à terme à ce jour. Alors, qu’en est-il vraiment?
Videos sur le meme sujet

La protonthérapie, des protons contre des tumeurs

L’Institut Paul Scherrer (PSI) inaugure une nouvelle plate-forme de traitement par protonthérapie, le Gantry 3.

Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.