Jeûner pendant la chimiothérapie: les avantages à l’étude

Dernière mise à jour 19/12/17 | Article
 jeuner_pendant_chimiotherapie
De nombreux patients prennent l’initiative de jeûner durant les sessions de chimiothérapie afin de mieux les supporter. Ce procédé a-t-il pour autant des fondements médicaux? Tour d’horizon des études en cours.

Sous l’effet de conseils de proches et d’informations diffusées par les médias, nombreux sont les patients avec un cancer qui décident de jeûner durant la chimiothérapie afin d’atténuer les effets secondaires du traitement. Ils le font même souvent en cachette de leurs médecins, qui manquent actuellement de recommandations claires et standardisées sur le sujet.

L’ampleur de ce phénomène exige pourtant une réelle considération de la nutrition liée au traitement oncologique, et ce d’autant plus que la chimiothérapie –avec l’hormonothérapie et l’immunothérapie– est le seul traitement systémique permettant de guérir le cancer.

Quelques données précliniques

Il existe peu de littérature scientifique sur le sujet, mais on dispose tout de même de quelques données précliniques. Une première étude effectuée en 2008 avait montré que les souris privées d’alimentation 48h avant l’administration d’étoposide (molécule utilisée dans le traitement oncologique) présentaient une meilleure survie que celles qui étaient nourries normalement. Encouragés par ces résultats, des médecins réalisèrent la même expérience en 2009 avec dix patients souffrant de différents cancers. Tous ont jeûné durant les cycles de chimiothérapie, environ six jours avant jusqu’à deux jours après le traitement. Il s’est avéré, comme chez les souris, que les effets secondaires habituels de la chimiothérapie (fatigue, toxicité gastro-intestinale) diminuaient, sans qu’un effet négatif ne soit à signaler.

Une réaction différenciée des cellules

Ces résultats ont donné lieu à l’hypothèse suivante: le jeûne protégerait les cellules saines des effets toxiques de la chimiothérapie, selon un phénomène de résistance différentielle au stress (DSR, differencial stress resistance). De la même façon, le jeûne rendrait les cellules tumorales plus réceptives à la chimiothérapie, selon un phénomène de sensibilisation différentielle au stress (DSS, differencial stress sensitization). Ces deux phénomènes sont dus à des fluctuations d’hormones et des mécanismes intracellulaires complexes, et varient en fonction du type de cancer.

Confrontées aux conditions physiologiques extrêmes du jeûne, les cellules saines sont plus à même d’adapter leur fonctionnement: elles changent de comportement pour se protéger du jeûne et, ce faisant, se protègent incidemment de la toxicité de la chimiothérapie. Les cellules cancéreuses, elles, ont beaucoup plus de mal à s’adapter à la privation de nourriture: elles sont donc plus sensibles aux effets de la chimiothérapie. Le jeûne rendrait donc la chimiothérapie plus sûre et plus efficace pour les patients.

Etudier l’intervention nutritionnelle

Ce métabolisme altéré des cellules est une piste très intéressante dans la recherche des thérapies anticancéreuses. Il suggère en effet que l’alimentation peut être un moyen thérapeutique à part entière, qui doit être étudié en tant que tel. La recherche oncologique gagnerait donc à étudier le cancer dans l’état spécifique du jeûne.

Afin de vérifier ces différentes hypothèses, plusieurs études cliniques sont en cours. Celles-ci étudient les liens entre jeûne et chimiothérapie en analysant notamment la faisabilité et la sûreté du jeûne et les mécanismes impliqués dans le DSR et le DSS. La récolte des données de ces études est prévue pour la fin de l’année 2017 et devrait fournir, à terme, des recommandations concrètes que les médecins pourront adresser à leurs patients.

________

Adapté de «Le jeûne concomitant à la chimiothérapie: quelles réponses donner à nos patients?», Dr Mauro Frigeri, Service d’oncologie médicale, Département d’oncologie, CHUV, Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2015;11:2404-5, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancers (autres)
cancer_pancreas_femmes

Cet étrange cancer du pancréas qui ne touche que les femmes

Des médecins genevois ont découvert l’origine des kystes mucineux du pancréas, des tumeurs très particulières...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
bio_protege_cancer

La nourriture bio protège-t-elle vraiment du cancer?

Selon des chercheurs français, manger bio réduirait les risques de développer des tumeurs. La réalité est sans doute plus nuancée.
cancer_sein_union

Contre le cancer du sein, l’union fait la force

Hétérogène à tous égards, le carcinome mammaire nécessite, pour être soigné, une prise en charge multidisciplinaire et des traitements de plus en plus personnalisés.
Videos sur le meme sujet

La radiothérapie Flash fait son entrée dans le monde médical

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) reçoit des spécialistes de la radiothérapie pour un workshop international les 12 et 13 septembre 2018.

La protonthérapie, des protons contre des tumeurs

L’Institut Paul Scherrer (PSI) inaugure une nouvelle plate-forme de traitement par protonthérapie, le Gantry 3.

Cancer: des biomarqueurs pour prédire le succès d'une immunothérapie

La moitié environ des patients atteints d'un cancer ne réagit pas à une immunothérapie tout en en subissant les effets secondaires.