Traitement du cancer: les pathologistes au chevet des oncologues

Dernière mise à jour 28/05/18 | Article
PULS_pathologistes_oncologues
Plus un jour ou presque ne se passe sans qu’on annonce une «révolution» dans le traitement du cancer.

«Il y a encore à peine quinze ans, explique la Pre Rubbia-Brandt, cheffe du département de médecine génétique, de laboratoires et de pathologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), les oncologues prescrivaient essentiellement des chimiothérapies à tous les malades du cancer. Aujourd’hui, un large nombre d’entre eux bénéficie d’une approche personnalisée qui correspond au profil moléculaire de la tumeur qui prolifère dans leurs tissus.» Diverses stratégies peuvent ainsi être utilisées: celles qui visent les vaisseaux sanguins dont se sert la tumeur pour proliférer (traitement anti-angiogénèse), celles qui ouvrent les portes des cellules malades à notre système immunitaire pour qu’il puisse les détruire (immunothérapie) ou celles qui bloquent des voies spécifiques de la tumeur (thérapies ciblées).

Mais comment en est-on arrivé là? «En fait, poursuit la pathologiste, notre travail n’a pas changé. Nous observons du matériel biologique pour classifier les maladies, leur donner un diagnostic et un pronostic. Sauf que nous ne nous arrêtons plus seulement au niveau des organes ou des tissus comme avant. Les progrès technologiques nous permettent maintenant de comprendre plus en profondeur les mécanismes moléculaires à la base du fonctionnement des tumeurs et d’analyser leur génétique, leur morphologie et surtout le milieu dans lequel elles évoluent et prolifèrent, contribuant à prédire la probabilité d’une réponse au traitement.»

Cette gigantesque collecte de données, obtenues en observant les tumeurs dans leur ensemble, a permis de définir des milliers de sous-types de cancer et d’apporter à chacun de ceux-ci le traitement le plus approprié et le plus efficace. «Mais trier ce gigantesque amas de données est aussi le grand défi du futur, conclut la spécialiste. Pour vaincre le cancer, il nous faut déterminer quelles données sont pertinentes pour traiter et soigner. Autrement dit, il faut que nos big datas deviennent des smart datas.»

Oncologie personnalisée

Le projet SPOD (Swiss Personalized Oncology Driver), lancé par le CHUV,les HUG et l’Hôpital del’Ile, a reçu un financementde 2,3 millions de francs,octroyé par l’initiative Swiss Personalized Health Network (SPHN), soutenuepar la Confédération. Objectif: mettre en réseau les données moléculaires et cliniques d’une large majorité des patients atteints de cancer en Suisse.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Dépistage du cancer
J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

J’ai une grosseur, un kyste… que faire?

L’apparition soudaine d’une grosseur sur la peau, ou juste en dessous, peut sembler très banale à certains...
Lire la suite
Cancer des os
Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Quand le cancer touche les os, il complique les choses

Vous l’ignorez peut-être, mais la plupart des cancers peuvent se propager dans les os. Une fois que les...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients frappés par la maladie. À une année de prendre sa retraite, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Département d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), jette un œil dans le rétroviseur de trois décennies de carrière pour se réjouir des progrès actuels, avant de rapidement se tourner vers l’avenir et les combats qu’il souhaite encore mener.
P20-04_cancer_sein_chimiothérapie

Cancer du sein: moins de chimiothérapie

Grâce à la signature génomique de la tumeur, 40 % des chimiothérapies sont aujourd’hui évitées. Du dépistage au suivi thérapeutique, le Centre du sein des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) propose toutes les prestations dans le domaine du cancer du sein.
LMD_cancer_contourner_resistance

Cancer: contourner la résistance

Malgré les progrès scientifiques et l’augmentation constante des taux de rémission, il reste de nombreux cancers non guérissables. De nouveaux traitements, comme l’immunothérapie, pourraient changer la donne, du moins en partie.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Mikaël Pittet, un spécialiste de l'immunothérapie

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Réduire le coût d'un traitement à 370'000 francs

Le Kymriah, un médicament produit en Europe par Novartis, permet d'espérer une prochaine révolution dans le traitement de certains cancers.

Nouvelle piste dans l'immunothérapie

Lʹimmunothérapie est un traitement qui s'appuie et stimule le système immunitaire, afin quʹil attaque les cellules cancéreuses.