Les produits chimiques favorisent-ils le cancer du sein?

Dernière mise à jour 09/07/14 | Article
Les produits chimiques favorisent-ils le cancer du sein?
Des épidémiologistes américaines ont épluché la littérature scientifique pour faire la synthèse des connaissances dans ce domaine. Elles n’apportent pas de réponse à la question, mais elles proposent des pistes qui pourraient permettre la mise en place de systèmes de biosurveillance.

Le cancer du sein est, chez les femmes, le plus fréquent et le plus mortel de tous les cancers. Il est donc important de connaître ses facteurs de risque. Un certain nombre d’entre eux –liés à la génétique, à la reproduction, aux hormones, à la sédentarité, à l’alcool notamment– ont été clairement identifiés (voir notre galerie Les facteurs de risque du cancer du sein). Mais la liste ne renferme aucun produit chimique présent dans notre environnement. Si l’on suspecte certains d’entre eux de jouer un rôle dans le cancer du sein, on ne sait pas lesquels agissent, ni à quelle dose ils le font.

C’est dans ce cadre que s’inscrit une intéressante étude publiée récemment par des épidémiologistes américaines dans la revue Environmental Health Perspectives. Cet article, très fouillé, ne répond pas véritablement à la question, mais il ouvre des pistes de recherche pour les chercheurs.

Dix-sept catégories de produits potentiellement cancérigènes

Les quatre chercheuses du Silent Spring Institute, dans le Massachusetts, se sont livrées à un travail de fourmi. Elles ont en effet analysé la littérature médicale et répertorié tous les produits chimiques connus pour avoir un effet cancérigène sur les rongeurs. Puis elles ont essayé de faire un parallèle avec les études épidémiologiques concernant les êtres humains.

Cela les a conduites à regrouper les produits chimiques en dix-sept catégories qu’elles jugent «prioritaires», car les femmes y sont le plus souvent exposées. De nombreux domaines de notre vie quotidienne sont concernés, puisqu’on trouve notamment dans cette liste des substances présentes dans les gaz d’échappement des véhicules, dans les textiles antitaches, dans les produits antifeu (contenus par exemple dans les canapés), dans les décapants pour peinture ou dans des dérivés de désinfectants utilisés pour le traitement de l’eau potable. Ces produits, avec lesquels les femmes sont fréquemment en contact, favorisent-ils pour autant le cancer du sein? Sur ce point, les auteures de l’article ne se prononcent pas.

Dans ce domaine, tout est une question de dose à laquelle les individus sont exposés. Le problème est donc de déterminer à partir de quelle concentration, dans l’air ou dans l’eau, une substance est réellement cancérigène pour l’être humain. L’un des mérites de cette étude est «d’avoir mis en évidence nos lacunes qui, en la matière, sont considérables», commente Fabio Levi, médecin-chef de l’unité d’épidémiologie du cancer de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et de l’Université de Lausanne.

   

Pistes ouvertes pour la biosurveillance

Les épidémiologistes américaines ont fait plus encore. Elles ont répertorié un certain nombre de biomarqueurs –c’est-à-dire des substances chimiques ou des produits issus de leur transformation par l’organisme– dont on pourrait mesurer la trace dans le sang ou dans l’urine. «Elles ouvrent ainsi des pistes qui pourraient permettre d’installer un système de biosurveillance», précise Fabio Levi. Il faudrait pour cela mener des enquêtes dans des populations féminines pour analyser dans leur sang ou leur urine différents biomarqueurs dont on suivrait l’évolution et, en parallèle, mesurer les doses de produits chimiques présents dans l’environnement de ces femmes. Ce serait un bon moyen d’essayer de voir si telle substance augmente le risque de cancer du sein.

Toutefois, la tâche n’est pas simple. Si les professionnels d’un secteur peuvent être soumis à de grandes quantités du produit qu’ils fabriquent ou qu’ils manient, «la population dans son ensemble est généralement exposée à des doses nettement plus faibles, ce qui pose des difficultés pour les études statistiques», constate le médecin du CHUV.

Quoi qu’il en soit, cette étude américaine «présente de manière synthétique et claire des données qui seront très utiles aux épidémiologistes étudiant les risques environnementaux. Nous allons tous probablement les exploiter», constate Fabio Levi.

Ce n’est qu’ensuite qu’il sera peut-être possible, au nom du principe de précaution, de fixer des normes limitant l’émission dans l’environnement de tel ou tel produit chimique dont le caractère cancérigène pour les femmes sera avéré.

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Un couple dans un champs

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Etre belle malgré la maladie

Le cancer du sein touche une femme sur 10 en Suisse. La grande majorité de ces femmes seront soumis à un traitement et guériront. Et malgré la maladie, elles peuvent êtres belles!

Cancer du sein: le combat d'Elena

Cancer féminin le plus fréquent, le cancer du sein touche une femme sur huit. Dans 80% des cas, la maladie touche des femmes de plus de 60 ans. Pourtant il atteint parfois des femmes très jeunes, comme Elena, frappée par la maladie à l'âge de 24 ans et qui témoigne dans cette vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.