Cancer du sein: de l’onde de choc à la réconciliation avec soi-même

Dernière mise à jour 27/03/13 | Article
De l’onde de choc à la réconciliation avec moi-même
Quel est l'impact de l’annonce du diagnostic de cancer du sein? Le témoignage d'une patiente tout d'abord «fâchée, très fâchée» contre le diagnostic, et qui s'est ensuite réconciliée avec lui.

À la question de l’impact de l’annonce du diagnostic de cancer du sein, je réponds que:

En ce qui me concerne, j’ai cru que le radiologue parlait à quelqu’un derrière moi. Je me suis retournée, mais oui !!, nous n'étions vraiment que les deux dans la pièce. Puis «PAN» le choc. Ça y est, je prends le TGV en pleine figure. Puis un moment après, cent mille ans peut-être, t’as les yeux ouverts, mais tes pieds ne touchent plus terre. T’as l’impression que tu ne t’appartiens plus, tout à coup un co-locataire est venu squatter ton corps et une question: Pourquoi? Pourquoi moi?

Depuis cet instant, toute ma vie a basculé. Mon Dieu, mon fils, je suis en train d’en faire un orphelin. Mon cœur pleure, pleure, j’ai peur. Puis il y a «l’onde de choc» qui dure, qui dure. Toute l’armada médicale arrive et là, la prise en charge est telle que, encore une fois, j’avais l’impression de ne plus m’appartenir.

Ensuite, j’ai mis de l’ordre dans ma tête, afin de mieux gérer la situation et je me suis sentie libérée de pouvoir mettre un nom sur ce qui me fatiguait depuis un an.

Étape suivante: Le moment où je me réveille arrive; la réalité est bien là: il me manque un bout de moi. Je me sens trahie par ce sein que j’ai aimé, qui a été aimé, qui a nourri mon fils neuf mois durant, ce sein qui faisait partie intégrante de ma féminité, qui était fait de mes chairs. Je titube, je perds l’équilibre, pourquoi cette trahison?

Je perds un sein, puis les cheveux se font rares, la vue se trouble, la vision double, les infections dentaires envahissent le terrain, finalement mes dents deviennent aussi un souvenir, leur arrachage s’impose. Oui… J’ai la nette impression de me transformer en «RoboCop». Le Zoladex, en plus, me gratifie d’un cholestérol qui a pris l’ascenseur du jour au lendemain, accompagné d’une hypertension qui est dans le même ascenseur et qui, depuis, ne m’ont plus quittée. Tout un lot d’effets adverses dus à ce traitement, qui d’un côté me «sauve», mais qui de l’autre me démolit. Mais je vais me reconstruire, du travail m’attend.

Après la reconstruction chirurgicale, il m’a fallu une année pour prendre mon sein à pleine main. Jusque là, je m’occupais des cicatrices du bout des doigts. Du point de vue sexuel, rien, plus de libido, là aussi le choc et surtout «Pourquoi ne m’a-t-on pas avertie?».

À un moment donné, j’ai senti monter en moi une force qui m’a aidée à accepter ce cancer, mon nouveau sein, ma nouvelle vie si positive dans tous ses aspects. Aujourd’hui, je vis avec ce nouveau corps que j’ai appris à aimer. Ça n’a pas été facile tous les jours. Je pense surtout à la première fois où j’ai fait l’amour avec mon compagnon. Le haut du corps toujours couvert, j’avais la sensation d’être coupée en deux, et que durant l’acte je n’étais plus qu’un sexe, puisque le haut restait occulté. Oh, que je n’ai pas aimé ces instants. Heureusement, patiemment, nous avons réussi à trouver l’harmonie. Mais là aussi… que de travail, il faut insister encore et encore.

Dix ans après, je me suis réconciliée avec ce diagnostic, car il faut le dire: j’étais fâchée, très fâchée contre lui.

Étant donné que je n’aime pas le côté négatif de la vie, j’ai transformé cette immense fâcherie en un grand besoin d’aider des femmes diagnostiquées d’un cancer du sein. Je me sens bien dans ce rôle, il me donne la possibilité de faire plein de rencontres avec des personnes merveilleuses et, comme ma confiance en la vie est revenue, je peux leur en donner, à mon tour, et les soutenir dans les divers moments de leur parcours à travers cette maladie.

Retrouvez ces articles dans le livre

Le livre blanc – Cancer du sein, cancer de la prostate: vie intime et sexuelle

Ce Livre Blanc est né du courage et de la sincérité d’hommes et de femmes atteint-e-s, leurs conjoint-e-s ou soignant-e-s, qui ont osé s’exprimer sur ce sujet resté trop longtemps tabou: que devient la vie sexuelle et intime lorsque l’on est atteint ou que l’on a surmonté un cancer?

A LIRE AUSSI

Cancer de la prostate
Témoin de l'effet du cancer de la prostate sur la vie sexuelle

La vie sexuelle après un cancer de la prostate ? Témoignage

La chirurgie du cancer de la prostate a des conséquences physiques et psychologiques. Un homme témoigne...
Lire la suite
Cancer colorectal
L’ail, cette plante aux multiples vertus

L’ail, cette plante aux multiples vertus

Antihypertenseur, mais aussi antibactérien et hypolipémiant (abaisse le taux de cholestérol)… L’ail serait...
Lire la suite
Cancer de la prostate
Troubles sexuels après une intervention chirurgicale pour un cancer de la prostate

Rétablir la fonction érectile après un cancer de la prostate

Après traitement chirurgical du cancer de la prostate, une rééducation de la fonction érectile doit être...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Bienfaits de l'exercice physique: 5 coups gagnants!

Des chercheurs américains et australiens ont mené une analyse approfondie de 174 études prospectives consacrées aux éventuels bienfaits d'une activité physique soutenue. Conclusion? La réduction du risque d'être malade s'applique à cinq maladies chroniques majeures.
Un couple dans un champs

Le sexe, une médecine comme les autres? Des vertus thérapeutiques de l'acte amoureux

Le sexe est bon pour la santé. Vous l’ignoriez? C’est sans doute que vous n’avez pas suivi l’actualité d’assez près: si l’on en croit la presse, l’activité sexuelle présenterait plusieurs vertus thérapeutiques (six, huit, dix, seize ou dix-sept, selon les publications). Si l’on en croit les recherches mises en avant par ces articles, le sexe permettrait de brûler des calories, d’évacuer le stress, de dissiper la dépression, de soulager la douleur, de réduire les risques de cancer et de crise cardiaque, d’amoindrir les risques de décès – et permettrait même de réduire la fréquence des bouffées de chaleur chez les femmes ménopausées.
Videos sur le meme sujet

Cancer du sein: dépister pour mieux soigner

Cancer le plus fréquent chez la femme, surtout après 50 ans, le cancer du sein touche les femmes dans leur intégrité et a une connotation particulière. L'antidote nous aide à faire la lumière sur cette maladie.

Etre belle malgré la maladie

Le cancer du sein touche une femme sur 10 en Suisse. La grande majorité de ces femmes seront soumis à un traitement et guériront. Et malgré la maladie, elles peuvent êtres belles!

Cancer du sein: le combat d'Elena

Cancer féminin le plus fréquent, le cancer du sein touche une femme sur huit. Dans 80% des cas, la maladie touche des femmes de plus de 60 ans. Pourtant il atteint parfois des femmes très jeunes, comme Elena, frappée par la maladie à l'âge de 24 ans et qui témoigne dans cette vidéo.
Maladies sur le meme sujet
Mammographie

Cancer du sein (carcinome mammaire)

Chaque année en Suisse, environ 5500 femmes et environ 40 hommes développent un cancer du sein. Le cancer du sein est ainsi le cancer le plus fréquent dans la population féminine: il représente presque un tiers de tous les diagnostics de cancer chez la femme.