Les maux de la parole (2/2)

Dernière mise à jour 08/01/19 | Audio
Loading the player ...
Aphasie, dyslexie, surdité, bégaiement… Stéphane Délétroz s'intéresse aux maux de la parole.

Avec Anne-Lise Giraud, professeure au département des Neurosciences fondamentales de l’Université de Genève et responsable du groupe "audition et langage" et auteure de l'ouvrage "Le cerveau et les maux de la parole".

Notre précédent sujet: Les maux de la parole (1/2)"

Le Cerveau et les maux de la parole, Aphasie, dyslexie, surdité, bégaiement...", d'Anne-Lise Giraud, paru aux éditions Odile Jacob

Une émission CQFD - RTS La Première

Articles sur le meme sujet
BV_comment_voient_bebes

Comment voient les bébés?

Lorsqu’un enfant naît, son cerveau et ses yeux ne sont pas complètement développés et ne lui permettent pas de voir parfaitement le monde qui l’entoure. En grandissant, sa vision va peu à peu se mettre en place. Les explications de la Dre Nathalie Voide, médecin associée à l’unité de strabologie et d’ophtalmologie pédiatrique de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
LMD_dyslexie_reparait_cerveau

Dyslexie: et si on réparait le cerveau?

Des chercheurs de l’Université de Genève se sont intéressés aux oscillations électriques dans le cerveau des personnes atteintes de dyslexie. Décryptage de leur étude.
PULS_mag_troubles dys

Problèmes multipliés par «dys»

À l’heure où il n’est plus seulement question de dyslexie mais également de dyspraxie, dysgraphie ou encore de dyscalculie, comment s’y retrouver et que faire quand le doute s’installe?
Videos sur le meme sujet

SURPRISE! Comment le cerveau apprend à faire face à lʹinattendu

Comment le cerveau apprend-il à gérer lʹimprévu?

Une nouvelle étude sʹintéresse aux pouvoirs des cours artistiques sur le cerveau des enfants

La participation à des cours artistiques influence-t-elle positivement le cerveau des enfants?

Tête plate du nourrisson : c’est grave docteur ?

Le crâne d’un nouveau-né, dont les os ne sont pas encore soudés, est très malléable. Peu mobile, le bébé passe la majeure partie de son temps couché. Mais une préférence positionnelle peut déformer un côté de son crâne et mener à ce qu’on appelle communément la «tête plate», ou plagiocéphalie en langage scientifique.