Un acide biliaire aux vertus multiples

Dernière mise à jour 12/06/12 | Article
Vesicule biliaire
Des chercheurs de l'EPFL ont montré que des molécules qui imitent l’action de l’acide biliaire pourraient un jour être utilisées pour traiter les maladies cardiovasculaires.

Les maladies cardiovasculaires constituent une des premières causes de décès dans les pays industrialisés. Elles sont fréquemment liées à des problèmes d’obésité et de diabète. Ces pathologies auraient en commun une inflammation chronique modérée. Publiée dans Cell Metabolism le 7 décembre 2011, une étude appuie cette théorie. Elle démontre qu’un acide biliaire modifié, appelé INT-777, et déjà connu pour ses effets antidiabétiques, permet de prévenir l’athérosclérose. Cet effet est dû à une action anti-inflammatoire. La molécule semble de fait être un candidat prometteur pour traiter le syndrome métabolique – un ensemble de pathologies associant notamment diabète et troubles cardiovasculaires.

Les chercheurs lausannois, Kristina Schoonjans et Johan Auwerx, ont traité des souris susceptibles de développer l’athérosclérose avec l’acide biliaire modifié INT-777. Ils ont relevé une baisse significative de la formation de plaques d’athérosclérose. Ces plaques contiennent des cellules inflammatoires appelées macrophages, qui sont formées à l’intérieur de la moelle osseuse.

L’INN-777 n’a pas que des effets protecteurs contre l’athérosclérose. Dans une recherche précédente, les mêmes chercheurs avaient également démontré que la molécule permettait d’enrayer le développement de l’obésité et du diabète, en provoquant la sécrétion d’une hormone impliquée dans la production de l’insuline. C’est pourquoi cet acide biliaire modifié semble être un candidat prometteur contre ce que l’on appelle le syndrome métabolique, qui combine diabète et troubles cardiovasculaires. Les effets anti-inflammatoires de la molécule sont à la fois significatifs et modérés, ce qui laisse penser qu’elle n’interférera pas avec le fonctionnement immunitaire. Des essais cliniques feront l’objet d’une prochaine étape.

Depuis l’Antiquité, les hommes attribuent des propriétés médicinales aux acides biliaires. On a la preuve aujourd'hui que les intuitions des Anciens étaient justes!

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_horloges_diabète

Régler nos horloges biologiques pour soigner le diabète

Des chercheurs de l’Université et des Hôpitaux universitaires de Genève ont montré un lien entre les horloges circadiennes des cellules qui contrôlent le niveau de sucre dans le sang et le diabète de type 2. Avec de nouvelles pistes thérapeutiques à la clé. Découverte.
Videos sur le meme sujet

Le diabète et lʹarsenic

Huma Khamis se penche sur la présence d'arsenic dans notre organisme et son lien potentiel avec le diabète.

Nos horloges internes pour contrôler le diabète

Des scientifiques de l'Université de Genève ont mis en évidence un lien entre le dysfonctionnement des horloges circadiennes et le diabète.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.

Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.