Zika et microcéphalie: le lien de causalité est désormais établi

Dernière mise à jour 14/04/16 | Article
Zika et microcéphalie: le lien de causalité est désormais établi
De la forte présomption à la démonstration absolue? Des chercheurs américains estiment avoir pour la première fois établi «avec certitude» que l’infection d’une femme enceinte par le virus Zika peut induire des malformations cérébrales chez le fœtus, et notamment une microcéphalie.

La démonstration synthétique est apportée dans The New England Journal of Medicine: «Zika Virus and Birth Defects – Reviewing the Evidence for Causality». Et elle est reprise dans The New York Times: «Zika Virus Causes Birth Defects, Health Officials Confirm». C’est dire si elle a, désormais, toutes les apparences de l’évidence.

Plus aucun doute

La publication,  dirigée par la Dresse Sonja A. Ramussen (Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d’Atlanta), est d’ores et déjà commentée, en boucle, par le Dr Tom Frieden, directeur des CDC: «C’est désormais clair, les CDC ont conclu que le Zika provoque bien la microcéphalie et d’autres défauts sévères du cerveau chez le fœtus. Il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons mais il n’y a plus aucun doute, le Zika est une cause de la microcéphalie.»

Selon le Dr Frieden, cette étude de ses services «marque un tournant dans cette épidémie». Cette dernière affecte surtout l’Amérique du Sud –et plus particulièrement le Brésil où on aurait dénombré plus de 1,5 million de cas et observé une forte augmentation des cas de microcéphalie. Des doutes demeurent toutefois quant à la fiabilité des chiffres avancés.

Guillain-Barré

Les auteurs de la publication n’ont pas encore pu établir avec certitude de lien entre une infection par le Zika et le syndrome de Guillain-Barré.

Préservatifs

«Cette confirmation est basée sur une analyse étendue des meilleures indications scientifiques menée par les CDC et d’autres experts en santé maternelle, du fœtus et des maladies transmises par des moustiques, a précisé le Dr Frieden. Ces recherches épidémiologiques, cliniques et moléculaires ont chacune produit de nouvelles données qui nous aidé à résoudre le puzzle. Nous pensons que la microcéphalie fait probablement partie d’un éventail de défauts de naissance qui pourraient affecter les femmes, soit à un moment particulier de la grossesse, ou durant toute la grossesse. Jamais avant cela nous n’avions connu une situation dans laquelle la piqûre d’un moustique pouvait provoquer une malformation dévastatrice chez le fœtus.»

Pour autant rien n’est acquis: il faudra peut-être encore des années avant de pouvoir répondre à des questions essentielles –à commencer par situer la période de la grossesse durant laquelle le risque de cette malformation cérébrale est le plus grand. En pratique rien ne change quant aux  recommandations destinées à protéger les femmes enceintes, comme d’éviter de se rendre dans des pays à risque. Le Dr Frieden rappelle notamment l’importance du préservatif  chez les partenaires des femmes qui attendent un enfant ou pourraient tomber enceintes revenant d’une zone où l’infection est active. Il en va de même pour «les couples qui résident dans ces zones».

Piqûres et voie sexuelle

Les CDC ne disent rien quant à la question (hautement politique en Amérique du sud) de l’interruption de grossesse. Ils recommandent que les hommes qui ont été infectés utilisent des préservatifs durant six mois après le début de l’infection (qui est le plus souvent asymptomatique…).  L’Agence France Presse (AFP) souligne pour sa part la publication, toujours dans le New England Journal of Medicine, d’une étude française (Inserm, Invs, AP-HP, French Armed Forces Biomedical Research Institute, Marseille) démontrant une totale corrélation génétique entre la souche du virus présente chez un homme ayant contracté le Zika au Brésil et celle d’une femme n’ayant jamais voyagé dans une zone épidémique mais ayant eu des rapports sexuels avec lui («Evidence of Sexual Transmission of Zika Virus»).  C’est, pour le coup, désormais officiel: le virus Zika se transmet par piqûre de moustiques femelles ainsi que par voie sexuelle.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Le Chuv lance un registre international pour recenser les cas de Zika

Le Centre hospitalier souhaite ainsi mieux comprendre ce virus et répondre aux interrogations qu’il soulève.

Faut-il avoir peur du virus Zika?

Transmis par le moustique tigre, il inquiète en raison des dégâts qu’il provoque chez le fœtus. Le Brésil, à la veille des Jeux olympiques, est l’un des pays touchés par cette épidémie.
 zika_sexualite

Zika et sexualité : les possibilités de transmission augmentent

Brexit, tuerie de Nice, coup d’état avorté en Turquie, la presse généraliste ne s’est guère intéressée au premier cas de transmission sexuelle du virus Zika d’une femme à un homme. Il vient d’être identifié à New York et toutes les précisions ont été données par The New York Times. Quant aux détails virologiques, ils ont été exposés dans un rapport publié vendredi 15 juillet par les Centers for Disease Control and Prevention et les autorités sanitaires de New York.
Videos sur le meme sujet

Les zoonoses: ces maladies transmises par les animaux

Parfois les animaux peuvent transmettre à l'homme des maladies en transportant des agents infectieux. L'antidote fait le point sur les maladies qui nous menacent en compagnie de Jérôme Barras, vétérinaire cantonal valaisan.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.