Une hémorragie cérébrale peut nécessiter une opération

Dernière mise à jour 21/01/14 | Article
Une hémorragie cérébrale peut nécessiter une opération
En cas de coup ou de choc sur la tête, mieux vaut ne pas traîner pour prodiguer les soins. Une étude récente a en effet montré que chaque minute gagnée augmente considérablement les chances de survie de la victime d’un traumatisme crânien important.

De quoi on parle?

Les faits

Le dimanche 29 décembre, Michael Schumacher chute en skiant hors piste à Méribel, en Savoie (F). Sa tête heurte un rocher. Conscient mais en état d’agitation, le champion de Formule 1 est transféré à l’hôpital de Moûtiers, puis à celui de Grenoble où il est soigné aujourd’hui.

Le bilan

Le cerveau de Michael Schumacher a abondamment saigné. Opéré à deux reprises, il est depuis maintenu dans un coma artificiel.

Ce que les médecins redoutent avant tout, ce sont les hémorragies cérébrales. Lors d’un choc violent, le cerveau bouge comme de la gelée à l’intérieur du crâne, créant des ondes qui endommagent les tissus cérébraux. Du sang se répand alors dans l’organe lui-même et remplit les espaces qui se situent entre le cerveau et l’os du crâne (voir infographie). Durant ce laps de temps, la victime du traumatisme peut rester consciente, raison pour laquelle on pourrait croire que le choc subi est sans gravité. Mais en réalité, une fois que ces espaces de «réserve» sont remplis, la situation de la victime se détériore rapidement.

Comme le crâne est une boîte rigide, il ne peut pas se déformer pour s’accommoder du volume de sang que déversent les vaisseaux endommagés. Conséquences: la pression augmente dans le cerveau et la circulation du sang y devient plus difficile. Les zones mal irriguées ne reçoivent plus assez d’oxygène et leurs cellules sont en danger de mort. Le but de la prise en charge est alors double: il faut d’une part diminuer la pression à l’intérieur du crâne et d’autre part préserver un bon apport d’oxygène au cerveau.

Placer dans un coma artificiel

Généralement, la première mesure prise par les équipes médicales est de plonger la victime dans un coma artificiel, au moyen d’une anesthésie. «Un cerveau anesthésié demande moins d’oxygène et donc moins de sang pour maintenir les cellules en vie. Sans compter que la pression dans la tête baisse et le risque de dégâts diminue», explique le Pr Asita Sarrafzadeh, du service de neurochirurgie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Les patients sont placés dans une position semi-assise afin de diminuer encore la pression de la circulation sanguine vers le cerveau. Et enfin, comme c’est le cas pour Michael Schumacher, on met aussi le corps en hypothermie pour ralentir son métabolisme, toujours dans le but de diminuer la consommation en oxygène du cerveau.

Repérer les symptômes du traumatisme crânien et agir sans attendre

Réaction

Si une personne demeure inconsciente après une chute accidentelle, il faut immédiatement appeler le 144. Les médecins déterminent la gravité du traumatisme crânien selon trois paramètres. La victime peut-elle bouger? Ouvre-t-elle les yeux? Répond-elle? En cas d’inconscience avérée, le traumatisme est jugé sévère. Même si le patient reste conscient, des vomissements répétés, des pertes d’équilibre ou encore des maux de tête importants et s’aggravant sont des signes d’alerte. Les circonstances de l’accident sont également importantes. Des symptômes survenant après un choc à grande vitesse, sans casque, sur un sol dur sont évidemment préoccupants.

Que faire si la victime d’un choc sur le crâne se relève et semble indemne? Il convient d’être très prudent car son état peut se modifier rapidement dans les heures qui suivent l’accident (lire ci-dessus). En cas de doute, il faut donc consulter rapidement un médecin ou un centre d’urgence. Même si, comme le remarque le Dr Pierre-Nicolas Carron, urgentiste au CHUV, «nonante pour cent des traumatismes crâniens mineurs n’ont pas de conséquences néfastes».

 

Etroite surveillance

«Si le cerveau est comprimé de manière trop importante, une opération est inévitable», poursuit la spécialiste. Deux interventions permettent alors de faire baisser la pression dans le cerveau. Soit, lorsque l’hémorragie est bien localisée, on draine le sang hors de la cavité qu’il a remplie. Soit, si la pression dans le cerveau s’avère trop importante, on enlève une partie de la calotte crânienne pour lui permettre de s’étendre. Le cerveau n’est cependant pas laissé à l’air libre: la dure-mère (la membrane dure qui l’entoure) subsiste et le cuir chevelu est recousu. La partie du crâne enlevée est conservée dans un congélateur pour pouvoir être replacée ultérieurement.

Après l’opération, le malade doit être étroitement surveillé. Il existe en effet une période critique de deux semaines après l’accident où la pression intracrânienne peut s’accroître malgré le traitement. «Si le traumatisme est sévère, il est d’usage de garder le patient en coma artificiel pendant les deux semaines critiques», précise Asita Sarrafzadeh.

Cette période est cependant mise à profit par les médecins. «Plus la rééducation du cerveau commence tôt, mieux la victime récupérera ses facultés », souligne le Pr Marc Levivier, chef du service de neurochirurgie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). «Une stimulation neurosensorielle agréable et coordonnée des cinq sens permet en outre un éveil du coma plus rapide», remarque le Dr Karin Diserens, responsable de l’unité de neurorééducation aiguë du CHUV.

Proches éprouvés

En cas de réveil, le chemin de réadaptation est toutefois encore très long pour la victime et son entourage. «S’ils ont survécu au traumatisme crânien, la plupart des patients se réveillent du coma artificiel, mais malheureusement pas tous, résume le Pr Sarrafzadeh. Un traumatisé crânio-cérébral peut ainsi rester dans un état végétatif, sans pouvoir communiquer ni bouger volontairement. Et pour ceux qui se réveillent, les séquelles ne disparaîtront pas forcément avec le temps et la rééducation.»

Les dommages causés sont généralement cognitifs, les plus fréquents étant des problèmes de concentration et une baisse des capacités d’initiative, précise encore le Dr Diserens. «Pour les proches, il faut se préparer à une longue phase où ils devront donner de l’énergie au patient», conclut le Pr Sarrafzadeh. Un soutien psychologique des familles est donc intégré dans les centres de neurotraumatologie de haut niveau.

Quant au pronostic de récupération du patient lui-même, il dépend bien sûr de la gravité des lésions. Mais aussi de son attitude positive, de son bon état général de santé avant l’accident et d’un contexte socioprofessionnel stable. C’est déjà ça de gagné pour Michael Schumacher.

Hémorragie cérébrale

En collaboration avec

Le Matin Dimanche

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Sportifs: gare aux commotions cérébrales

Sportifs: gare aux commotions cérébrales

Causée par un choc sur la tête, le visage ou la nuque associé à une forte secousse, la commotion cérébrale (CC) cause des troubles neurologiques parfois graves et fragilise le cerveau. Au moins 3,8 millions d’individus par an en seraient victimes aux Etats-Unis, notamment chez les sportifs.
La sortie du coma passe par la stimulation des sens

La sortie du coma passe par la stimulation des sens

Le coma peut survenir après un accident ou une infection. Ou être provoqué par les médecins pour mettre le cerveau au repos et le protéger en diminuant son métabolisme.
Un traumatisme crânien ne doit jamais être sous-estimé

Un traumatisme crânien ne doit jamais être sous-estimé

Les dizaines de millions de spectateurs du dernier Mondial de football ont pu assister à de spectaculaires chocs crâniens. Explications.
Videos sur le meme sujet

Traumatisme cranio-cérébral: des chocs pour les neurones

Lorsque la tête reçoit un choc, le cerveau peut subir un traumatisme. C’est typiquement la commotion cérébrale, fréquente dans les sports d’hiver comme le hockey ou le ski. Mais c’est aussi le traumatisme modéré ou majeur qui résulte d’un choc violent, lors d’un accident de voiture ou d’une chute.
Maladies sur le meme sujet
Radio d'un crâne

Traumatisme crânien

Lors d'un traumatisme crânien, il est important de surveiller attentivement les symptômes pour déceler les éventuelles lésions au cerveau.

Symptômes sur le meme sujet
accident sur un chantier

Coup à la tête

Il/elle a reçu un coup sur la tête / a fait une chute sur la tête