Deux mille pas (de plus) chaque jour protègent cœur et vaisseaux

Dernière mise à jour 07/01/14 | Article
Deux mille pas (de plus) chaque jour protègent cœur et vaisseaux
Voilà une méthode simple et gratuite pour réduire le risque cardiovasculaire chez les personnes les plus exposées.

C’est une méthode préventive on ne peut plus concrète que proposent les auteurs d’une grande étude internationale, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue médicale britannique The Lancet.1 Cette étude a réuni des chercheurs britanniques, américains, autrichiens, finlandais et saoudiens, dirigés par le Dr Thomas Yates, spécialiste britannique du diabète au centre hospitalier général de Leicester.

Intolérance au glucose

Ce travail a porté sur les données des dossiers médicaux de 9306 adultes vivant dans quarante pays, pour lesquelles un risque diabétique avait été mis en évidence: une intolérance au glucose (ITG). En présence de ce phénomène biologique, l’organisme commence à perdre sa capacité métabolique naturelle de réguler le taux de sucre dans le sang (glycémie) après les repas. L’ITG se traduit par des glycémies plus élevées que la normale, sans pour autant que l’on puisse encore parlerstricto sensu de «diabète» et de personne «diabétique». Or il est bien établi que les stades pré-diabétiques (et a fortiori le diabète) augmentent les risques d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral.

150 minutes par semaine

L’étude publiée par The Lancet était soutenue financièrement par le groupe pharmaceutique Novartis. Elle s’inscrivait dans le cadre de l’étude dite NAVIGATOR. Tous les participants recevaient un programme de modification du style de vie: en substance, réduction du poids et de la consommation de produits gras associée à une augmentation de l’activité physique (sur la base de 150 minutes par semaine). Les volontaires ont pu disposer de podomètres pour enregistrer au plus près les distances moyennes parcourues chaque semaine.

Marche bienfaitrice

Une modélisation statistique a été effectuée pour étudier précisément la relation entre le niveau d’activité pratiquée et le risque ultérieur de maladie cardiovasculaire –en intégrant les différents facteurs de confusion connus que sont l'indice de masse corporelle, le tabagisme, l'alimentation, les antécédents médicaux et les traitements médicamenteux.

Il est ainsi une nouvelle fois démontré à quel point la marche peut être bienfaitrice. Plus précisément, il est apparu que faire 2000 pas quotidiens de plus (soit une marche d’environ vingt minutes) permettait de réduire de 8% le risque d’apparition de maladie cardio-vasculaire chez les personnes pré-diabétiques. Une différence observée au bout d’un an seulement.

Huit pré-diabétiques sur cent personnes

Il apparaît aussi que sans rien changer à leurs habitudes, les personnes qui marchent plus sont mieux protégées que celles qui marchent peu, chaque tranche de 2000 pas quotidiens supplémentaires diminuant le risque de 10%. C’est là un résultat de toute première importance, puisque près de 8% de la population mondiale (344 millions de personnes) est touchée par l’ITG et cette proportion pourrait atteindre 8,4% (472 millions) en 2030.

Des études précédentes avaient certes déjà démontré que l'activité physique avait un effet non négligeable sur la santé des pré-diabétiques, mais c'est la première fois qu'une étude quantifie l'effort requis pour modifier le risque. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise pour sa part de faire plus de 10 000 pas par jour, soit entre six et huit km. Combien sommes-nous à respecter cette sage recommandation?

 

1. Un résumé (en anglais) de cette publication est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
Prévention_1_place_action

Prévention: place à l’action

Les cibles sont identifiées. Le public, à l’écoute. Les connaissances, à la pointe. Les volontés, bien présentes. Et pourtant, en matière de prévention, la Suisse se fait régulièrement sanctionner d’un «peut mieux faire» par les organisations internationales. Les raisons? Elles sont multiples… et en bonne partie économiques. Explications.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Au chevet des pieds des personnes diabétiques

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a développé une semelle équipée de valves gérant électroniquement la pression exercée sous la voute plantaire.

Une journée dédiée au diabète

Le 7 avril 2016 est la Journée mondiale de la santé, une journée que l’OMS dédie cette année au diabète.
Maladies sur le meme sujet
Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.