De nouveaux remèdes contre la migraine

Dernière mise à jour 16/02/17 | Article
remèdes_migraine
Très bientôt, de nouveaux médicaments soignant spécifiquement la migraine arriveront sur le marché suisse. Le point sur l’éventail des solutions thérapeutiques.

Les volets fermés, la main posée au-dessus de l’œil pour tenter de juguler l’intense douleur qui frappe l’un des deux côtés de sa tête. Elise souffre de migraine, une maladie très fréquente qui touche 10 à 15% de la population.

La plupart des personnes concernées ne sont confrontées à ces maux qu’une à deux fois par mois, tandis que chez une minorité, les crises migraineuses surviennent plus régulièrement et handicapent d’autant plus le quotidien.

La migraine n’est pas un banal mal de tête. Elle se définit selon des caractéristiques strictes. En effet, pour que le diagnostic soit posé, au moins deux des quatre critères suivants doivent être réunis: la douleur débute d’un seul côté (à droite ou à gauche) de la tête; elle est pulsatile, comme si on donnait des coups de marteau; son intensité est modérée à sévère (soit de 5/10 à 10/10 sur l’échelle de la douleur); elle oblige à arrêter l’activité en cours ou, à défaut, est renforcée si l’activité est poursuivie. De plus, elle doit s’accompagner d’au moins un des symptômes suivants: vomissements ou nausées, ou gênes ressenties face à la lumière et au bruit.

Établir le diagnostic

Si vous avez déjà été confronté à ces symptômes, sachez que des traitements efficaces existent et que de nouveaux médicaments vont bientôt arriver sur le marché. Mais avant toute chose, lors de la consultation, le médecin va chercher à comprendre à quel moment les crises surviennent. Sur la base d’un terrain migraineux, plusieurs éléments peuvent en effet favoriser l’apparition d’une migraine. C’est le cas de certaines boissons (le vin blanc serait typique), certains aliments, un manque de sommeil, des odeurs, un temps prolongé devant des écrans, l’arrivée du week-end, etc.: «Les facteurs déclencheurs sont très divers et très individuels. Il s’agit de les identifier avec le patient. L’action sur ces éléments fait intégralement partie de la prise en charge», déclare le professeur de neurologie Philippe Ryvlin, chef du département des neurosciences cliniques au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Sur le plan médicamenteux, on commencera d’abord par le traitement ponctuel des crises. En première ligne, des antidouleurs classiques (paracétamol ou antiinflammatoires) seront prescrits. Si ceux-ci ne parviennent pas à diminuer la douleur, le médecin proposera des «triptans», une autre classe de médicaments. Ces derniers réduisent la dilatation des vaisseaux sanguins, notamment en stimulant des récepteurs de la sérotonine, et auraient de plus une action sur les circuits de la douleur. «Ils sont globalement plus efficaces pour stopper la crise, ils diminuent l’intensité de la douleur et agissent plus rapidement. Mais ils sont plus chers et moins bien tolérés que les antalgiques standards», résume le professeur Ryvlin.

Traitements de fond: du nouveau

Si les épisodes de migraine sont trop fréquents et que leur traitement ponctuel apparaît comme insuffisant, un traitement de fond, visant à éviter leur survenue, sera proposé. Le médecin dispose ici de plusieurs types de médicaments qui ont une efficacité contre la migraine, mais qui ne sont pas forcément spécifiques pour soigner ce trouble. Parmi eux, certains bêtabloquants, utilisés contre l’hypertension ou les maladies cardiaques.

La découverte de leur effet préventif contre les migraines est empirique, et ne repose pas sur un mécanisme bien établi. Certains antiépileptiques et antidépresseurs ont également démontré leur utilité dans l’espacement et la réduction de l’intensité des épisodes migraineux. «Le choix entre l’un ou l’autre des médicaments à disposition dépend des caractéristiques individuelles (sexe, âge, autres traitements) et de leur risque d’effets secondaires. On ne va pas prescrire des antihypertenseurs à une jeune femme qui a une pression artérielle basse», illustre le professeur Ryvlin.

Antidouleurs: attention aux abus!

Bien que certains antidouleurs soient en vente libre –c’est le cas du paracétamol et de l’ibuprofène–, ils doivent être utilisés avec précaution. La prise trop régulière de ces médicaments risque d’aggraver la douleur. Paradoxalement, les céphalées deviennent plus fréquentes, voire chroniques. On considère que plus de deux prises d’antalgiques par semaine sur une durée de trois mois constituent déjà un abus.

Mais pour les patients qui répondraient mal à ces traitements en raison de douleurs persistantes ou de crises trop fréquentes, ou pour ceux qui en supporteraient mal les effets secondaires, l’arrivée prochaine d’une nouvelle classe de médicaments constitue un réel espoir.

Contrairement aux médicaments utilisés dans les traitements de fond, les «anti-CGRP» ont été spécifiquement développés contre les troubles migraineux. «Les antagonistes du peptide CGRP sont le fruit de la recherche sur les mécanismes de la migraine. Ils interviennent en effet dans le processus inflammatoire des vaisseaux méningés, responsable des céphalées», explique le spécialiste.

L’originalité de ce traitement réside aussi dans son mode de prescription et dans le confort apporté au patient, puisqu’il consiste en une injection mensuelle. «Bien qu’on manque de recul car nous n’avons pas encore d’expérience clinique de terrain, les études actuelles sont très encourageantes. Des milliers de patients à travers le monde y ont participé. Ces travaux ont démontré une efficacité nette et prolongée de ces nouveaux médicaments». Les victimes de migraine devront, en Suisse, patienter encore quelques mois pour pouvoir en juger.

Des alternatives aux médicaments

Le recours aux médicaments est l’option thérapeutique la plus courante pour soigner la migraine, mais d’autres pistes sont explorées, «avec des résultats toutefois modestes», de l’avis du professeur Ryvlin. Parmi ces traitements: la stimulation électrique transcutanée et la stimulation du grand nerf occipital, qui consiste en l’implantation d’électrodes dans cette zone. Le nerf occipital innerve la région du crâne, et sa stimulation permet d’atténuer les douleurs de cette région. L’injection de toxine botulique (plus connue sous le nom de Botox®) suscite beaucoup d’intérêt chez les patients du fait de sa médiatisation. L’injection quotidienne de ce produit dans différentes régions au niveau du crâne est efficace, mais «uniquement pour les patients souffrant de migraine chronique, les migraines épisodiques ne répondant pas au traitement».

L’hypnose: une piste prometteuse

Pour compléter le panel thérapeutique, citons encore l’hypnose. Elle agit à la fois sur la douleur pour la diminuer, mais aussi sur la gestion de cette dernière par le patient. La migraine est due au départ à une inflammation des méninges. La douleur, elle, est liée à différentes zones du cerveau, mais reste un phénomène subjectif. Aussi, même si l’inflammation disparaît, il arrive que le cerveau continue à la percevoir. «L’hypnose agit ainsi sur la perturbation du phénomène d’intégration de la douleur». De l’avis du spécialiste lausannois, cette méthode est l’une des pistes thérapeutiques les plus intéressantes, à condition que le patient soit pris en charge par du personnel médical formé en hypnothérapie médicale.

_________

Source: Paru dans le supplément «Votre santé» du Quotidien de La Côte, novembre 2016.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Vivre avec la migraine et la traiter

Vivre avec la migraine et la traiter

Comment mieux vivre avec la migraine? Sensibilisez votre entourage, y compris professionnel, régularisez votre vie et consultez votre médecin.
Cinq questions sur la migraine

Cinq questions sur la migraine

La migraine touche environ une personne sur neuf, et pourtant cette maladie est souvent mal connue. Cinq grandes questions pour mieux connaître et moins subir, avec le Dr Catherine Dozier, neurologue.
Migraine: les derniers progrès de la stimulation magnétique transcrânienne

Migraine: les derniers progrès de la stimulation magnétique transcrânienne

En Grande Bretagne, cette technique vient d’être reconnue comme une pratique thérapeutique. De quoi s’agit-il?
Videos sur le meme sujet

Migraine à en perdre la tête

Les migraines, qui touchent environ 15% de la population, ne sont pas de simples maux de tête (que l’on appelle plutôt des céphalées): elles sont aujourd’hui reconnues comme des maladies neurologiques handicapantes.

Les céphalées à la une

Stéphane Délétroz se penche sur une affection qui concerne de très nombreuses personnes: les maux de tête ou plus exactement les céphalées.

La chirurgie au secours de certains migraineux

Les migraines sont une calamité qui frappe 20% des femmes et 6% des hommes.
Maladies sur le meme sujet
migraine

Migraine

La migraine est une variété de maux de tête fréquente. Elle s'accompagne souvent de nausées, de vomissements, et d'une intolérance au bruit et à la lumière.

Symptômes sur le meme sujet
Mal de tête

Mal à la tête

J'ai mal à la tête