Des électrochocs contre la dépression

Dernière mise à jour 10/05/17 | Vidéo
L’électroconvulsivothérapie jouit d’une mauvaise réputation, notamment en raison de ses usages brutaux pratiqués par le passé. Pourtant, cette technique peut donner de l’espoir aux patients souffrant d’une dépression profonde et que rien ne soulage.

(TEXTE Aude Raimondi)

Utilisés de manière éthique, les électrochocs pour combattre la dépression donnent des résultats probants, là où les antidépresseurs et les anxiolytiques classiques échouent. Pratiquée notamment au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne, l’électroconvulsivothérapie (ECT) vise à stimuler les cellules nerveuses d’un patient à l’aide d’un champ électrique.

Pas de lésion

Toujours pratiquée sous anesthésie générale, une séance d’ECT dure environ huit secondes. Le champ électrique provoque chez le patient une crise d’épilepsie, c’est-à-dire une activation intense de toutes les cellules nerveuses en même temps. Selon le docteur Jean-Frédéric Mall, spécialiste en psychiatrie, ce sont sûrement les mécanismes mis en jeu par le cerveau pour arrêter cette crise qui seraient responsables de l’efficacité de l’ECT. Malgré le caractère impressionnant de ce traitement, aucune lésion n’est causée au cerveau, bien au contraire.

Si l’efficacité de cette méthode est attestée par de nombreux patients, ses mécanismes sont encore peu connus. Les experts estiment toutefois que l’ECT a d’importants effets sur les circuits neuronaux impliqués dans la dépression. La crise convulsive déclenchée lors du traitement aurait la faculté d’améliorer la circulation de l’information entre les différentes zones cérébrales et de stimuler la fabrication de nouveaux neurones.

Stimulation transcrânienne répétée

Méthode alternative à l’ETC, la stimulation transcrânienne répétée (RTMS) est encore très peu pratiquée en Suisse. Plus douce, elle ne nécessite pas d’anesthésie générale. Un électroaimant, placé à la surface du crâne, délivre des impulsions magnétiques qui provoquent une stimulation neuronale.

L’efficacité désormais démontrée de ces différentes thérapies électriques fait d’elles de sérieuses alternatives aux médicaments dans le traitement de la dépression, ces derniers étant responsables de nombreux effets secondaires.

_____

Une émission 36.9 - RTS La Première

Articles sur le meme sujet

Le yoga, une arme contre la dépression?

Traitement alternatif désormais reconnu, le yoga peut aider pour contrer certains symptômes associés à la dépression. Plongée dans l’univers du souffle et des postures.
depression_ketamine_spray

Dépression: la kétamine en spray nasal arrive sur le marché

Cela faisait des années qu’il n’y avait pas eu du nouveau dans la famille des antidépresseurs. La kétamine, fraîchement débarquée aux États-Unis, fait figure de révolution.
Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Le cabinet du praticien, refuge de la détresse existentielle?

Il fixe le sol, son visage est sombre, il tremble, ses mains sont agitées d’un mouvement nerveux répétitif. Il parle peu, d’une voix monocorde et, par moments, je perçois un sanglot contenu. Parfois, rarement, son visage se relève, son regard s’éclaire et brille de fierté quand il parle de son fils aîné qui veut devenir médecin. Puis l’angoisse le reprend, avec le désespoir.
Videos sur le meme sujet

L'électricité pour lutter contre la dépression

L'électroconvulsivothérapie, autrefois appelée électrochocs, véhicule aujourd’hui encore une image négative.

La privation de sommeil pour soigner la dépression

Lucia Sillig évoque une méthode assez contre-intuitive pour lutter contre la dépression: la privation de sommeil.

Des électrochocs contre la dépression

Les électrochocs font peur parce qu'ils ont été utilisés avec barbarie et brutalité.
Maladies sur le meme sujet
Personne seule

Dépression

La dépression peut se manifester par une tristesse, un manque de plaisir et d'énergie, mais aussi par des changements dans le sommeil, l'appétit ou le poids.

Symptômes sur le meme sujet
La tristesse

Dépression

Je pleure souvent / je n’ai pas le moral / je suis déprimé(e)