«Sans l’adhésion de la population, on ne gagnera pas face au virus»

Dernière mise à jour 26/05/21 | Questions/Réponses
 P21-02_L'INVITEE
Médecin formée en médecine communautaire, santé publique, médecine tropicale et protection de l’enfance, la Dre Aglaé Tardin a succédé en 2020, à 48 ans, à Jacques-André Romand au poste de médecin cantonale de Genève. Rencontre.

           

Nommée en janvier 2020 au poste de médecin cantonale, vous deviez prendre vos fonctions le 1er mai, mais l’actualité sanitaire liée au Covid-19 en a décidé autrement…

Dre Aglaé Tardin: En effet, le 28 février 2020, le téléphone sonnait pour m’annoncer que je venais en renfort dès le 1er mars, soit deux mois avant la date prévue. Le démarrage s’est fait sur les chapeaux de roues. Mon prédécesseur – Jacques-André Romand – a lui-même annulé ses vacances et décalé son départ à la retraite de deux mois. Au plus fort de la première vague, être à deux sur ce poste n’était vraiment pas de trop.

Il n’est en effet pas banal d’endosser de telles fonctions en pleine pandémie, comment avez-vous vécu ces premiers temps?

Je suis arrivée dans un climat d’incertitude et d’urgence qui était en réalité le lot de toutes et tous. Bien sûr, la charge de travail a été immédiatement immense, la nécessité de prendre des décisions, impérieuse. Mais il y a également eu des points positifs, comme le fait de collaborer dès le départ avec tout un réseau que j’aurais sans doute mis plusieurs mois à rencontrer dans son ensemble. Par ailleurs, un lien de confiance a pu s’instaurer tout de suite avec les équipes en place, mais également avec les acteurs de terrain et les instances politiques.

À l’heure où une troisième vague fait trembler de nombreux pays, quel enjeu vous semble prioritaire?

Une certitude demeure: sans l’adhésion de la population, nous ne gagnerons pas face au virus. Malgré l’arrivée de vaccins, nous savons que la crise sanitaire va durer au moins deux ans. Notre mission est d’orienter les stratégies et décider des mesures les plus justes et adéquates possibles en fonction de l’état des connaissances à un instant «t». En effet, il ne s’agit pas de tenir une ligne stricte et rigide, mais bel et bien de nous adapter en permanence pour faire face au mieux à cette épidémie mouvante et infiniment complexe.

Autant de mesures évoluant mais susceptibles également de faire le nid de messages complotistes, émanant de groupes «anti-masques» ou «anti-vaccins»…

Dans une telle situation, ces mouvements sont inévitables. Je peux comprendre les interrogations, les résistances. Mais il y a des chiffres indéniables, comme le nombre d’hospitalisations ou de personnes en réanimation. Et l’interprétation que l’on peut en faire. Quand celle-ci est clairement erronée, la démentir est aisé. Quand elle est déformée, c’est plus compliqué. Nous devons intégrer tout cela, en restant sur notre objectif global de santé publique. Et favoriser le dialogue bidirectionnel avec la population, pour pouvoir répondre aux questions, aux doutes, en temps réel, selon les connaissances à disposition. J’ajouterai que face aux dissensions, il nous faut garder en tête notre point commun à tous: au-delà des mesures de protection mises en place, c’est surtout du virus dont nous avons tous marre... Et ce n’est qu’ensemble que nous pouvons l’affronter.

Comment, dans un tel climat d’urgence, s’assurer de l’avancée des autres dossiers incombant à votre service?

Grâce aux équipes en place qui ont l’expérience et la mobilisation requises. Car même si depuis des mois, nous pensons, dormons, mangeons «Covid», il est certain que d’autres priorités subsistent, comme les actions de prévention et de promotion inhérentes aux axes définis par le plan cantonal, le renouvellement des contrats de prestations avec les partenaires du milieu associatif ou encore la mise en place du tout nouveau secteur «Maladies transmissibles». Pour affronter la crise sanitaire, nous avons procédé à de nombreux engagements, passant de l’équivalent de 40 postes à temps plein à près de 350.

Vous avez exercé la médecine communautaire au Mexique, au Sénégal, dans le milieu associatif, avant de rejoindre le Service de santé de l’enfance et de la jeunesse, puis d’endosser la fonction de médecin cantonale. Quelle force tirez-vous de ce parcours?

Je garde en tête les valeurs auxquelles je crois profondément et qui m’ont guidée jusque-là: l’accès aux soins pour tous, ainsi que les principes d’éthique et d’équité. Quant à la crise qui nous occupe aujourd’hui, elle constitue un défi dont l’ampleur me marquera assurément très longtemps…

____________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_web_allergie_vaccin_covid

Vaccins anti-Covid-19: quel risque allergique?

La vaccination contre le Covid-19 suscite des interrogations quant au risque de réaction allergique. Dans les faits, celui-ci est très faible et les rares cas sont pris en charge immédiatement.
P21-02_surfer_vagues_covid-19

Surfer sur les vagues du Covid-19

Le coronavirus continue d’inquiéter, nous oblige à changer nos habitudes, à remettre à plus tard certains projets, quand il ne nous confronte pas directement à la maladie et à la mort. Les plus jeunes sont particulièrement concernés. Les conseils de deux spécialistes pour garder le moral dans ce contexte.
Illustre_surcharge_mentale_pandémie

Surcharge mentale en temps de pandémie

Avec le télétravail, on fait tout en même temps et ce n’est pas bon pour notre cerveau. C’est prouvé, la situation actuelle a un impact sur notre mémoire. À cela s’ajoute la surdigitalisation, face à laquelle nous sommes mal équipés. Conseils et témoignages pour ne pas oublier notre vie.
Videos sur le meme sujet

Le point sur le Covid

Après deux mois d'interruption de "CQFD", Stéphane Délétroz fait le point sur l'évolution récente et la situation de la pandémie de coronavirus.

Alice Hamilton, médecin pionnière dans la santé au travail

Anne Baecher revient sur le parcours dʹune femme injustement méconnue de lʹhistoire de la médecine: Alice Hamilton.

Les physiothérapeutes à l'épreuve du covid

Comme tous les professionnels de la santé, les physiothérapeutes ont vu leur pratique se modifier pendant la pandémie de covid-19.