Le Covid-19 défie l’immunité

Dernière mise à jour 20/01/22 | Article
PULS_covid_defie_immunite
À l’heure de la troisième dose, la Dre Christiane Eberhardt, médecin adjointe au Centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève, fait le point sur la capacité de l’organisme à se défendre contre les infections.

La pandémie de Covid-19 a mis sur le devant de la scène l’un des systèmes centraux du corps humain, chargé d’en assurer sa survie: le système immunitaire. Comment notre organisme se défend-il contre les agents infectieux et en particulier contre le Covid-19? «Il y a deux axes d’immunité. Le premier, très rapide, se met en place dans les minutes et heures suivant l’infection ou le vaccin. Cette réaction innée du système immunitaire active les mécanismes de l’inflammation, à l’origine de la fièvre, d’une perte d’appétit, de maux de tête, etc. Elle prépare une réponse immunitaire spécifique à l’agent responsable de l’infection», répond la Dre Christiane Eberhardt, médecin adjointe au Centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Cette réponse adaptative, qui intervient dans un second temps, se traduit, entre autres, par l’activation des lymphocytes, dont il existe deux types. Les lymphocytes T se chargent par exemple de tuer les cellules infectées, tandis que les lymphocytes B s’occupent de produire des anticorps spécifiques. Après l’infection ou la vaccination, ils persistent comme cellules «mémoire», qui s’activent et se multiplient très rapidement lors d’une réinfection ou d’un rappel vaccinal.

L’immunité locale, cette inconnue

Comment savoir si notre organisme est protégé face au Covid-19? Il reste difficile de répondre à cette question, explique la Dre Eberhardt: «Il est possible de mesurer, dans le sang, le taux d’anticorps spécifiques. Ils sont la preuve, telle une cicatrice, que l’on a été infecté ou vacciné. Certains d’entre eux peuvent neutraliser le virus, soit l’empêcher d’entrer dans nos cellules et de nous infecter. Quant aux cellules T, elles jouent probablement davantage un rôle dans la protection contre une maladie sévère une fois que nous sommes infectés et sont moins sensibles aux différences entre les variants.» Mais cela ne reflète pas forcément ce qui se passe localement dans nos muqueuses. Pour connaître notre immunité locale – qui protège d’être porteur ou porteuse du virus ou de le transmettre –, il faudrait mesurer les anticorps et les cellules spécifiques présents à l’endroit même de l’infection, dans les voies respiratoires. «Or nous ne savons pas trop le faire à large échelle», explique la spécialiste.

C’est pourquoi le vaccin – en plus des gestes barrière – reste la seule arme de prévention contre le Covid-19. «Il permet d’éviter les formes graves, mais pas d’éradiquer la maladie. Nous devons vivre avec», conclut la Dre Eberhardt.

_________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
VS_confinement_Covid_troubles_alimentaires

Confinement et Covid-19: quel impact sur les troubles alimentaires?

Repli sur soi, anxiété, perte de repères… le confinement lié à la pandémie du Covid-19 semble avoir favorisé l’émergence des troubles psychiques. Parmi ces derniers, les troubles du comportement alimentaire (TCA) se sont largement intensifiés, notamment chez les jeunes.
PULS_web_allergie_vaccin_covid

Vaccins anti-Covid-19: quel risque allergique?

La vaccination contre le Covid-19 suscite des interrogations quant au risque de réaction allergique. Dans les faits, celui-ci est très faible et les rares cas sont pris en charge immédiatement.
 P21-02_L'INVITEE

«Sans l’adhésion de la population, on ne gagnera pas face au virus»

Médecin formée en médecine communautaire, santé publique, médecine tropicale et protection de l’enfance, la Dre Aglaé Tardin a succédé en 2020, à 48 ans, à Jacques-André Romand au poste de médecin cantonale de Genève. Rencontre.
Videos sur le meme sujet

Quand le covid atteint la rétine

La rétine nʹest pas épargnée par le sars-cov-2, cʹest ce que montre une étude suisse réalisée par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et le centre de recherche clinique en ophtalmologie mémorial Adolphe de Rothschild.

Les virus sont-ils utiles?

Un virus, ça semble toujours en lien avec une maladie plus ou moins atroce: HIV, Ebola, hépatite, herpès et bien entendu le SARS-CoV-2.

Des risques cardiovasculaires chez les patients touchés par le Covid

LʹAcadémie nationale française de médecine recommande une surveillance cardiovasculaire chez toutes les personnes ayant été infectées par le Covid-19.