Méthode Buteyko: contrôler l’asthme par la maîtrise du souffle

Dernière mise à jour 19/05/16 | Article
Méthode Buteyko: contrôler l’asthme par la maîtrise du souffle
Trop, c’est trop; même lorsqu’il s’agit de respirer? D’après le médecin russe Vladimir Konstantinovich Buteyko (1923-2003), la réponse est sans doute affirmative. Selon ses études et ses recherches, une respiration excessive serait la cause d’environ 150 maladies, comme l’asthme, les allergies, les crises d’angoisse et certains troubles cardiovasculaires.

Le Dr Buteyko soutenait que l’hyperventilation a pour conséquence une baisse chronique d’anhydride carbonique (CO2 ou dioxyde de carbone). Cette petite molécule produite par les cellules de notre corps et éliminée lors de l’expiration, entre en jeu dans plusieurs processus nécessaires à la vie, comme par exemple le maintien de l’équilibre acido-basique du sang et l’apport d’une correcte quantité d’oxygène aux cellules. Une baisse ou une augmentation de CO2 dans le sang peut entraîner des problèmes de santé plus ou moins graves.

Respirer mieux pour... guérir

Par conséquent, d’après le médecin russe, de nombreux processus de guérison pourraient être déclenchés tout simplement par une rééducation de la respiration. Le docteur Buteyko a mis au point une série d’exercices qui portent son nom. Cette méthode met l’accent sur l’importance d’une respiration nasale et sur l’introduction de petites pauses où l’on retient son souffle. Le but est d’apprendre à être moins gourmand d’air pour rehausser légèrement le niveau de CO2 dans le sang. L’utilisation de cette méthode est répandue en Russie et dans les pays anglo-saxons comme traitement complémentaire de l’asthme.

D’après plusieurs études cliniques, la méthode Buteyko se révèle efficace pour améliorer les dysfonctions respiratoires, réduire l’apparition des crises d’asthme et mieux gérer les premières minutes d’une crise légère. Par contre, lors d’une attaque sévère, il faut recourir aux mesures médicales adaptées. D’ailleurs, s’il est vrai que la concentration de CO2 dans le sang baisse au début de l’asthme, «à l’inverse, elle augmente dans l’asthme sévère, jusqu’à mettre la vie gravement en péril», explique le Dr Laurent Nicod, chef du service de pneumologie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Moins de médicaments

Un autre aspect intéressant de la méthode Buteyko est de contribuer à la réduction de la prise de médicaments –bronchodilatateurs et corticoïdes–, à condition bien entendu d’être sous surveillance médicale. Le Pr Robert Cowie, médecin expert des maladies du système respiratoire à l’Université de Calgary, a été parmi les premiers à le montrer. «182 patients diagnostiqués asthmatiques étaient sous le traitement de corticoïdes inhalés, explique-t-il. Après six mois, la majorité des patients qui se sont inscrits dans le groupe Buteyko ont vu leurs symptômes s’améliorer considérablement et ont pu diminuer significativement la prise de médicaments.»

Cette étude comporte un autre résultat intéressant. Contrairement aux attentes, les patients dans le groupe contrôle ont aussi montré une amélioration de leurs symptômes. A préciser que ces malades étaient assistés par un physiothérapeute spécialiste d’une rééducation de la poitrine et qu’ils ont également fait d’autres types d’exercices respiratoires et assisté à des cours sur l’asthme où ils ont pu saisir l’importance de suivre les traitements avec assiduité. «Je pense que cette compréhension a joué un rôle clé, souligne Robert Cowie. C’est d’ailleurs ce que je suggère de faire à tous les malades: améliorer la connaissance de l’asthme, de ses causes ainsi que des différentes possibilités pour la soulager, et gérer le tout d’une façon intelligente.»

Maîtriser sa respiration

D’après les auteurs de cette étude, la méthode Buteyko peut donc être recommandée, car elle est bien structurée, appartient au domaine public et ne présente pas d’effets collatéraux montrés à ce jour. Toutefois, les chercheurs expliquent aussi que les théories du Dr Buteyko, et plus particulièrement celle qui propose un lien de causalité entre l'asthme et la diminution de la pression artérielle de CO2, ne sont pas complètement validées scientifiquement.

Dans son article «Strengths, Weaknesses, and Possibilities of the Buteyko Breathing Method» («Forces, faiblesses et possibilités de la méthode de respiration Buteyko»), la Dresse Rosalba Courtney, ostéopathe responsable de la clinique Breating therapies and wellness in Avalon, Australie, propose d’autres pistes pour expliquer les bienfaits de cette technique. On trouve, entre autres, la possibilité que la respiration réduite agisse sur le niveau d’oxyde nitrique (une autre molécule clé dans les phénomènes d’inflammation bronchique), mais aussi la constatation que les exercices respiratoires renforcent chez le patient le sentiment de mieux maîtriser son propre souffle.

Ce dernier point, loin d’être banal, est de plus en plus pris en considération par le monde médical. «Je crois qu’il est important que les asthmatiques apprennent à contrôler leur respiration par des exercices de yoga ou par d’autres méthodes, explique Laurent Nicod. De cette façon, les patients ont à leur disposition un outil supplémentaire pour maîtriser leur angoisse au début d'une crise d'asthme.»

Les composantes anxiogène et psychologique sont importantes dans cette pathologie. «Les poumons sont très innervés, précise Laurent Nicod. D’ailleurs, de nouvelles recherches sont en train de mettre en évidence le rôle de certains neuropeptides (les substances qui permettent aux neurones de communiquer entre eux) dans les réactions inflammatoires de l'appareil respiratoire. Des situations de conflit et des pensées de peur peuvent empirer l’issue d’une crise d'asthme. Au contraire, apprendre à se relaxer ne peut avoir que des répercussions positives.»

«Combattre l’asthme» de Fiamma Ferraro

Fiamma Ferraro est médecin généraliste avec un grand nombre de spécialisations, qui vont de la phytothérapie à l’immunologie pédiatrique. Experte de la méthode Buteyko, dans son livre Combattre l’asthme elle expose d’une manière claire et approfondie les bases scientifiques et théoriques de cette technique et explique comment acquérir une «bonne conduite respiratoire». Les exercices de la méthode Buteyko, aussi bien pour les adultes que pour les enfants, y sont largement détaillés. Ce «guide» se termine par des appendices qui contiennent des approfondissements au texte principal, mais aussi un grand nombre de curiosités. Une bibliographie fournie est disponible dans les dernières pages. Par une écriture fluide, agréable, teintée par moments de poésie et d’ironie, Fiamma Ferraro transmet l’envie d’apprendre à mieux connaître notre respiration, cet outil à la fois simple et extraordinaire et qui, d’après elle, représente «un des facteurs les plus importants pour le maintien et l’amélioration de la santé».

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Un monde asceptisé serait contre-productif pour l’immunité

Trop d’hygiène nuirait à la santé

Plusieurs études scientifiques font le lien entre une hygiène trop scrupuleuse et le développement de certaines maladies. Eclairage.
Particules fines: les risques à court et long terme

Particules fines: les risques à court et long terme

Sur la planète, neuf citadins sur dix vivent dans une ville à l’air chargé en particules fines, selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé. Quels sont les risques de ces poussières fines, et peut-on les prévenir? Réponses avec un spécialiste de la question.
Videos sur le meme sujet

Asthme: mieux vivre avec

Respirer à plein poumon est un luxe dont les asthmatiques doivent malheureusement parfois se passer. Heureusement on sait aujourd'hui qu'il est souvent possible de bien vivre avec son asthme. Rencontre avec le Prof Jean-Marie Tschopp dans cette vidéo.
Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)