Difficile à diagnostiquer, une BPCO à composante asthmatique doit être traitée spécifiquement

Dernière mise à jour 04/02/16 | Article
Difficile à diagnostiquer, une BPCO à composante asthmatique doit être traitée spécifiquement
Jusqu’à très récemment, les médecins s’occupaient peu des bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) avec une composante d’asthme. Or, il apparaît que les patients qui en souffrent doivent être pris en charge de manière spécifique. Appelée «syndrome de chevauchement asthme-BPCO» (ACOS), leur maladie diffère en effet de la BPCO classique. Les explications du Professeur Laurent Nicod, médecin chef du Service de pneumologie du Centre hospitalier universitaire vaudois.

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qu’est une BPCO?

Il s’agit d’une obstruction chronique des voies aériennes qui touche de 5 à 7% de la population adulte. La maladie détruit une partie des poumons et provoque une inflammation des bronches. Avec le temps, les poumons n’arrivent plus à se vider correctement. Ils deviennent comme des ballons qu’on aurait trop gonflés et qui perdent de leur élasticité. Le résultat, c’est que les gens qui souffrent de BPCO sont rapidement essoufflés et ont de la peine à respirer.

Quelles en sont les causes?

Dans 80% des cas, la maladie est due au tabagisme. Pour le 20% restant, les mécanismes sont encore peu connus. On soupçonne que l’utilisation de sprays –soit à domicile soit dans un contexte professionnel– provoque des inflammations des poumons qui deviennent chroniques. L’environnement plus large semble aussi en cause. Mais tout cela reste encore à démontrer.

L’asthme a quant à lui une composante plutôt allergique?

Oui. Dans la plupart des cas, il touche les jeunes et a une composante allergique. Quand il est bien traité, il est généralement réversible, particulièrement chez les enfants. Mais il y a malheureusement entre 5 à 10% des cas d’asthme que nous n’arrivons pas à soigner. C’est un asthme qui apparaît chez des personnes plus âgées. Chez elles, ce n’est pas un phénomène allergique qui provoque l’obstruction mais une inflammation due à une irritation externe. Difficile à traiter, cette inflammation a tendance à devenir chronique et à entraîner une BPCO. On parle alors de syndrome de chevauchement.

Faire la différence entre un asthme tardif et une BPCO classique n’est donc pas si évident?

C’est une partie du problème, même si les deux atteintes ont des caractéristiques bien différentes. Avec un asthme, la qualité de la respiration varie en quelques minutes. Les exacerbations obstructives sont ponctuelles et apparaissent souvent la nuit ou au petit matin. Il y a souvent aussi des antécédents familiaux et des sensibilités particulières aux allergies ou de l’eczéma. Chez les patients qui souffrent de BPCO, on parle plutôt de bons et de mauvais jours et les problèmes d’inspiration et d’expiration s’inscrivent dans la durée et restent stables. Par ailleurs, la BPCO apparaît généralement à un âge plus avancé, autour des cinquante ans et la situation se péjore graduellement.

Si le diagnostic ne pose pas trop de problèmes, pourquoi est-il si difficile de repérer ces syndromes de chevauchement?

Eh bien simplement parce que les gens ne consultent que quand la gêne devient vraiment handicapante, comme c’est souvent le cas avec les maladies pulmonaires. On sait ainsi que près d’une personne sur dix environ souffre d’une obstruction pulmonaire sans s’en rendre compte et attend d’être vraiment handicapée par la gêne pour consulter. Des pays européens ont organisé un dépistage systématique avec des fonctions pulmonaires au cabinet, mais ce n’est pas encore le cas en Suisse. Ce qui fait que beaucoup de gens souffrent de problèmes respiratoires sans s’en rendre compte!

Lorsqu’elles sont dépistées et diagnostiquées correctement, les BPCO avec une composante asthmatique doivent être traitées différemment des BPCO classiques?

Oui. Jusqu’à très récemment, le traitement était indifférencié. Tout le monde recevait un bronchodilatateur. Les produits actuels, très puissants, améliorent considérablement la qualité de vie des cas de BPCO classiques. Lorsqu’il y a une composante d’asthme, il est essentiel d’ajouter des stéroïdes et de la cortisone. Mais à une dose faible, car l’inhalation de stéroïdes peut mener à des bronchopneumonies. Il faut donc distinguer les diagnostics pour mieux traiter.

Des progrès sont-ils à attendre dans le traitement de ce syndrome de chevauchement asthme-BPCO?

Des études sont en cours avec un anticorps appelé anti-IL-5. Il est utilisé aujourd’hui chez les asthmatiques pour qui les autres traitements se sont avérés inefficaces. Ce traitement cible des globules blancs, les éosinophiles, qui jouent un rôle important dans l’asthme. L’espoir est de stopper la progression, voire de rendre réversible une partie de l’obstruction. Mais pour l’instant, ce traitement est en phase de test.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_BPCO_irreversible

BPCO: une maladie sévère sous-diagnostiquée

Derrière des difficultés persistantes à respirer lors d’effort ou une toux qui s’éternise, se cache peut-être une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).
asthme_allergique_jeunes

L’asthme allergique, un syndrome fréquent chez les jeunes

L’asthme concerne 3 à 5% de la population adulte et 8% des enfants et des adolescents. Deux tiers des enfants et jeunes adultes asthmatiques présentent une forte composante allergique, d’où l’importance d’identifier les allergènes qui peuvent provoquer les crises.
brochopneumopathie_complexe

Bronchopneumopathie obstructive: un problème complexe

Les patients souffrant de bronchopneumopathie chronique obstructive (ou BPCO) souffrent souvent de problèmes cardiaques, de diabète, d’obésité… Et si ces maladies étaient liées?
Videos sur le meme sujet

Des écoles de l’asthme fleurissent en Suisse Romande

Le 1er mai est la Journée mondiale de l’asthme.

La BPCO, une épidémie silencieuse

C'est une maladie grave et invalidante, qui détruit les voies respiratoires, jusqu'au poumon.

Explosion des maladies respiratoires: détecter les premiers signes

C'est une maladie grave et invalidante, qui détruit le souffle inexorablement. Elle touche 400'000 personnes en Suisse, et selon l'OMS elle deviendra bientôt la 3e cause de mortalité dans le monde.
Pourtant la bronchopneumopathie chronique obstructive, ou BPCO, est largement méconnue.
Maladies sur le meme sujet
Asthme

Asthme

L’asthme est une maladie respiratoire occasionnant une gêne au passage de l’air, surtout lors de l’expiration.

fiche_bpco

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO[1] est l’une des conséquences insidieuses du tabagisme. En effet, une exposition répétée au tabac, ainsi qu’à d’autres polluants, provoque à la longue un rétrécissement des voies respiratoires, avec son lot de symptômes: toux chronique, expectorations et essoufflement. Un diagnostic est indispensable pour freiner l’évolution de cette maladie qui touche près de 400’000 personnes en Suisse.

[1] Le terme générique de bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO) regroupe un ensemble de maladies respiratoires, dont les plus connues sont la bronchite chronique obstructive et l’emphysème.

Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)