Prise de poids après 40 ans: et si c’était la faute d’une enzyme?

Dernière mise à jour 23/10/17 | Article
poids_40ans_enzyme
Une étude américaine pointe du doigt le rôle d’une enzyme dans l’accumulation de kilos excédentaires au fil du temps. Une piste pour lutter contre l’épidémie mondiale d’obésité.

«Je n’ai plus la taille de mes 20 ans…» Cette phrase, si souvent entendue, résonne comme une fatalité. Il n’y a qu’à ouvrir les albums de famille pour constater que grand-mère n’est plus aussi svelte aujourd’hui que jadis ou que tonton a pris quelques tours de taille. Sédentarité, vie stressante et repas engloutis sur le pouce sont souvent les coupables désignés.

Et si cela se passait ailleurs, au niveau des cellules?

Une récente étude américaine* (lire encadré) pointe du doigt le rôle d’une enzyme: la DNA-dependent protein kinase (DNA-PK). Son activité s’accentue avec le temps, ce qui entraîne une réduction du nombre de mitochondries (ces petites usines à l’intérieur des cellules qui brûlent de l’énergie) et une plus grande production de lipides. Avec pour conséquence, un surpoids qui s’installe au fil des ans.

En limitant l’activité de cette enzyme chez les souris, les scientifiques ont constaté que la prise de poids était moindre. De là à produire un médicament inhibiteur de la DNA-PK pour limiter l’épidémie d’obésité chez l’homme, il n’y a qu’un pas.

«Si l’on admet que la souris est un bon modèle de l’humain, cette étude est intéressante et fournit quelques pistes pour tenter d’enrayer l’épidémie d’obésité actuelle. Mais cette épidémie est multifactorielle. 90% des personnes qui souffrent d’obésité morbide ont un trouble du comportement alimentaire compensatoire qui ne se soigne pas simplement en limitant la prise alimentaire», explique François Pralong, chef du service d’endocrinologie, diabétologie et métabolisme du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Et d’ajouter: «nous ne possédons actuellement que quelques médicaments qui permettent de perdre un peu de poids (entre 2 à 5 %), mais aucun pour prévenir cette prise, d’où l’intérêt de poursuivre la recherche.»

Changer ses habitudes

Des souris grosses mais en forme

Les chercheurs du National Heart, Lung and Blood Institute basé à Bethesda dans l’État du Maryland (États-Unis) ont travaillé sur deux groupes de souris dont l’âge correspond à celui d’humains de 45 ans.

Les deux cohortes ont été soumises à un régime bien trop riche. Les scientifiques ont constaté que le groupe recevant un inhibiteur de l’enzyme DNA-PK avait un gain de poids inférieur de 40 % à celui de l’autre groupe. Ces rongeurs gavés de lipides mais dont l’activité de la DNA-PK était diminuée développaient moins de diabète de type 2 et d’obésité. Ils étaient même plus à l’aise lors d’exercices physiques d’endurance que les autres rongeurs grassouillets.

Croire qu’une pilule miracle permettra à tout le monde de garder une taille fine à vie est toutefois illusoire. «Toutes les personnes de plus de 40 ans ne deviennent pas obèses, explique Zoltan Pataky, médecin adjoint au service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Cela montre bien que tout ne repose pas sur une enzyme! Il est vrai cependant que les personnes prennent en moyenne 5 à 10 kg entre l’âge de 20 ans et celui de 50 ans.» En cause: une plus grande sédentarisation, mais aussi des habitudes alimentaires qui n’évoluent pas en fonction des besoins. Zoltan Pataky explique: «La prise de poids du milieu de vie intervient principalement car le métabolisme de base diminue et le corps brûle donc moins de calories. Cela est lié à une perte progressive de masse musculaire et de masse osseuse ainsi qu’à notre mode de vie qui souffre bien souvent d’un manque d’activité physique. Une personne de 60 ans, même sportive, a besoin de moins d’apports caloriques que lorsqu’elle en avait 20.»

La faim physiologique étant rarement calquée sur l’envie ou le besoin de manger, les kilos excédentaires s’accumulent au fil des ans. Les femmes sont moins bien loties que les hommes, car la diminution d’œstrogènes à la ménopause fait davantage fondre la masse musculaire et favorise donc les bourrelets indésirables.

Les deux spécialistes sont formels: pour ne pas devoir changer sa garde-robe après 60 ans (car c’est véritablement à partir de cet âge-là que la perte de muscle commence), il faut faire d’avantage d’activité physique. «Faire bouger une personne qui n’a jamais été sportive est très compliqué, analyse François Pralong. Le mieux est de lui suggérer quelques changements d’habitudes assez simples, sans que cela l’oblige à passer des heures dans un fitness. Monter un étage à pied plutôt qu’en ascenseur, descendre un ou deux arrêts de bus avant sa destination, essayer de marcher à la moindre occasion, sont des gestes simples qui peuvent faire la différence.» Pour éviter une trop grande perte de masse musculaire, le Dr Pralong préconise aux personnes de plus de 60 ans d’augmenter légèrement leurs apports en protéine. Et bien évidemment: limiter sucres et graisses.

_______

* Sung-Jun Clark et coll., «DNA-PK Promotes the Mitochondrial, Metabolic, and Physical Decline that Occurs During Aging», in Cell Metabolism 2017.

 

Articles sur le meme sujet
LMD_nourriture_drogue

Obésité: quand la nourriture devient une drogue

Chez certaines personnes, manger peut se transformer en addiction avec, comme conséquence, le surpoids ou l’obésité et leurs complications. Un problème dont l’origine est en partie biologique, mais qui a aussi d’autres composantes.
LMD_obésité_infantile_publicité

Obésité infantile: la publicité mise en cause

Alors que l’obésité infantile ne cesse d’augmenter, certains pays réglementent la promotion de la malbouffe. La Suisse est à la traîne. Faut-il légiférer comme pour les produits du tabac?

Manger mieux et bouger plus ne suffit pas toujours pour perdre du poids

Alors que l’OMS tire la sonnette d’alarme face à l’épidémie mondiale d’obésité, les personnes concernées peinent souvent à maigrir sans être aidées. Une prise en charge multidisciplinaire est indispensable.
Videos sur le meme sujet

Révolution dans la lutte contre l'obésité: découverte de nouvelles cellules adipeuses

Des chercheurs suisses de l'EPFL, de l'Institut de Bioinformatique, du CHUV et de l'Université de Lausanne ont identifié un nouveau type de cellules adipeuses qui pourraient expliquer pourquoi certaines personnes accumulent de la graisse autour de la taille, augmentant le risque d'obésité.

Saholy Razafinarivo Schoreiz, une spécialiste de l'obésité infantile

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Obésité, un gros problème

On le sait peu, mais la Suisse a un des taux de personnes en surpoids ou souffrant dʹobésité parmi les plus hauts au monde.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.