Perdre du poids à l’aide d’une app: oui mais…

Dernière mise à jour 26/09/22 | Article
PS46_perdre_poids_app
De plus en plus d’applications sont disponibles pour gérer son poids et son alimentation. Utiles, elles ne remplacent toutefois pas une consultation nutritionnelle traditionnelle. Décryptage et conseils.

Depuis quelques années, le nombre d’applications permettant de gérer son poids ne cesse de croître. Nous avons toujours (ou presque) un smartphone à portée de main, ce qui en fait un outil pratique pour fournir des conseils sur notre alimentation.

Ces apps peuvent être utiles pour donner des informations, des conseils nutritionnels et faciliter le suivi des habitudes alimentaires et du poids. Bien que les avantages soient à première vue intéressants, il convient de rester critique.

Un concept de perte de poids simpliste

En théorie, pour perdre du poids, il faut créer un déficit calorique afin que l’organisme puise dans ses réserves – idéalement adipeuses – pour assurer son fonctionnement. Par quelques calculs théoriques, on peut estimer qu’il faudrait un déficit de plusieurs milliers de calories pour perdre un nombre donné de kilogrammes. À ce jour, la majorité des applications repose sur ce concept.

Or, les mécanismes qui régulent le poids sont bien plus complexes qu’une simple soustraction. Bien souvent, les applications proposent un apport calorique maximal pour atteindre le poids souhaité dans un temps imparti par l’utilisateur, ce qui peut potentiellement conduire à des restrictions dangereuses. D’une part, les algorithmes basent généralement leurs estimations sur les données d’un petit échantillon de personnes. Ces estimations ne sont ainsi pas forcément représentatives des situations de chaque individu. D’autre part, notre corps possède des mécanismes d’adaptation qui peuvent freiner fortement la perte de poids dans les périodes de sous-alimentation. Des carences et des problèmes de santé à moyen et long terme peuvent en découler. Enfin, un algorithme n’est pas en mesure de prendre en compte les nombreuses variables de l’environnement (social, économique, psychologique, etc.) dans lequel une personne évolue. Or, l’environnement est le principal déterminant de santé.

Des bases de données pas toujours fiables

Autre problème rencontré: les caractéristiques nutritionnelles ne sont pas toujours disponibles pour tous les aliments, parce que l’offre alimentaire est très différente d’un pays à l’autre. Pour pallier ce défaut, les développeurs acceptent parfois que les utilisateurs contribuent à leurs bases de données, dites «open source». Cependant, il est fréquent que les informations ainsi renseignées soient erronées ou incomplètes. Cela peut rendre invalides les résultats quotidiens et générer des représentations fausses sur un aliment. De plus, à moins de peser systématiquement ce que l’on mange, il est difficile d’estimer les quantités d’aliments consommées. On a alors naturellement tendance à les sous-déclarer, ce qui peut être contreproductif.

Changer de comportement et perdre du poids, pas si facile

On le voit bien, les applications pour la perte de poids ont de nombreux défauts. Elles ont été créées dans un but d’instantanéité et de commodité. Toutefois, une démarche de perte de poids implique l’acquisition de connaissances nutritionnelles et un changement de comportement durable. La prudence est de mise: lorsqu’on ne possède pas les outils, les connaissances et les compétences nécessaires pour modifier durablement son alimentation et comprendre les concepts qui la sous-tendent, il est peu probable de maintenir une perte de poids.

C’est sans compter que l’acte de manger ne se résume pas qu’aux calories: l'alimentation répond également à des besoins sociaux et hédoniques. En suivant assidûment un plan alimentaire généré par une machine, on perd toute spontanéité dans nos choix alimentaires et il peut être difficile de concilier ces régimes avec notre vie sociale ou familiale. Si le programme alimentaire proposé est trop strict ou trop éloigné des goûts et habitudes alimentaires de l’utilisateur, il est difficile pour ce dernier de le suivre sur le long terme.

Les applications proposant un suivi avec un professionnel peuvent faciliter l’adoption de nouvelles habitudes, pour autant que l’approche choisie permette une meilleure compréhension de l’équilibre alimentaire et favorise l’autonomie de l’individu. De plus, il est important de développer des stratégies d’adaptation saines plutôt que de se tourner vers la nourriture lorsque nous nous ennuyons, sommes stressés, anxieux, déprimés ou même heureux. Aussi, la flexibilité et l’indulgence envers soi-même lorsqu’on ne mange pas aussi bien qu’on le souhaiterait sont des compétences clé.

Plutôt que de fixer un objectif de poids, il est préférable de se concentrer sur de petits changements facilement atteignables pour créer des habitudes plus saines, par exemple limiter les sodas, augmenter la consommation de légumes aux repas, boire plus d’eau, dormir 7 à 9 heures par nuit, etc. Ce qui, en fin de compte, peut être aisément mis en place lors d’une consultation nutritionnelle in real life (dans la vie réelle) avec un professionnel du domaine.

__________

Références:

  • Baum I, Smith J. Check Out These Helpful Weight Loss Apps to Crush Your Goals This Year [Internet]. Prevention. 2021 [cité 23 déc 2021]. Disponible sur: https://www.prevention.com/weight-loss/a20468312/best-weight-loss-apps/
  • Chen J, Cade JE, Allman-Farinelli M. The Most Popular Smartphone Apps for Weight Loss: A Quality Assessment. JMIR mHealth and uHealth. 16 déc 2015;3(4):e4334.

Paru dans Planète Santé magazine N° 46 – Septembre 2022

A LIRE AUSSI

Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Régimes
LMD_citron_cafe_tendance

Du citron dans le café: la nouvelle tendance pour maigrir fonctionne-t-elle?

Ananas, thé vert, concombre… nombreux sont les aliments vantés pour leurs vertus amincissantes. Certains...
Lire la suite
Constipation
constipation_hemorroides_lies

Constipation et hémorroïdes: des phénomènes parfois liés

Les hémorroïdes sont plus fréquentes qu’on ne le pense. Dans certains cas, elles peuvent être prévenues...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MV_additifs_alimentaire_retrouver

Additifs alimentaires: comment s'y retrouver?

On trouve plus de 350 additifs dans nos denrées alimentaires, dont le dioxyde de titane qui a fait l’objet d’une interdiction d’utilisation en Suisse.
Videos sur le meme sujet

Obésité, un gros problème

On le sait peu, mais la Suisse a un des taux de personnes en surpoids ou souffrant dʹobésité parmi les plus hauts au monde.

Obésité : un gros problème

On le sait peu, mais la Suisse a un des taux de personnes en surpoids ou souffrant d’obésité parmi les plus hauts au monde.

Le point sur lʹaddiction alimentaire

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) parle aujourdʹhui dʹépidémie mondiale dʹobésité, Adrien Zerbini aborde une question en lien direct avec cette problématique: existe-t-il une addiction à lʹalimentation?
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.