Lire les étiquettes rend-il plus mince?

Dernière mise à jour 26/09/12 | Article
Lire les étiquettes rend-il plus mince?
Les gens qui lisent les étiquettes et les infos nutritionnelles ont tendance à être plus minces que les autres.

C’est le résultat d’une étude publiée dans Agricultural Economics menée par des scientifiques de l’Université de Saint Jacques de Compostelle en Espagne, rapporte le Huffington Post. Pour arriver à ces conclusions, ces derniers ont utilisé des données statistiques du Center for Disease Control and Prevention(Centre de Contrôle et de prévention des maladies) américain.

Cette relation entre lecture des étiquettes et poids serait particulièrement prononcé chez les femmes. Les consommatrices lisant les petites lignes de leurs produits de supermarché ont un IMC (Indice de Masse Corporelle) de 1,49 point inférieur à celles qui ne le lisent pas, soit environ 4 kilos de moins.

Bien sûr, il se pourrait que la relation soit à analyser dans l’autre sens et que les gens qui scrutent les infos nutritionnelles et les ingrédients soient déjà plus soucieux de leur santé et de leur poids… L’étude précise que les citadins lisent plus les étiquettes. Et que 58% des hommes lisent souvent ou toujours les étiquettes, contre 74% des femmes.

Selon une étude publiée en 2011 dans le Journal of the American Dietetic Association, les consommateurs, de manière générale, ont tendance à survoler les infos nutritionnelles, sans les lire précisément. Seulement 9% lisent le nombre de calories. Et 1% s’attarde sur les composants, y compris les matières grasses, les acides gras trans ou le sucre…

Si comme le suggère cette étude, la lecture des étiquettes est reliée à la prévention de l’obésité, des progrès devraient sans doute être réalisés dans les prochaines années. En 2011, le Parlement Européen a pris une mesure pour rendre les étiquettes plus lisibles: dans un délai de 3 à 5 ans, celles-ci devront obligatoirement comporter la quantité de sel, de lipides, la valeur énergétique et la présence d’allergènes.

Article original: http://blog.slate.fr/bien-manger/2012/09/17/lire-etiquettes-poids/

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
by-pass_et_apres

By-pass, et après?

Avec un taux d’obésité qui croît aux quatre coins du monde, le by-pass est devenu en quelques années une opération courante. Loin d’être une solution « miracle », cette méthode nécessite un suivi global avant et après l’intervention.
interview_dulloo_tissu_adipeux

«Plus qu’une réserve d’énergie, le tissu adipeux est un organe»

Exposé aux famines durant des millénaires, le corps humain n’est pas adapté à la surabondance de nourriture.
graisses_role_benefique

Les graisses jouent un rôle bénéfique pour la santé

Pendant longtemps, le dogme d’une alimentation pauvre en gras a prévalu. Une étude, parue dans le très sérieux « Lancet », bouscule aujourd’hui cette affirmation.
Videos sur le meme sujet

La recherche fondamentale lutte contre l'obésité

Combattre l’obésité sans régime alimentaire astreignant ou intervention chirurgicale sera peut-être bientôt possible.

Les polluants "obésogènes"

Certains polluants, comme les perfluoroalkils ou PFAS, auraient un effet sur la prise de poids.

Dans la tête… d’un gros

Les personnes en surpoids sévère ou obèses représentent 10% de la population en Suisse.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.