Avant deux ans, certains antibiotiques augmentent les risques d’obésité infantile

Dernière mise à jour 25/11/14 | Article
Avant deux ans, certains antibiotiques augmentent les risques d’obésité infantile
Des chercheurs américains observent que la consommation très précoce d’antibiotiques dits «à large spectre» est associée ultérieurement à une obésité de l’enfant.

Selon une étude américaine publiée dans la revue JAMA Pediatrics1, les enfants traités par certains antibiotiques entre la naissance et l’âge de deux ans ont un risque modérément augmenté d’obésité infantile (avant 5 ans).

L’étude a été dirigée par le Dr Charles Bailey (Département de pédiatrie, Children’s Hospital of Philadelphia). Elle a été réalisée grâce aux données recueillies aux Etats-Unis auprès de 64 580 enfants suivis depuis leur naissance. Il s’agissait à 50% d’enfants dits «non caucasiens» et à 41% de personnes qui bénéficiaient d’un suivi par un système de soins gratuits réservés aux personnes défavorisées (Medicaid). «On sait que l’origine ethnique et la catégorie sociale influent aussi sur le risque de surpoids. C’est pour cette raison que nous avons pris en compte cette donnée et effectué une analyse pondérée de nos résultats», expliquent les auteurs.

69% des nourrissons suivis avaient reçu au moins un traitement par antibiotique entre la naissance et l’âge de 2 ans, et la moyenne du nombre des prescriptions était de 2,3 par enfant. Il est apparu que les enfants traités au moins quatre fois par antibiotiques avant l’âge de 2 ans présentaient un risque d’obésité à l’âge de 3 ans majoré de 10%.

Les auteurs ont affiné leurs analyses en fonction des familles d’antibiotiques. C’est ainsi qu’ils ont établi que ce risque était majoré de 16% si des antibiotiques à large spectre (qui agissent sur un grand nombre de bactéries) avaient été systématiquement prescrits.

En revanche, aucune augmentation du poids n’était observée avec la seule pénicilline («spectre étroit»). Le risque le plus élevé correspondait à des traitements antibiotiques à large spectre prescrits dans les douze premiers mois (jusqu’à 19% de risque supplémentaire d’obésité infantile).

Mieux prescrire

Comment comprendre ce phénomène? Ce gain de poids pourrait être en rapport avec une modification de la flore bactérienne intestinale (microbiote),  et ce d’autant que cette flore caractéristique de chaque personne se constitue et se développe dans les premiers mois de la vie.

Les spécialistes estiment que le fait de limiter l’exposition aux antibiotiques à large spectre pourrait permettre de contribuer à un moindre risque d’obésité infantile –même si le surpoids est un phénomène ayant de nombreuses causes. «Ce travail devrait inciter les médecins à choisir de façon plus systématique les antibiotiques "à spectre étroit" qui sont actuellement recommandés pour la prise en charge des infections ORL et respiratoires de l’enfant», concluent les auteurs.

_________

1. Un résumé (en anglais) de cette publication est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
interview_dulloo_tissu_adipeux

«Plus qu’une réserve d’énergie, le tissu adipeux est un organe»

Exposé aux famines durant des millénaires, le corps humain n’est pas adapté à la surabondance de nourriture.
graisses_role_benefique

Les graisses jouent un rôle bénéfique pour la santé

Pendant longtemps, le dogme d’une alimentation pauvre en gras a prévalu. Une étude, parue dans le très sérieux « Lancet », bouscule aujourd’hui cette affirmation.
obesite_adolescents_hausse

«L’obésité chez les adolescents et l’obésité sévère sont en hausse»

Spécialisée en endocrinologie et en diabétologie au Centre hospitalier universitaire vaudois, le Pr Jardena J. Puder étudie les causes profondes de l’obésité, notamment chez l’enfant et l’adolescent.
Videos sur le meme sujet

Maigrir sans reprendre? Le rôle des cellules adipeuses et de la graisse brune

Le tissu adipeux est un organe important, d’abord quantitativement, puisque même chez une personne maigre, il peut atteindre 15 à 25% du poids total.

Précarité et prédispositions génétiques face à l’obésité

Face à l’obésité, nous ne sommes pas tous égaux.

Grossesse et obésité: un duo à risque

Obésité et grossesse forment un duo à risque pour la santé des mères et de leur enfant.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.