«Sauter» le petit-déjeuner n’a pas d’effet sur le poids

Dernière mise à jour 24/09/14 | Article
«Sauter» le petit-déjeuner n’a pas d’effet sur le poids
Des chercheurs britanniques démontrent que le premier repas matinal de la journée n’est pas aussi important qu’on le dit.

C’est une conclusion qui va à l’encontre de bien des idées reçues. Elle est avancée par un groupe de chercheurs de l’Université de Bath (Royaume Uni) et vient d’être publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition1. Les auteurs y expliquent, chiffres à l’appui, pourquoi le petit-déjeuner n’est pas «le repas le plus important de la journée».

Ce premier repas est, selon eux, sans conséquences véritablement significatives sur le poids, le métabolisme ou les différents indicateurs biologiques témoignant de la santé du système cardiovasculaire.

Sensation de bien-être

Attention: cette étude a été menée sur un faible échantillon de volontaires et ne permet pas de conclure au caractère totalement facultatif de ce premier repas de la journée. Aucune leçon générale ne peut ici être donnée et les personnes qui sont amenées à dépenser de fortes quantités d’énergie le matin ne peuvent pas, à la différence d’autres, faire l’économie du petit-déjeuner.

Cette étude n’a d’autre part pas porté sur les effets possibles d’un jeûne prolongé sur différents paramètres (comme la concentration, l’humeur ou la sensation de bien-être) souvent associés à une prise calorique matinale. Pour autant, les chercheurs semblent démontrer l’absence d’effet significatif de la prise d’un petit-déjeuner sur le contrôle du poids.

De nombreuses études se sont intéressées aux effets du petit-déjeuner sur la santé et notamment à l’effet «PEBO» (proposed effect of breakfast on obesity). L’étude dirigée par James Betts et Dylan Thomson (Departments for Health and Biology and Biochemistry, University of Bath), a été menée auprès de 38 personnes suivies durant six semaines. Les participants étaient âgés de 21 à 60 ans, de poids normal (IMC: 20 à 25 kg/m2) ou en surpoids (IMC: 25 à 30 kg/m2).

720 calories ou rien

La moitié des volontaires prenaient un petit-déjeuner, l’autre non. Le groupe «petit-déjeuner» recevait environ 720 calories dans les deux heures suivant le réveil. Le groupe «jeûne matinal» n’était autorisé qu’à boire de l'eau avant midi. Tous les participants devaient tenir un journal alimentaire et étaient équipés d’un appareil permettant d’évaluer leur dépense énergétique et d’un dispositif de surveillance de la glycémie.

Au départ de l’étude, chaque participant avait subi un test sanguin afin d’évaluer la concentration d’hormones, de différents métabolites et de graisses dans le sang. Les mêmes analyses ont été pratiquées six semaines plus tard. Au final: absence d’effet significatif sur le métabolisme, la masse corporelle, la masse de graisse ou les indicateurs cardiovasculaires (cholestérol et marqueurs inflammatoires).

Les résultats montraient aussi que le groupe «petit-déjeuner» dépensait en moyenne plus d'énergie avant midi et qu’il ne montrait pas un appétit réduit au déjeuner. Aucune différence n’a été constatée entre les deux groupes sur la durée du sommeil, la masse corporelle et graisseuse, les hormones, le cholestérol ou les marqueurs inflammatoires, la glycémie à jeun ou l'insuline. Seule différence notable: après six semaines, le groupe «sans petit-déjeuner» montrait une plus grande variabilité de la glycémie l’après-midi et le soir.

En toute hypothèse, le fait de «sauter le petit-déjeuner» ne permettrait en rien de lutter contre le surpoids ou l’obésité.

_________

1. Le texte complet (en anglais) de la publication de The American Journal of Clinical Nutrition est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Ballonnements
ballonements_osez_demander

Ballonnements: ce que vous n’osez pas demander

La plupart du temps bénins, les ballonnements peuvent toutefois peser lourd sur le quotidien. D’où viennent-ils?...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
complements_alimentaires_cholesterol

Des compléments alimentaires pour réduire le cholestérol?

De nombreux patients se tournent vers des substances naturelles pour réduire leur taux de cholestérol et le risque de maladies cardiovasculaires. Mais sont-elles réellement efficaces? Le point sur ces différents produits dont la publicité nous vante tant les mérites.
Au secours, j’ai du cholestérol!

Au secours, j’ai du cholestérol!

HDL, LDL, et proportion des deux… Pas toujours simple d'y voir clair avec la rubrique «cholestérol» de nos résultats de prise de sang. Et pourtant, à partir de 40 ans, voire bien plus tôt en cas d’antécédents familiaux, il est conseillé de suivre de près ces indicateurs de la santé de nos artères. Explications.
sus_au_cholesterol

Sus au cholestérol

Quand il est en excès dans le sang, le «mauvais» cholestérol peut conduire à un infarctus ou un accident vasculaire cérébral. Outre les statines souvent décriées, un nouveau médicament fait baisser son taux.
Videos sur le meme sujet

Manger gras pour rester en bonne santé?

C'est le sucre qui nous rend malades, pas le gras! Diabète, obésité, syndromes métaboliques et foie gras sont le résultat de la montagne de sucre que nous avalons, y compris dans les produits allégés.

Paléo–Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années. Face à son industrialisation croissante et les inquiétudes qu’elle crée, les régimes parfois extrêmes se multiplient.

Paléo – Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années.
Maladies sur le meme sujet

Hypercholestérolémie

Le cholestérol est une graisse indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Mais lorsque le taux de «mauvais» cholestérol est en excès dans le sang, c’est la santé qui est en péril. En effet, l'hypercholestérolémie augmente le risque de survenue de maladies cardiovasculaires, d’où l’intérêt de surveiller ses valeurs et d’adopter une hygiène de vie saine.