«Light» en quoi?

Dernière mise à jour 14/08/12 | Article
Réfrigérateurs de magasin
A l’heure actuelle, chaque marque de produits alimentaire possède une gamme «light». Qu’en est-il exactement?

Il était une fois… les produits allégés

Les produits allégés ont été mis sur le marché il y a une cinquantaine d’années. Aujourd’hui associés à une perte de poids et à une alimentation saine, cela n’a pas toujours été le cas. Initialement, ils furent créés pour des raisons économiques dans la période de l’après-guerre, alors que le sucre venait à manquer. Ils furent ensuite valorisés pour des raisons médicales: les produits allégés en sucre étaient conseillés aux personnes diabétiques et les produits allégés en graisses utilisés pour prévenir les maladies cardiovasculaires.

Dans les années 1980, l’offre s’est décuplée dans un souci de contrôle du poids. C’est à partir des années 1990 que l’angle de la santé et du bienêtre furent mis en avant. Actuellement, ces aliments sont de plus en plus fréquemment enrichis en micronutriments (vitamines, oligoéléments, minéraux…). Les appellations sont variées, mais que signifient-elles exactement?

Qu’assurent les produits «light» ou «basses calories»?

Les produits allégés sont des aliments dont une partie du contenu énergétique (calories) a été retiré, par diminution des graisses, des sucres, voire des deux. Le terme «light» garantit une diminution des calories d’un tiers (par rapport au produit équivalent non-allégé) tandis que l’appellation «basses calories» assure une diminution de moitié. Toutes les autres appellations n’ont pas de définition précise. En quoi les produits sont-ils allégés (sucres, graisses,…)? Dans quel but?

A noter également que réduire le contenu énergétique d’un aliment ne garantit pas qu’il soit meilleur pour la santé. Les produits de substitution utilisés ne sont pas toujours de bonne qualité et peuvent avoir des effets secondaires (laxatifs, par exemple). De plus, dans certains produits, le sucre est remplacé par des graisses, et vice-versa. Autrement dit, un produit allégé en sucre peut contenir beaucoup plus de matières grasses, et inversement. D’où l’importance de s’intéresser aux étiquettes…

Répercussions sur le comportement alimentaire

Se nourrir de manière «light» n’est pas sans conséquences. Tout d’abord, le plaisir procuré par les aliments allégés n’est pas le même et peut mener à des frustrations, suivies par l’ingestion d’autres aliments (allégés ou non).

Dans les plats allégés, les quantités sont souvent diminuées et ne permettent pas toujours de manger à sa faim. Les repas sont souvent suivis de grignotages, ou de compensation lors du repas suivant. Finalement, les produits «light» sont souvent choisis avec bonne conscience et donc… consommés en excès.

Manger «light» allégerait surtout la conscience…

Il semblerait que les produits «light» allègent principalement la conscience et encouragent le grignotage. Ils induisent souvent une perte de repères quant aux sensations de plaisir, de faim et de satiété. En plus de maintenir la vie et la santé, l’acte de manger apporte du plaisir et du réconfort. Il constitue un moment social et culturel privilégié. Lui retirer ces vertus peut mener à de grandes frustrations et induire des troubles alimentaires. Dès lors, mieux vaut manger des aliments traditionnels de manière variée et en quantités raisonnables… L’estomac, la silhouette et le moral en seront d’avantage satisfaits!

Référence

Adapté de «Aliments et boissons allégés: qu’en penser?», Muriel Clarisse et Muriel Lafaille Paclet, Dr Giusti Vittorio , du service d’endocrinologie, diabétologie et métabolisme du CHUV, Ginetta Cesarino Profico, diététicienne à Sion, in Revue médicale suisse 2012; 8: 682-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
Videos sur le meme sujet

Génétique et cholestérol

Un taux très élevé de mauvais cholestérol est très rarement imputable à des prédispositions génétiques.

Le cerveau et les sucres

Glucose, fructose, édulcorants… Adrien Zerbini s'intéresse la façon dont notre cerveau gère notre consommation de sucres.

Fruits et légumes trop pauvres en micronutriments: attention carences!

Nous mangeons toujours plus et sommes de moins en moins nourris.